Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base.

Accueil
Greenlyhttps://images.prismic.io/greenly/43d30a11-8d8a-4079-b197-b988548fad45_Logo+Greenly+x3.pngGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
GreenlyGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
Descending4
Home
1
Blog
2
Category
3
Qu'est-ce que le Planet Score et comment ça fonctionne ?
4
Blog...Qu'est-ce que le Planet Score et comment ça fonctionne ?

Qu'est-ce que le Planet Score et comment ça fonctionne ?

Entreprise
Législations & normes
deux personnes en train de faire leurs courses au supermarché
Le Planet Score est un étiquetage environnemental apposé sur les produits alimentaires. Quels sont ses avantages ? Comment se tourner vers une alimentation plus durable ? Zoom.
Entreprise
2023-04-24T00:00:00.000Z
fr-fr
deux personnes en train de faire leurs courses au supermarché

Actuellement en cours d’expérimentation, le Planet Score est un étiquetage environnemental destiné aux produits alimentaires.

L’alimentation représente 22 % de l’empreinte carbone de la consommation française totale. Il s’agit du troisième poste le plus émetteur de gaz à effet de serre (GES) après le transport et le logement. Il ne fait donc aucun doute que le secteur doit rapidement effectuer sa transition écologique pour limiter sa contribution au réchauffement climatique.

👉 Mais en quoi consiste le Planet Score ? Quelles sont les informations précisées sur cet étiquetage ? Quels sont les produits concernés ?

Greenly fait le point.

Qu’est-ce que le Planet Score ?

Planet Score, présentation du dispositif et produits concernés

Élaboré par l’Institut de l’Agriculture et de l’Alimentation biologique (ITAB), le Planet Score est un étiquetage directement apposé sur les produits alimentaires - quels qu’ils soient - à la manière du Nutriscore. Cependant, au lieu d’indiquer les informations nutritionnelles d’un aliment, ce nouvel étiquetage délivre des informations quant à l’impact environnemental de ce dernier.

L’étiquette est bâtie selon un système de scoring composé de trois paramètres visuels :

  • une notation A, B, C, D ou E - A étant la meilleure note - selon une graduation de cinq couleurs allant du vert au rouge ;
  • son impact sur la biodiversité, le climat et l’utilisation de pesticides, toujours évalué selon cette même grille de couleurs ;
  • la prise en compte du mode d’élevage des animaux noté selon les couleurs verte, orange et rouge. Ce paramètre est uniquement apposé sur les produits issus de l’élevage ou sur les aliments contenant des produits issus de l’élevage (qui doivent a minima représenter 5 % de la masse de la recette).

👋 Bon à savoir : le score environnemental peut aussi bien être affiché sur les emballages des produits que sur les sites d'e-commerce ou les applications mobiles.

Un énième étiquetage environnemental

Le Planet Score doit faire l’objet d’une phase d’expérimentation de cinq ans maximum, pour tester son fonctionnement avant de le rendre obligatoire d’ici à la fin 2023.

Cependant, il ne s’agit pas du seul étiquetage environnemental actuellement en cours de création. Considéré comme le principal « concurrent » du Planet Score, l’Éco-score est né de la collaboration entre Yuka, La Fourche, Marmiton, Foodchéri, Seazon, ScanUp. 

Cet affichage est particulièrement similaire au Planet Score puisqu’il indique l’impact environnemental des produits alimentaires (pollution de l’air, des sols, des eaux et impacts sur la biosphère) avec une note allant de A à E.

Plusieurs facteurs sont pris en compte tout au long du cycle de vie du produit : 

  • les émissions de gaz à effet de serre (CO2) ;
  • la destruction de la couche d'ozone ;
  • les émissions de particules fines ;
  • l’oxydation photochimique ;
  • l’acidification ;
  • la radioactivité ;
  • l’épuisement des ressources en eau ;
  • la pollution de l'eau douce ;
  • l’épuisement des ressources non renouvelables ;
  • l’eutrophisation (terrestre, eau douce et marine) ;
  • l’utilisation des terres ;
  • les toxicités (eau douce et humaine) ;
  • la perte de la biodiversité.

✍️ À noter : le Planet Score est testé depuis fin 2021. À l’heure actuelle, 187 entreprises l’expérimentent sur leurs propres produits.

Close
youtube screenshot

Comment est calculé le Planet Score ?

