Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Empreinte carbone : définition, calcul et réduction

L'empreinte carbone est un outil permettant d'évaluer le niveau d'émissions de gaz à effet de serre (GES) générées. Mais que faut-il savoir à son sujet ?
Entreprise
2024-01-12T00:00:00.000Z
fr-fr
des images de calculatrice

L'empreinte carbone est un outil permettant d'évaluer le niveau d'émissions de gaz à effet de serre (GES) générées par un individu, une municipalité, une entreprise ou encore un État. De fait, on sait maintenant que le surplus de ces fameux gaz dans notre atmosphère est pour partie responsable du réchauffement climatique. D'où la nécessité de permettre au plus grand nombre d'évaluer son empreinte carbone, pour ensuite la réduire de manière efficace.

Mais comment calcule-t-on une empreinte carbone ? Peut-on la réduire ?

Greenly vous répond.

Qu’est-ce qu'une empreinte carbone ?

Empreinte carbone, définition

Une empreinte carbone est un indicateur permettant d'évaluer le niveau d'émissions de gaz à effet de serre (GES) imputable à l'activité d'un individu, d'une entreprise, d'une municipalité, ou encore d'un État. L'objectif est d'évaluer l'impact environnemental de l'activité concernée.

Si l'empreinte se concentre toujours sur les émissions de gaz à effet de serre, le périmètre de recherche variera naturellement en fonction de l'objet de l'analyse. Pour calculer l'empreinte carbone d'un individu, on se concentrera sur son mode de vie et ses habitudes, par exemple. À l'échelle d'un État, les choses seront évidemment plus complexes.

Prenons l'exemple de la France. Conformément aux informations fournies par l'Insee, l'empreinte carbone de la France reflète la quantité de gaz à effet de serre générée par la demande finale intérieure. Cette demande finale intérieure tient compte de la consommation des ménages, de celle des administrations publiques et des organismes à but non lucratif, ainsi que des investissements. Détail important : les biens et les services sont pris en compte, indépendamment de savoir s'ils ont été produits sur le territoire national ou importés.

Close
youtube screenshot

Les différents gaz à effet de serre comptabilisés

L'empreinte carbone comptabilise les émissions de :

  • dioxyde de carbone (CO2) ;
  • méthane (CH4) ;
  • protoxyde d'azote (N2O);
  • hydrofluorocarbure (HFC) :
  • perfluorocarbure (PFC) ;
  • hexafluorure de soufre (SF6).

Une empreinte carbone est généralement exprimée en dioxyde de carbone équivalent (CO2e). De fait, par souci de simplification, il a été décidé qu'une "norme" rapportée au CO2 serait utilisée. Autrement dit, lorsqu'on parle d'équivalent CO2 (ou CO2e), on indique la quantité de dioxyde de carbone qui aurait le même impact - le même pouvoir réchauffant- que celle du gaz faisant l'objet de la conversion.

Les émanations de gaz à effet de serre responsables de la dégradation de notre environnement sont majoritairement issues de l'activité humaine. Parmi les plus importantes sources de GES, on peut citer la combustion des énergies fossiles (le pétrole, le gaz naturel et le charbon), la déforestation massive, l'agriculture intensive et l'exploitation minière (c'est-à-dire l'extraction de métaux destinés à la fabrication de batteries, par exemple).

Graphiques de la composition des émissions ges

Attention à ne pas confondre empreinte carbone et empreinte écologique (aussi parfois appelée empreinte environnementale). Cette dernière évalue la pression exercée par l'Homme sur la planète Terre. Elle est traduite en hectares globaux (hag) ou en nombre de planètes. L'empreinte écologique évalue la surface terrestre nécessaire au maintien de notre niveau de consommation - et de notre mode de vie au sens large. Elle est d'ailleurs régulièrement évoquée dans les médias au moment du fameux "jour du dépassement" - la date à partir de laquelle l'Humanité a consommé la totalité des ressources que la planète peut produire en une année.

Fumées d'usine en fond

Quelle est l'empreinte carbone moyenne d'un Français ?

D'après l'étude conduite par Citepa et l'ABC sur la période 2022-2023, l’empreinte carbone moyenne d'un Français serait de 8 tonnes CO2eq par an.

Le rapport précise toutefois que ce résultat est probablement minoré du fait de la difficulté à prendre en compte certains aspects de la consommation des ménages. Pour cette raison, le Service des données et études statistiques (SDES) estime que l’empreinte carbone moyenne par personne avoisine les 9 tonnes CO2eq par an.

