Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Accueil
Greenlyhttps://images.prismic.io/greenly/43d30a11-8d8a-4079-b197-b988548fad45_Logo+Greenly+x3.pngGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
GreenlyGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
Descending4
Home
1
Blog
2
Category
3
Analyse de Cycle de Vie (ACV) : tout savoir en 2024
4
Blog...Analyse de Cycle de Vie (ACV) : tout savoir en 2024

Analyse de Cycle de Vie (ACV) : tout savoir en 2024

Entreprise
Bilan Carbone
une plante dans un pot
Qu'est ce qu'une ACV ou Analyse de Cycle de Vie ? En quoi consiste-elle ? Quelle sont les bonnes pratiques à connaître ? Greenly vous dit tout.
Entreprise
2024-07-04T00:00:00.000Z
fr-fr
une plante dans un pot

Aussi connue sous l'abréviation "ACV", l'Analyse du Cycle de Vie permet d'évaluer l’impact environnemental d’un produit ou d’un service, et ce, tout au long de son existence. Conception, vente, achat, utilisation, destruction, revalorisation… Lorsqu'on souhaite améliorer la performance environnementale de son entreprise, il est essentiel de réaliser une ACV au sujet de son offre.

Mais qu'est-ce qu'une Analyse de Cycle de Vie exactement ? Comment se réalise-t-elle ? Est-elle obligatoire ?

Greenly vous dit tout.

Qu’est-ce qu'une Analyse de Cycle de Vie (ACV) ?

Infographie des étapes de l'analyse du cycle de vieInfographie analyse de cycle de vie

Rappel : qu'est-ce que le cycle de vie d'un produit ?

Le cycle de vie d’un produit désigne un ensemble de phases allant de la conception à la destruction de ce dernier. Ce cycle est généralement représenté par une courbe, représentant l'évolution du volume des ventes au fil du temps.

Le cycle de vie d’un produit compte 5 phases. Le détail de ces étapes varie légèrement en fonction du domaine d'étude, mais l'idée reste globalement la même.

Dans le cadre d'une ACV, on distingue :

  • l'extraction, l'approvisionnement et la transformation des matières premières ;
  • la fabrication, l'assemblage, l'emballage ou la construction ;
  • la mise en circulation, la distribution et la commercialisation du produit fini ;
  • le déballage, l'utilisation et l'entretien ;
  • la fin de vie, la collecte, le transport, le recyclage, le traitement des déchets, etc.

A contrario, dans le cadre d'une analyse marketing, on distingue :

  • le développement ;
  • le lancement ;
  • la croissance ;
  • la maturité ;
  • le déclin.
Close
youtube screenshot

Analyse de Cycle de Vie (ACV), définition

L’Analyse de Cycle de Vie (dite ACV) est une méthode d'analyse ayant pour but d'évaluer les impacts environnementaux d’un produit ou d’un service. En ce sens, elle analyse la totalité du cycle de vie du produit ou du service concerné.

Une ACV permet à tout individu ou entreprise :

  • d'opérer une comparaison pertinente entre différents produits ou services du même type ;
  • d'adapter ses choix ou sa stratégie en conséquence ;
  • d'évoluer vers une consommation ou une production plus respectueuse de l'environnement.

Réaliser une ACV est une excellente manière d'identifier les facteurs de pollution propres à chaque produit ou service. Il s'agit d'un préalable indispensable à tout plan d'action visant à améliorer la performance environnementale d'une entreprise.

Un outil certifié par la norme ISO 14040-44

L'Organisation internationale de normalisation (International Organization for Standardization ou ISO, en anglais) a contribué à définir la méthodologie et la déontologie de ce type d’évaluation. Le but ? Harmoniser la méthode employée (avec l'obligation de réaliser une revue critique pour les ACV comparatives, par exemple).

La méthode ACV est donc standardisée à l’échelle internationale, par le biais d'une norme : la norme ISO 14040-44.  

Quel est le but d'une ACV ?

In fine, le but d'une ACV est d'encourager les entreprises à tendre vers l'éco-conception.

Pour rappel, l'éco-conception désigne l'intégration systématique des problématiques d'ordre environnemental à la conception et au développement des produits ou services commercialisés. De façon plus prosaïque, il s'agit de réduire les impacts environnementaux négatifs à service rendu équivalent ou supérieur. De fait, ceci implique l'atteinte d'une forme d'équilibre entre exigences écologiques, sociales, techniques et économiques.

Dans ce contexte, une analyse de cycle de vie est une façon de contribuer à la protection de l'environnement, tout en préservant les fonctionnalités, qualités et performances de son offre.