Un travail collaboratif

Le Planet Score est né de la collaboration entre :

  • l’expertise de la société civile et de plusieurs scientifiques issus de l’agroalimentaire, des sciences comportementales ou encore, de la biodiversité ;
  • des ONG de protection de l’environnement, du bien-être animal ;
  • des associations de consommateurs ;
  • des collectifs de producteurs et des entreprises de l’aval ;
  • des experts Notation, Data et Digital.

La méthodologie employée

Afin de quantifier l’impact environnemental global d’un produit et d’être en mesure de le comparer à d’autres références, le Planet Score se base sur l’analyse du cycle de vie (ACV). Il convient alors de considérer les impacts engendrés au fil des étapes de production, à savoir : 

  • la méthode de production (agricole, élevage), les ingrédients et leur origine ;
  • la transformation ;
  • le transport et la logistique ;
  • l’emballage ;
  • la consommation ;
  • la valorisation et la fin de vie. 

L’ensemble de ces étapes est complété par des éléments clés issus de la base de données Agribalyse de l’ADEME : 

  • la santé et la toxicité environnementale (la prise en compte des pesticides) ;
  • la biodiversité et les écosystèmes ;
  • le climat (en prenant en considération les éléments climatiques issus des dernières données du GIEC) ;
  • les ressources naturelles.

👋 À titre d’information : la production dans les champs ou durant l’élevage est responsable de 84 % des impacts ACV des produits alimentaires prêts à consommer. 16 % des impacts sont engendrés lors des autres étapes du cycle de vie.

un tracteur dans un champ

Quels sont les avantages du Planet Score ?

Informer les consommateurs sur leurs achats

Le Planet Score délivre en un seul coup d’œil toutes les informations que doivent connaître les consommateurs au sujet de l'impact environnemental des produits qu'ils consomment. Cela leur permet de réaliser des achats alimentaires raisonnés, mais également de consommer des produits conformes à leurs valeurs sur le plan de l'écologie.

Cet étiquetage leur fait prendre conscience des problématiques environnementales, voire les incite à se tourner vers des produits alimentaires plus respectueux de l’environnement.

👀 Selon une étude BVA, 86 % des Français estiment que la présence d’un score environnemental sur les produits alimentaires est essentielle.

Participer à la protection de l’environnement

Le Planet Score constitue un outil au service de l’intérêt général et donne l’opportunité à chacun de lutter contre le dérèglement climatique. ☀️

En changeant leur manière de consommer, les individus soutiennent ainsi les marques respectueuses de l’environnement et contribuent, par extension, à la protection de ce dernier. À terme, le Planet Score a pour ambition de : 

  • diminuer la consommation de produits issus de l’élevage ;
  • lutter contre l’effondrement de la biodiversité ;
  • protéger les puits de carbone naturels en luttant contre la déforestation importée ;
  • réduire la pollution chimique causée par les pesticides, les engrais de synthèse, les plastiques ou encore les antibiotiques. 

L’objectif de ce dernier point étant de revenir progressivement sous la barre fixée par la limite planétaire relative à la pollution plastique et chimique. Dépassée durant l’année 2022, c'est la sixième limite à avoir été franchie sur les neuf identifiées.

Inciter producteurs et entreprises à produire responsable

Au-delà de faciliter les décisions d’achat des consommateurs, le Planet Score est supposé impacter les modes de production des entreprises et des agriculteurs. 👨‍🌾

Bien qu’à l’heure actuelle, la participation à cet étiquetage soit volontaire, les entreprises constatent d'ores et déjà que les consommateurs sont de plus en plus réticents à acheter des produits mal notés. La prise en considération des enjeux environnementaux devient essentielle à la survie de nombreuses marques. 

👀 L’étude d’impact menée par Yuka démontre celui de l’étiquetage dans le comportement d’achat des consommateurs. Pas moins de 92 % des utilisateurs de la plateforme n’achètent plus un produit lorsqu’il est noté rouge.

Les acteurs de l’agroalimentaire sont incités à se tourner vers l'éco-conception en : 

  • réduisant l’emballage ;
  • intégrant le biologique dans les recettes ;
  • substituant le carné autant que possible ;
  • utilisant des produits labellisés ;
  • améliorant le processus de transformation.

Grâce à cet étiquetage, les entreprises volontaires manifestent leur souhait d’améliorer leur offre pour répondre aux exigences des consommateurs et aux enjeux environnementaux. En définitive, le Planet Score contribue à la prise de conscience permettant d’accélérer la transition dans le domaine de l’alimentation.