Plus spécifiquement, l’empreinte carbone varie peu entre les régions, mais de façon sensible en fonction des revenus. Ainsi, l'empreinte individuelle des revenus mensuels inférieurs à 750 € serait de 7 tonnes par an, tandis que celle des revenus supérieurs à 6 500 € serait de 12 tonnes. Les émissions des individus les plus aisés tendent à s'accroître du fait de la nature de leur consommation en matière de transport (recours prononcé à la voiture et l'aérien notamment). Attention toutefois : le niveau de revenu n'est pas le seul facteur entrant en ligne de compte. L'empreinte carbone d'un individu varie aussi en fonction des biens durables mobiliers et immobiliers, ainsi que de la part du revenu affecté à la consommation.

Les principaux postes de consommation contribuant à l'empreinte carbone moyenne d'un Français sont :

  • les transports (25%) ;
  • l'alimentation (23%) ;
  • le logement (18%) ;
  • les services sociétaux (18%).

Fait intéressant : 40% des participants à l'étude Citepa-ABC sous-estimaient leur empreinte carbone. De fait, 80 % ont déclaré vouloir agir pour réduire cette dernière. De même, deux tiers des personnes interrogées ont manifesté leur volonté de sensibiliser leur entourage à ce résultat, ainsi qu'aux leviers d'action possibles.

L'empreinte carbone par pays

L'empreinte carbone d'un pays est généralement exprimée en tonnes de CO2 ou CO2eq par habitant. Attention à ne pas confondre le classement des pays les plus pollueurs, avec le classement des pays en fonction de leur empreinte carbone.

En 2021, le classement des 10 pays dotés de la plus forte empreinte carbone était le suivant :

Contrairement à une idée reçue, la Chine, les États-Unis et l'Inde ne sont pas les pays dotés de la plus forte empreinte carbone. En revanche, ils sont ceux qui émettent le plus de gaz à effet de serre au total.

En résumé, les trois pays les plus pollueurs sont le Qatar, Bahreïn et le Koweït. Tandis que les trois pays les plus émissifs sont la Chine, les États-Unis et l'Inde. Toutefois, ainsi que le soulignait Futura Sciences, les pays occidentaux ont massivement délocalisé une part de leur production en Asie - et particulièrement en Chine.

Autrement dit, le procès fait au géant chinois quant au niveau de ses émissions de gaz à effet de serre n'est pas infondé. Mais il ne doit pas faire abstraction de la responsabilité des pays profitant de ses services.

Le podium occupé par les pays du Golfe en termes d'empreinte carbone s'explique de par :

  • leur exploitation pétrolière et gazière ;
  • leur population relativement faible.

Non seulement ils émettent des quantités importantes de gaz à effet de serre, mais cette quantité se rapporte ensuite à un nombre d'habitants relativement faible.

Comment calculer son empreinte carbone ?

Méthode de calcul

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME) utilise une méthode de calcul fondée sur le recours aux ratios physiques et monétaires.

En principe, il est préférable d'utiliser les ratios physiques, car les ratios monétaires peuvent souffrir d'imprécision. Pas question cependant de les exclure : les ratios monétaires permettent en effet de développer une vision exhaustive de l'empreinte carbone.

Pour simplifier, on utilise les ratios monétaires afin de visualiser le "squelette" de l'empreinte carbone. Puis on ce squelette comme un plan, permettant d'établir les recherches à effectuer et d'organiser ces dernières. En définitive, ce seront ces recherches qui permettront d'évaluer et d'analyser l'empreinte carbone concernée.

Les ratios physiques

Le facteur d'émission physique évalue la quantité de CO2 produite par unité consommée. Il se traduit comme suit : "telle activité émet en moyenne x quantité de CO2 par unité consommée".

Pour estimer la quantité de CO2 émise à partir d'un facteur d'émission physique, on effectue le calcul suivant :

Quantité de gaz à effet de serre émise = Quantité consommée * Facteur d'émission physique

Pour la quantité consommée, on exprimera ce chiffre conformément à l'unité du produit concerné (kg, litres, m2, etc.).

Les ratios monétaires

Le facteur d'émission monétaire évalue la quantité de CO2 affectée à un produit ou à un service donné, en se basant sur son prix. Il se traduit comme suit : "tel produit ou service émet en moyenne x quantité de CO2 (kgCO2e) par K€ HT".

Pour estimer la quantité de CO2 émise à partir d'un facteur d'émission monétaire, on effectue le calcul suivant :

Quantité de gaz à effet de serre émise = Prix * Facteur d'émission monétaire

Outils de calcul

Les calculateurs en ligne peuvent s'avérer utiles, si vous souhaitez seulement obtenir un ordre de grandeur.

