Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Accueil
Data Stories
Greenlyhttps://images.prismic.io/greenly/43d30a11-8d8a-4079-b197-b988548fad45_Logo+Greenly+x3.pngGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
GreenlyGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
Descending4
Home
1
Blog
2
Category
3
Premier ministre de la planification écologique : qui sera l'élu ?
4
Blog...Premier ministre de la planification écologique : qui sera l'élu ?

Premier ministre de la planification écologique : qui sera l'élu ?

Green Actu’
Politique
quelqu'un regardant au travers d'un store
Qui donc deviendra Premier ministre de la planification écologique ? Greenly vous propose un rapide passage en revue des candidats. Faites vos jeux !
Green Actu’
2022-09-29T00:00:00.000Z
fr-fr
quelqu'un regardant au travers d'un store

Qui donc deviendra Premier ministre de la planification écologique ?

Promesse phare du candidat Emmanuel Macron - qui faisait de l'œil à l’électorat écologiste - la proposition de faire du locataire de Matignon le chef d’orchestre de la planification écologique pourrait revêtir un certain intérêt. Après tout, un sujet aussi transversal que l’écologie doit être porté par un profil à même de transcender les frontières des différents ministères… Encore faut-il éviter l’erreur de casting.

Alors : qui sera le mouton à cinq pattes ? Greenly vous présente ses pronostics.

Jean-Marc Jancovici : on y croit

Au-delà du seul fait que son profil soit intéressant, il faut savoir que la notion de “planification écologique”, c’est lui. Du moins, à l’origine. 

Emmanuel Macron aurait-il cherché à lui envoyer un signal à l’occasion de ce fameux discours à Marseille ? Mystère et boule de gomme. En tout cas, jusqu’au 14 mai prochain - date à laquelle on peut espérer que la nomination sera enfin actée. 

Sachez que Jean-Marc Jancovici est une des grandes figures françaises du domaine de l’écologie. Ingénieur diplômé de Polytechnique, enseignant et conférencier français, il est connu pour son travail de sensibilisation et de vulgarisation sur le changement climatique et la crise énergétique.

La bande dessinée qu’il a cosignée avec Christophe Blain en 2021 (“Le Monde sans fin”) s’est vendue à plus de 250 000 exemplaires. De même, le “Plan de transformation de l’économie française” conçu par le think tank qu’il préside (The Shift Project) est un grand succès en librairie, lui aussi.

En outre, de 2001 à 2010, il a collaboré avec l'ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) pour mettre au point la fameuse méthode bilan carbone.

Un bémol tout de même ? Jean-Marc Jancovici n’est pas réputé pour avoir la langue dans sa poche… Pas sûr que ce soit du goût de tout le monde. Et de Matignon encore moins.

Elisabeth Borne : why not ?

On ne pouvait pas la mettre ailleurs dans le classement, dans la mesure où Elisabeth Borne est… Une femme. Et le président réélu a fait savoir qu’il n’était pas réfractaire à l’idée que Matignon soit placé sous l’égide d’une femme. Au dire de certains, cela serait même souhaitable. 

Quoi qu’il en soit, Elisabeth Borne n’a rien d’un mouton à cinq pattes mais elle coche de belles cases.

Un rapide tour d’horizon ? Ingénieure de formation, elle a commencé sa carrière dans le milieu politique en tant que conseillère technique. Au début des années 2000, Elisabeth Borne est successivement directrice de la stratégie de la SNCF, avant de rejoindre la société Eiffage en tant que directrice des concessions. S'ensuit une carrière jalonnée par son poste de directrice générale de l'urbanisme à la mairie de Paris, puis de préfète de la région Poitou-Charentes.

En 2014, elle est nommée au poste de directrice du cabinet de Ségolène Royal, alors Ministre de l’Écologie, avant de devenir elle-même ministre sous le premier quinquennat d’Emmanuel Macron. D’abord chargée des Transports, puis de la Transition écologique et solidaire, elle achève ce mandat au poste de Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, bref ! Le CV pourrait coller. Sans parler du fait qu’elle est issue de la gauche, à laquelle le président réélu est supposé adresser “un signal”.

Un signal aux allures d’Elisabeth ? 

Jean-Luc Mélenchon : c’est quitte ou double

C’est quitte ou double. Dans la mesure où le second tour ne lui a échappé que d’un cheveu et qu’une coalition de gauche semble s’esquisser à l’aube des législatives, l’hypothèse n’est pas à exclure. 21,95 % des voix au premier tour, c'est pas peanuts. Mais souder la gauche - y compris dans l’isoloir - c'est pas gagné non plus.

Quoi qu’il en soit, force est de constater que Jean-Luc Mélenchon s’était doté d’un programme qui ne négligeait pas le volet écologique. Pour cette troisième tentative à la présidentielle, le candidat La France Insoumise (LFI) proposait de mettre l’urgence écologique et climatique au centre de la politique économique. 

Entre autres mesures, il militait notamment pour la régulation environnementale des grandes entreprises et la transformation des secteurs polluants (le secteur agricole, en particulier).

Instauration d’un ISF climatique, interdiction des publicités vantant les énergies fossiles, éco-conditionnalité des aides publiques aux entreprises, dépollution des flux financiers en direction des énergies fossiles, comptabilité carbone obligatoire, garantie de maintien du revenu pour les travailleurs en reconversion… La justice sociale occupait une place prépondérante dans son projet politique.

Alors ? Mélenchon, Premier ministre ? 

Julien Denormandie : ça passe ou ça casse

Son atout ? Il est très proche d’Emmanuel Macron. Son talon d’Achille ? Il est trop proche d’Emmanuel Macron.

À l’heure où le président de la République doit élargir son spectre politique, désigner un fervent macroniste Premier ministre n’est peut-être pas l’idée du siècle… Et pourtant, Julien Denormandie ne serait pas le plus mal placé pour mener un projet de planification écologique. 

En tout cas, il aurait a priori les compétences : avant de rejoindre les cabinets ministériels, Julien Denormandie a débuté en tant qu'ingénieur du génie rural, des eaux et des forêts.

Ayant activement contribué à la création du mouvement “En Marche !”, il est devenu successivement Secrétaire d'État auprès du Ministre de la Cohésion des territoires, puis Ministre chargé de la Ville et du Logement, avant de devenir Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation.

De fait, Julien Denormandie a exploré plusieurs terrains cruciaux dans le cadre de la transition écologique à laquelle notre société doit se résoudre. 

Réputé pour être un fin connaisseur de l’ensemble de ces dossiers, il pourrait toutefois pâtir de sa proximité avec le chef de l’État. Ironie du sort.

Plus d’articles

Tout voir
une carte de l'europe
Par
Ines Gendre

Comprendre les élections européennes 2024

Entre les 6 et 9 juin 2024, les pays membres de l'Union européenne ont élu 720 députés au Parlement européen. Mais avec quelles implications ?

Green Actu’
Politique
Drapeau français
Par
Emma Lefebvre

Qui est Christophe Béchu ?

Ministre depuis 2022, Christophe Béchu est un politique discret et parfois décrié. Retour sur sa carrière et son programme environnemental.

Green Actu’
Politique