Respecter les réglementations en vigueur

Créé par des experts en agronomie et environnement, le Planet Score soutient un scénario crédible de transition écologique dans le domaine de l’alimentation. Il est conçu conformément aux politiques publiques française et européenne en matière d’agriculture et d’environnement.

À l’échelle nationale, la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire (Loi AGEC) et la loi Climat et Résilience d’août 2021 prévoient de rendre obligatoire la présence d’un étiquetage environnemental sur certains types de produits. 

L’étiquetage environnemental compte parmi les solutions proposées par la Commission européenne dans sa stratégie « Farm to fork ». Cette stratégie consiste à :

Rendre les systèmes alimentaires équitables, sains et respectueux de l'environnement.

Plusieurs axes d’amélioration sont envisagés : 

  • prévenir le gaspillage alimentaire et de l’eau ;
  • assurer la sécurité alimentaire en offrant un accès à une alimentation suffisante, sûre, nutritive et durable ;
  • générer des rendements économiques plus équitables ;
  • promouvoir le commerce équitable.
une personne avec un tote bag devant le rayon salades d'un supermarché

Comment limiter l’impact environnemental de notre alimentation ?

Passer à une alimentation durable s’avère moins difficile que l’on ne le pense souvent ! Il suffit d’adopter progressivement les bonnes pratiques tout en modifiant son mode de consommation.

Quelques solutions pour entamer sa transition...

Privilégier les produits locaux et de saison

Exit les longs voyages en avion pour acheminer les fruits et légumes hors saison provenant de pays lointains. L’alimentation durable implique de se tourner vers des achats en circuits courts (commerces locaux, petits producteurs, etc.), de saison et certifiés.

De leur côté, les agriculteurs peuvent privilégier la production d’aliments bénéfiques tant pour l’environnement que pour notre santé, à l’image des légumineuses, des céréales complètes, des noix, des graines et des épinards.

Limiter sa consommation de viande

Un régime excessivement carné constitue l’un des principaux facteurs responsables de l’émission de GES dans le cadre de notre quotidien - comme de la consommation excessive de ressources naturelles et d’eau. 😰

Toutefois, pour limiter ces impacts sans se priver de sources nutritionnelles essentielles, les consommateurs peuvent se tourner vers les légumineuses - particulièrement les lentilles, dont la forte composition en fer permet de remplacer la viande.

👉 À titre d’information : 80 % de la surface agricole française est actuellement utilisée pour produire de la viande.

Pratiquer une agriculture respectueuse de l’environnement

En vue de répondre aux problématiques liées au bien-être des animaux, les agriculteurs peuvent mettre en œuvre des pratiques d’agriculture durable. Cela consiste principalement à user de pratiques agricoles respectant les principes du développement durable pour :

  • préserver les sols et les ressources naturelles ;
  • réduire les émissions de GES ;
  • diminuer la production de déchets ;
  • favoriser le développement de la biodiversité.

⚠️ L’agriculture durable est en totale opposition avec l’agriculture intensive, qui consiste à augmenter les rendements agricoles via l’usage d’intrants chimiques pour répondre aux besoins de la population tout en proposant des prix toujours plus bas.

L’agriculture biologique est également une alternative envisageable. Elle : 

  • autorise l’utilisation de substances naturelles uniquement ;
  • respecte bien-être animal ;
  • respecte les cycles écologiques ;
  • réutilise les matières organiques ;
  • a un impact positif sur la santé des sols, la qualité de l’air et de l’eau, sur la biodiversité et sur la santé.

👋 Les consommateurs peuvent repérer les produits bio en se référant aux deux principaux labels : le logo AB et le logo Eurofeuille.

Produisez des produits à faible impact environnemental !

Vous souhaitez prendre part à la lutte contre le réchauffement climatique ? Attelez-vous à réduire l’impact environnemental de vos produits (alimentaires ou non) en agissant sur vos processus de fabrication.

Procédez à l’analyse de l’ensemble de votre chaîne d’approvisionnement grâce à Greenly. Bénéficiez d’une démonstration gratuite et sans engagement pour découvrir notre outil. 🔎

Plus d’articles

Tout voir
la main d'une femme placée sous un robinet d'eau
Par
Justine Dumont

Tout ce que vous devez savoir sur le Plan Eau

Emmanuel Macron a présenté le Plan Eau pour éviter une possible pénurie d’eau cet été. Quelles sont les mesures qui composent ce dispositif ?

Entreprise
Législations & normes