La plateforme gouvernementale Notre environnement rappelle par ailleurs que l'éco-conception fait déjà l'objet de certaines réglementations européennes :

  • la 2009/125/CE relative à l’éco-conception des produits liés à l’énergie ;
  • la UE/2017/1369 relative à l’étiquetage énergétique des produits liés à l’énergie.

En principe, réaliser une ACV est particulièrement intéressant pour :

  • les instances publiques internationales, nationales et européennes ;
  • la communauté scientifique ;
  • les industriels.

Plus largement, toute organisation proposant des produits ou des services peut réaliser une analyse de cycle de vie. En tout état de cause, cette démarche s'avère de plus de plus en utile, dans la mesure où les réglementations en faveur de l'éco-conception se multiplient : en avril 2024, le Parlement européen a ainsi adopté un nouveau règlement sur ce sujet (le dernier datant de 2022), lequel doit élargir le champ des produits soumis à certaines obligations

Toutefois, la conduite d'un tel processus ne peut se faire au doigt mouillé. Certaines connaissances sont essentielles à la réalisation d'une ACV. De même que la maîtrise des outils dédiés et l'aptitude à exploiter les bases de données, afin de dresser un bilan à la fois précis et pertinent. Ces compétences s'acquièrent au cours d'une formation à la méthode ACV. Si votre entreprise ne dispose pas de ces dernières, nous vous recommandons fortement de faire appel à un prestataire spécialisé.

Close
youtube screenshot

Quelles sont les deux approches de l'Analyse de Cycle de Vie (ACV) ?

L'approche "cycle de vie"

L'approche "cycle de vie" consiste à dresser l’inventaire de l'ensemble des flux associés au produit, afin de quantifier la totalité des ressources naturelles exploitées et des externalités associées.

La naissance du produit (conception, production et construction)

Dans bien des cas, les étapes associées à la conception, à la production ou à la construction sont hautement consommatrices en termes d’énergie et de ressources.

Elles englobent :

  • l’extraction, la production et le transport des matières premières ;
  • la production des matériaux et leur transport ;
  • l’assemblage ;
  • l’emballage du produit fini et sa distribution.‍

Les ressources consommées vont du carburant (pour le transport), à l’électricité (pour l’extraction ou la production) en passant par l’eau et les substances chimiques.

L’ impact environnemental se mesure de différentes manières :

La vie (utilisation)

Très souvent, la phase d'utilisation contribue à alimenter l'impact environnemental du produit.

Les exemples de sources potentielles de pollution sont divers :

La mort (valorisation ou élimination)

La gestion de la "fin de vie" d'un produit est primordiale. Que fait-on du produit, une fois que celui-ci est devenu inutilisable ? Le produit est-il simplement jeté, éliminé ou fait-il l'objet d'une revalorisation ?

Cette dernière phase est souvent la plus compliquée à traiter. En témoignent les décharges illégales ou les incinérations sauvages.

Malheureusement, la "fin de vie" d'un produit peut se révéler source de multiples impacts environnementaux.

‍Dans le cadre d'une ACV, les processus pris en considération au moment de la "mort" du produit sont :

  • la collecte ;
  • le transport jusqu'au lieu de fin de vie ;
  • la valorisation (autrement dit, le recyclage du produit) ;
  • l’élimination.

L’approche "multi-critères"

L'approche "multi-critères" analyse les "flux entrants et sortants". Un flux correspond à :

  • tout ce qui intervient dans le cadre du processus de fabrication d’un produit ou d’un service ;
  • tout ce qui résulte de ce processus, en termes d'externalités négatives et d'impacts de diverses natures.

Les flux entrants peuvent correspondre à des ressources en eau, en pétrole ou en gaz, par exemple. Pour les flux sortants, il s'agit d'émissions gazeuses, de liquide rejeté, etc.

une calculatrice et un stylo

Quelles sont les 4 étapes d'une ACV ?

1. Définir les objectifs de l'ACV

La première étape consiste à définir le cadre de l'étude. Dans l'ordre, il faut déterminer :

  • les objectifs de cette évaluation (que recherche-t-on ?) ;
  • le but final (comparaison entre différents produits, éco-conception, etc.) ;
  • le destinataire de l’étude (s'agit-il d'un interlocuteur interne ou externe ?) ;
  • les "frontières" du système faisant l'objet de l'évaluation (c'est-à-dire les processus qui doivent être inclus dans la modélisation du système) ;
  • l’unité fonctionnelle.‍

Pour rappel, l’unité fonctionnelle désigne une unité de mesure servant à effectuer les comparaisons. Elle est déterminante dans l'évaluation du service rendu par le produit.

