Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Le bilan carbone d'une exploitation agricole

Quel est le bilan carbone d’une exploitation agricole ou viticole ? Quel bilan pour le secteur du bio ? Les réponses dans cet article !
Green Actu’
2023-08-28T00:00:00.000Z
fr-fr
Champs de blé

En France, l’agriculture compterait selon l’ADEME pour près de 20% des émissions de gaz à effet de serre… Si la plupart de ces émissions ne peuvent être complètement évitées, elles peuvent toutefois être atténuées grâce à l’identification des activités les plus polluantes. Pour cela, il faut réaliser un bilan carbone, une méthode de comptabilisation qui dans le cas de l’agriculture répond à la formule suivante : les gaz à effet de serre émis moins le stockage de carbone réalisé à la ferme. Si les résultats varient de beaucoup en fonction des types d'exploitation, toutes les organisations sont en mesure de réduire leur empreinte écologique... Et on vous explique comment.

Comment calculer le bilan carbone d'une exploitation agricole ?

Le bilan carbone de l’agriculture fait du secteur le troisième poste le plus élevé en termes d’émissions de gaz (GES) à effet de serre de France, avec 88 MtC02 émis en 2017. Issues de processus biologiques, ces émissions sont particulières, car majoritairement composées d’autres molécules que le CO2.

L’élevage est la source de 70 % des émissions nationales de méthane (CH4) et la culture des sols (fertilisation minérale et organique) de 74 % des émissions nationales de protoxyde d’azote (N2O). Important : le secteur inclut près de 12 Mt de CO2 liés à la consommation d’énergie par les machines agricoles et sylvicoles.

Un phénomène plutôt contre-intuitif à noter également : les émissions de GES de l’agriculture auraient diminué de 6 % entre 1990 et 2017…

Travail de récolte agricole

L'empreinte carbone par type d'exploitation agricole

A priori, le bilan carbone de l'agriculture biologique devrait être inférieur à celui de l’agriculture traditionnelle… Si cette branche de l’agriculture peut être intensive, à base de serres et de bâches plastiques, elle est toutefois tenue à des obligations : rotation des cultures, utilisation d’engrais verts, non-utilisation d’engrais chimiques, et création de haies afin de stocker du CO2, de préserver les sols, et de favoriser la biodiversité. Toutefois, d’après l’étude réalisée par des chercheurs britanniques publiée dans la prestigieuse revue Nature, une agriculture 100% biologique à l’échelle d’un pays aurait des effets néfastes sur le climat…

Si l’industrie de la viande est souvent pointée du doigt comme étant extrêmement polluante, la production laitière génère également beaucoup de GES : chaque litre de lait produit par un troupeau de 70 vaches rejette l’équivalent de 0,100 kg de CO2.

En outre, le bilan carbone des exploitations agricoles varie énormément en fonction des pays. Selon l’ADEME, une salade cultivée sous serre chauffée en Allemagne en hiver générera deux fois plus de GES qu’une salade produite en plein air en Espagne (240 grammes d’équivalent CO2 contre 510 grammes). Et ce en prenant en considération les émissions causées par le transport d’une salade de l’Espagne vers l’Allemagne !

En ce qui concerne le bilan carbone de la viticulture, l’ADEME propose les données suivantes : en 2015, la production d’une bouteille de vin de 75 cl conditionné dans du verre émettait 1,1 kg eq de CO2. En revanche, le bilan est plus lourd pour les grands vins et champagnes conditionnés dans des bouteilles plus lourdes… À noter : le type de bouchage et surbouchage peut aussi augmenter l'empreinte carbone…

Bouteille de vin près des raisins et du fromage

Comment réduire l'empreinte carbone d'une exploitation agricole ?

Réduire l’empreinte carbone d’une exploitation agricole passe par l'augmentation de son stockage de carbone et sa diminution d’émissions de GES.

De nouvelles pratiques agricoles

Pour atteindre cet objectif, il faut impérativement implémenter certaines pratiques agricoles, par exemple privilégier les engrais organiques (dont les équivalents traditionnels sont très énergivores par leur fabrication et leur transport) ou encore diminuer la proportion de blé produit et introduire les légumineuses dans les rotations culturales : cela permettra de fixer l'azote, de faire des économies d'intrants, et donc de réduire ses émissions.

Pour réduire le bilan carbone d’une exploitation agricole, on peut aussi miser sur la séquestration carbone. Pour ce faire, il est primordial de végétaliser son exploitation le plus possible : prairies, haies et arbres seront de solides alliés. A titre d’exemple, les prairies séquestrent entre 0,1 et 1 tonne de carbone par hectare par an…

Le soutien de la PAC

Afin de mettre en valeur les bonnes initiatives de son exploitation agricole, il est possible de demander la certification bas carbone instaurée par les pouvoirs publics. La démarche permet aux exploitants d'évaluer sur cinq années leurs émissions et stockage de carbone afin de jauger leurs progrès suite à l'adoption de nouvelles pratiques. En général, une exploitation standard peut tabler sur une économie moyenne de 25 tonnes de carbone par an. À noter : la PAC distribue des aides obtenues sur dossier pour implémenter certaines des mesures décrites ci-dessus. Ces aides s’adressent directement aux producteurs en conversion et sont mises en place dans le cadre des programmes de développement rural régional.

Avec un budget de 1,2 milliard d’euros, les agriculteurs seront directement concernés par le volet “Transition agricole, alimentation et forêt” du plan de relance du gouvernement. Objectif : reconquérir la souveraineté alimentaire, accélérer la transition agroécologique et adapter l’agriculture et la forêt au changement climatique.

Qui sommes-nous ?

Greenly est reconnu comme l'expert en bilan carbone pour les TPE-PME.

Bénéficiez d'une consultation gratuite et sans engagement avec nos experts pour réaliser un bilan carbone personnalisé. Cela vous aidera à repérer vos principales sources d'émissions de gaz à effet de serre et à mettre en place une stratégie ciblée et efficace.

🚀 Pour aller plus loin :

un homme souriant
Icône avec flèches "Time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Green Actu’
Des conteneurs

Le bilan carbone des transports de marchandises

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

L'empreinte carbone du transport de marchandises : impact transport routier, par conteneur, par voie maritime... Calculateur et logiciel CO2, neutralité carbone...

Transport
Green Actu’
une femme sur un vélo

Mobilité douce : que faut-il savoir ?

photo Justine Dumont
Par
Justine Dumont

La mobilité douce constitue un important levier pour réduire les émissions de gaz à effet de serre des transports. Quels sont les modes de déplacement dits doux ? Explications.

Transport