Parmi les principaux, vous trouverez notamment : 

Aller plus loin en réalisant son bilan carbone

Aujourd'hui, l'évaluation de l'empreinte carbone constitue un impératif pour de nombreux entreprises. En France, elle se traduit au travers du bilan GES réglementaire (BEGES).

Ce dernier concerne les entreprises suivantes (voir tableau ci-dessous).

Close
youtube screenshot

 Comment réduire son empreinte carbone ?

À la maison

Trier et réduire ses déchets

Tout le monde peut trier ses déchets, tenter d'en diminuer le volume et s'abstenir de les jeter n'importe où. Indépendamment de toute considération d'ordre économique, que l'on ait des revenus élevés ou modestes. Il s'agit sans nul doute de l'un des leviers d'action accessible au plus grand nombre. Alors autant en profiter.

Pour davantage d'informations au sujet du tri sélectif, n'hésitez pas à vous rendre sur le site du Ministère de l'écologie.

Lutter contre le gaspillage et couper court à la surconsommation

Ceci consiste à acheter mieux (des produits locaux, de saison, voire biologiques), consommer mieux (sans gaspiller), et jeter mieux (le moins possible et en respectant le tri sélectif). D'une manière générale, soyez simplement raisonnables. Achetez seulement ce dont vous avez besoin, tous domaines confondus.

Aujourd'hui, des applications telles que Too Good To Go ou Vinted permettent de soutenir des modes de consommation plus responsables. En achetant moins chers des produits alimentaires dont la date limite de consommation est proche, ou en donnant une seconde vie à des vêtements non portés.

De façon plus large, nous vous conseillons de prendre le temps de la réflexion avant d'acheter. Interrogez vous sur l'utilité réelle de vos achats. A fortiori dans les domaines de l'électroménager et du numérique. Dans ces deux derniers cas, pensez à consulter les indicateurs de performance énergétique, de recyclage, etc.

Optimiser sa consommation d'énergie

Débrancher ses appareils et ne pas les laisser en veille, éteindre la lumière en quittant une pièce, opérer un usage modéré du chauffage ou de la climatisation… Ces gestes semblent anodins, mais ils ne le sont pas. Car l'électricité à un coût environnemental.

Pour EDF, en 2022, la fourniture d'un kWh d'électricité a été synonyme de :

Au bureau

Promouvoir les éco-gestes auprès de ses salariés

Instaurer et promouvoir des "éco-gestes" n'est pas aussi difficile qu'on le pense.

Parmi les gestes les plus simples :

  • éteindre systématiquement la lumière en quittant les salles de réunion ;
  • couper son ordinateur au lieu de le laisser en veille toute la nuit ;
  • limiter le recours au système d'impression (uniquement en cas de véritable nécessité) ;
  • ne pas abuser de l'email, surtout si vous y incluez de lourdes pièces jointes ;
  • etc.

Identifier et stopper les dépenses inutiles

Si vous en avez la possibilité, passez en revue les commandes de matériel et éliminez ce qui n'est pas véritablement utile. De même, attention au suréquipement : par exemple, est-il réellement utile que chacun de vos services soit doté d'une imprimante ? Si vous souhaitez encourager vos équipes à diminuer le nombre de leurs impressions, peut-être vaut-il mieux enrayer tout surcroît d'équipement disponible.

Autre point de vigilance : l'usage du plastique. Une idée ? Offrez à vos employés un mug corporate, afin de remplacer les gobelets à la machine à café.

Restreindre les déplacements professionnels

Un mot d'ordre : tentez de vous contenter du strict nécessaire. En particulier si vos déplacements impliquent d'emprunter des moyens de transport très polluants (l'avion, notamment).

Par ailleurs, n'hésitez pas à accompagner vos équipes dans l'organisation de leurs trajets journaliers. Si des transports en commun se trouvent à proximité, peut-être pouvez-vous investir dans un forfait mobilité pour leur donnera accès à ce service à moindre coût.

Close
youtube screenshot

Qui sommes-nous ?

Vous souhaitez réduire l'empreinte carbone de votre entreprise ? Nos experts attendent votre appel !

homme souriant
icone time to change

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d'articles

Entreprise
des étiquettes de différentes couleurs

Ecobalyse : principe, fonctionnement et avancées

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

Ecobalyse doit permettre à tout un chacun de calculer et comprendre l’impact environnemental des produits concernés par le dispositif. Explications.

Législations & normes