L'unité fonctionnelle est déterminée en fonction de 3 critères :

  • la durée de vie du produit (la totalité du cycle de vie) ;
  • le nombre et la fréquence des utilisations ;
  • la performance.‍

Une unité fonctionnelle peut correspondre à la contenance d'un sac de course traduite en litres, par exemple.

2. L’inventaire des données sur le cycle de vie (ICV)

L'inventaire du cycle de vie (ICV) mesure les flux entrants et sortants de matières et d’énergies, pour appréhender l’impact environnemental de chaque étape. On dit généralement qu'il s'agit de la phase de comptabilité analytique des flux entrants et sortants.

Dans la pratique, 2 types de facteurs sont alors analysés :

  • les facteurs d’activités (kilomètres parcourus, tonnes transportées, kWh consommés, etc.) ;
  • les facteurs d’émissions (grammes de NOx ou de PO4 rejeté dans la nature (air, eau, etc.), par exemple).

Attention : de nombreuses erreurs peuvent survenir lors de cette étape d'analyse. D’où l'importance de recourir à un logiciel dédié ou de faire appel à un expert.

3. L’évaluation des impacts environnementaux

Vient ensuite l’étape de l’évaluation des impacts et dommages potentiels. Ils dépendent évidemment des flux de matières et d’énergie recensés, ainsi que des indicateurs de calcul et de caractérisation choisis.

Les méthodes de calcul des impacts se répartissent en deux catégories : les méthodes midpoint et les méthodes endpoint.

Les méthodes midpoint

Les méthodes midpoint sont orientées vers les problèmes posés. Ici, l'impact apparaît au milieu de la chaîne de causalité.

Dans ce contexte, les méthodes midpoint quantifient les effets globaux des substances émises ou consommées. Ces risques peuvent porter sur la santé humaine, l’écosystème, etc.

Un exemple ? L’impact environnemental lié à l’acidification des sols est mesuré en équivalent SO2 (dioxyde de soufre).

Si vous souhaitez en savoir plus sur la dépollution des sols, n'hésitez pas à consulter notre article dédié en cliquant ici.

Les méthodes endpoint

Les méthodes endpoint, elles, sont orientées vers les dommages. L'impact apparaît donc à la fin de la chaîne de causalité.

Les méthodes endpoint évaluent les dommages potentiels susceptibles de survenir. Elles mettent l'accent sur les dégâts "finaux", causés par la consommation ou les émissions liées à certaines substances.  

Pour reprendre l'exemple de l’acidification des sols, ce point sera mesuré et quantifié en termes de perte de biodiversité sur une surface donnée. On parlera alors de PDF ou "Potentially Disappeared Fraction of Species".

4. L’interprétation des résultats de l'ACV

La dernière étape de l'analyse du cycle de vie est le bilan.

Il s'agit de prendre connaissance des résultats pour identifier les axes d'optimisation et se tourner ensuite vers des alternatives moins polluantes.

un graphique qui montre les étapes de l'analyse de cycle de vie

Faut-il soumettre ses résultats à une revue critique ?

Qu'est-ce qu'une revue critique ?

Une étude ACV conduite en bonne et due forme présente de façon détaillée les objectifs, le champ de l’étude, les limites et les hypothèses de travail, les résultats, etc. Problème : même réalisée dans les règles de l'art, une Analyse de Cycle de Vie peut souffrir de quelques biais. C'est la raison pour laquelle bénéficier d'un regard neutre, objectif et averti sur le travail réalisé s'avère souvent utile. Et c'est tout l'objet de la revue critique.

Une revue critique intervient généralement lorsqu’une entreprise envisage de communiquer les résultats de son ACV à ses parties prenantes.

De façon plus globale, on peut réaliser une revue critique dès lors qu'on souhaite que l'ACV soit soumise à l'analyse d'un expert indépendant.

En fonction de la nature de l'ACV et de ses objectifs, les modalités de la revue critique peuvent toutefois varier. Par exemple, dans l'hypothèse où l'Analyse du Cycle de Vie consiste en une comparaison de produits ou de services, la revue critique fera appel à un panel d’experts spécialisés dans le secteur d’activité concerné.

Quels sont les objectifs d'une revue critique ?

Le principal objectif d'une revue critique est d’attester de la conformité de l’étude avec la norme ISO 14040/44.

Une revue critique se concentre sur les points suivants :

  • les méthodes et les calculs ;
  • les données utilisées ;
  • la pertinence et la cohérence des interprétations ;
  • la transparence et la cohérence globale de l'ACV.

Ayant été imposée par ISO pour les études comparatives destinées à être rendues publiques, la revue critique se systématise de plus en plus.

Quelles sont les limites d'une ACV ?

Même si une Analyse de Cycle de Vie s'avère est exhaustive par nature, il ne s'agit pas d'un outil parfait à tout point de vue. L'ACV n'est pas une méthode universellement applicable ou pertinente, par exemple.

Certains impacts ne sont pas pris en considération :

  • les conséquences des activités sur les paysages ;
  • le bruit, les odeurs, etc. ;
  • la pollution lumineuse et/ou visuelle ;
  • les ondes.

De plus, une ACV est fondée sur des hypothèses de travail susceptibles d'induire une dimension subjective. La personne réalisant l'étude peut involontairement influencer le processus au travers de la formulation de ces fameuses hypothèses de travail (en intégrer certaines et en exclure d'autres, en fonction de l'évolution de sa réflexion).

Enfin, l'Analyse de Cycle de Vie est une étude complexe à aborder. Faute de disposer des compétences nécessaires pour l'interpréter (en interne ou en externe), sa réalisation s'avérera simplement inutile.

ACV, les bons outils

Les logiciels

Une logiciel ACV est un outil permettant d'évaluer et de comparer les impacts environnementaux, en s'appuyant sur des bases de données spécifiques. Un tel logiciel "découpe" un produit en fonction des flux relatifs à ses composants ainsi qu'aux niveaux d'énergie qu'il nécessite.

Dans la majorité des cas, les logiciels d'analyse du cycle de vie exploitent des bases de données générales et spécialisées établies en amont.

Plusieurs logiciels permettent de procéder simplement à la réalisation d'une ACV. Certains sont même gratuits. Cependant, ayez à l'esprit que les bases de données et la facilité d’utilisation varient d'une interface à l'autre. En fonction de la nature de votre activité, il faudra donc veiller à ce que le logiciel ait accès aux données qui vous concernent bel et bien.

Les principaux logiciels ACV sont les suivants :

Les bases de données

Faute de logiciel, vous pouvez tenter de réaliser une ACV avec les bases de données accessibles de tous. Ceci, à condition d'avoir accès aux références pertinentes et de savoir les analyser vous-même.

Parmi les principales bases de données accessibles sur le marché, on relève notamment :

un homme écoutant attentivement

Pourquoi faire une Analyse de Cycle de Vie (ACV) ?

Pour identifier les problématiques et les impacts environnementaux d'une entreprise

L'analyse de cycle de vie constitue un véritable outil décisionnel et stratégique, dans le cadre de l'optimisation d'un produit, d'un système ou d'un business model.

Si elle vous permet d'abord d'améliorer votre Bilan Carbone®, l'analyse du cycle de vie vous octroie aussi la possibilité de revoir votre stratégie à court, moyen et long terme. Le tout, en mettant en œuvre des actions ayant vocation à assurer la pérennité de votre entreprise - au-delà de protéger notre environnement. Et pour cause : l'urgence climatique pose la question de la durabilité même de notre modèle de production et de consommation. En témoigne le durcissement progressif de la législation à l'égard des entreprises.

Pour en savoir plus au sujet du Bilan Carbone®, n'hésitez pas à consulter notre page dédiée en cliquant ici.

Pour développer des produits éco-conçus

Identifier les forces, les faiblesses et les axes d'amélioration d'un produit ou d'un service permet d'optimiser l'offre en conséquence. Plus encore : de se tourner, le cas échéant, vers l’éco conception. Dès lors, l'analyse du cycle de vie apparaît comme un outil d’aide à la décision, en vue de développer une stratégie aux impacts moindres, et ainsi tendre vers le respect des critères d’écolabellisation.

Revoir la conception d'un emballage, ou étudier les possibilités de revalorisation d'un produit sont autant d'options qui s'offrent à l'entreprise. Dans tous les cas, l'attention se concentrera sur la démonstration d'une volonté solide d'inscrire la préservation de l'environnement dans l'ADN de la structure.

Pour comparer l’impact environnemental de ses produits

À service rendu égal, l’impact environnemental peut départager deux produits. Telle est aujourd'hui la réalité du marché.

Dans ce contexte, une ACV met en évidence les choix opérés d'une entreprise à l'autre en matière de préservation de l'environnement. Outre le fait de servir d'outil d'optimisation, l'analyse du cycle de vie des produits devient un outil comparatif au service des consommateurs. D'où la nécessité de tenir compte des aspirations de ces derniers en matière environnementale. Le tout, en présentant un bilan objectif de ses performances, à toutes les étapes du cycle de vie de son produit.

À titre d'exemple, la base de données Agribalyse permet à tout consommateur de prendre connaissance de l'empreinte carbone de tel ou tel aliment ou plat. Ci-dessous les estimations relatives à l'impact carbone d'une quiche lorraine.

Close
youtube screenshot

ACV, exemple

Vous œuvrez dans le domaine du textile ? Vous souhaitez en savoir plus quant à la méthode employée par Greenly dans le cadre de la réalisation d'une ACV ?

De nombreuses normes sectorielles sont toujours en cours de développement. Néanmoins, en ce qui concerne l’habillement, celle rédigée par l’ADEME et l’AFNOR en 2016 constitue un point de référence. Elle définit les règles à suivre et les valeurs génériques à utiliser lors de la réalisation de l’ACV d’un produit issu du milieu de l'habillement.

Un exemple ? Découvrez le travail réalisé par Greenly pour la marque de prêt-à-porter CABAÏA.

L'analyse des matières premières

La récolte des données physiques relatives à la composition

Après récolte des données sur la composition des produits, un récapitulatif des matières premières utilisées pour chaque produit est établi (en gramme par matériau).

L'empreinte carbone des matériaux

Les émissions qui découlent de la chaîne de production des fibres textiles (en kgCO2e/kg) sont évaluées à partir de bases de données ACV standards. Elles sont complétées, si besoin, par des résultats issus de la littérature scientifique.

La conversion en kgCO2e

On multiplie ensuite le poids de tous les matériaux composant le produit par son empreinte carbone, pour obtenir l’empreinte carbone associée à la production des matières premières.

La fabrication du produit

La fabrication de l’étoffe

La fabrication de l’étoffe induit une consommation importante d’électricité - filage, tissage ou tricotage. En ce sens, l'empreinte environnementale associée dépend de nombreuses variables : processus utilisés, type de matière, titrage des fils, etc.

L'ennoblissement

L'ennoblissement englobe toutes les étapes de traitement qui permettent d’atteindre une certaine qualité d'étoffe. Là encore, les externalités environnementales dépendent grandement des techniques employées : teinture (sur fil ou sur étoffe), impressions, apprêt chimique ou mécanique.

La confection

La confection désigne les étapes finales de la fabrication du produit : découpage, repassage, couture.

Comme pour les étapes précédentes, l’empreinte carbone est notamment liée à la consommation d’électricité. L’intensité carbone de cette dernière dépend de l’emplacement géographique de l’usine.

Le transport

Le transport est modélisé conformément aux différentes étapes de l’analyse de cycle de vie. Il englobe notamment l’acheminement des matières premières, les trajets entre les usines et les entrepôts de stockage, puis la distribution au client.

L’empreinte carbone est calculée pour chaque moyen de transport, en multipliant la distance parcourue (donnée en km) par le poids de la marchandise transportée, ainsi que par un facteur d’émissions propre au véhicule considéré (en kgCO2e/t.km).

L'usage

La prise en compte de l’impact généré par l’usage du produit est cruciale. De fait, de nombreuses études ont montré que cette phase était prépondérante dans l’empreinte finale du produit. La négliger fausserait le calcul, notamment dans l’optique d'une comparaison entre plusieurs produits.

Les émissions proviennent essentiellement de la consommation électrique des machines, lors du lavage et du séchage des habits. Les résultats varient, en outre, selon le lieu de vente et l’intensité carbone du pays en question.

En France, l’électricité peu carbonée a tendance à donner lieu à une contribution relativement faible.

La fin de vie

La fin de vie des produits textiles peut être à l’origine d’une quantité plus ou moins importante d’émissions selon la méthode de traitement (enfouissement, incinération, réemploi, effilochage, chiffon d’essuyage).

Dans ce contexte, un scénario de référence établi par l’ADEME est utilisé.

Qui sommes-nous ?

Vous souhaitez réaliser l'ACV de votre produit ? Contactez nos experts et réservez votre démo gratuite.

Plus d’articles

Tout voir
une équipe s'encourageant en se tapant dans les mains
Par
Justine Dumont

Diag Décarbon'Action : le guide pour tout comprendre en 2023

Le Diag Décarbon'Action a pour vocation de rendre le Bilan Carbone® plus abordable. Quel est le montant de cette aide ? Qui peut en bénéficier ? Comment se faire accompagner par Greenly ?

Entreprise
Bilan Carbone
une personne tenant une carte bancaire à la main
Par
Ines Gendre

Le guide des achats responsables en 2024

Une politique d’achats responsables est une stratégie d’achat, visant à minimiser ses impacts environnementaux et sociétaux. Explications.

Entreprise
Ambition net zero