Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Neutralité carbone : pourquoi et comment l'atteindre d'ici 2050 ?

Qu'est ce que la neutralité carbone ? Comment atteindre cet objectif ? Clarifions ensemble cette notion encadrée par l’Accord de Paris.
Green Actu’
2023-12-11T00:00:00.000Z
fr-fr
une route au milieu d'une forêt

À l'heure où le réchauffement climatique fait de plus en plus parler de lui, pays, citoyens et entreprises commencent à mettre en œuvre des mesures de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre (GES).

L'objectif ? Atteindre la neutralité carbone en Europe à l'horizon 2050.

👉 De quoi s'agit-il exactement ? Comment atteindre cet objectif particulièrement ambitieux ? On vous explique tout dans cet article.

Close
youtube screenshot

La neutralité carbone, qu'est-ce que c'est ?

Neutralité carbone : définition

Également appelée « net zéro » ou « zéro émission nette », la neutralité carbone constitue - selon le GIEC et l'Accord de Paris - une condition sine qua non pour limiter le réchauffement climatique.

Pour mieux comprendre de quoi il retourne, le Parlement Européen définit la neutralité carbone comme étant un « équilibre entre les émissions carbone et l'absorption du carbone de l'atmosphère par les puits de carbone ».

Autrement dit, limiter le changement climatique implique de ne pas émettre plus de GES dans l'atmosphère que les puits de carbone naturels (les sols, les forêts et les océans) peuvent en absorber. 

infographie comment atteindre la neutralité carboneinfographie comment atteindre la neutralité carbone

Les principaux gaz à effet de serre concernés

Contrairement à ce que le terme "neutralité carbone" laisse penser, il ne s'agit pas uniquement d'agir sur les émissions de CO2.

Signé en 1997 et entré en vigueur en 2005, le Protocole de Kyoto a identifié les six principaux gaz à effet de serre à l'origine du réchauffement climatique :

  • le dioxyde de carbone (CO2) émis par la combustion des énergies fossiles, l'agriculture, l'élevage et la déforestation - il faut 100 ans pour que le CO2 disparaisse de l'atmosphère ;
  • le méthane (CH4) causé par l'élevage des bovins et ruminants, la culture du riz et l'agriculture intensive - le méthane reste moins de 15 ans dans l'atmosphère ;
  • l'hydrofluorocarbure (HFC) trouvé dans les exploitations minières et pétrolières ou les décharges d'ordures - il a une courte durée de vie, mais son potentiel de réchauffement global correspond à 2 800 fois celui du CO2.
  • le protoxyde d'azote (N2O) issu des sols et des océans, l'homme s'est approprié ce gaz dans le secteur agricole (via l'ajout d'engrais notamment), l'industrie chimique et l'industrie automobile. Ce gaz réchauffe 300 fois plus que le CO2 et 25 fois plus que le méthane, notamment parce que les molécules persistent dans l'atmosphère jusqu'à 120 ans.
  • le perfluorocarbure ‍(PFC) utilisé dans les extincteurs ou les climatiseurs. Il possède un potentiel de réchauffement 7 600 fois plus élevé que le CO2.
  • l'hexafluorure de soufre ‍(SF6), très utilisé dans l'industrie pharmaceutique. Ce gaz contribue environ 23 500 fois plus que le CO2 au réchauffement climatique.
Pour faciliter la compréhension de tous, l'ensemble de ces gaz est converti en tonne équivalent CO2 (tCO2eq) - le carbone servant ainsi de référence. Ainsi, une tonne de méthane équivaut à 30 tCO2eq, par exemple.

Pourquoi devons-nous atteindre la neutralité carbone ? 

Lutter contre le réchauffement climatique

Chacune de nos actions émet des gaz à effet de serre. Ceci n'est pas nécessairement un problème en soi.

En revanche, suite à la révolution industrielle puis l'émergence de la société de consommation, l'usage immodéré des combustibles fossiles (gaz naturel, pétrole et charbon) a provoqué une concentration record de ces gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Le réchauffement climatique actuel est en la principale conséquence.

Constatant les dégâts, les pays, les entreprises et les citoyens - autant victimes que contributeurs au réchauffement climatique - ont tout intérêt à contribuer à l'atteinte de la neutralité carbone.

Respecter l'Accord de Paris 

Adopté le 12 décembre 2015 durant la COP21 à Paris et entré en vigueur le 4 novembre 2016, l'Accord de Paris est le premier accord climatique ayant ambitionné d'atteindre la neutralité carbone à l'échelle mondiale.

L'article 4 indique : « les Parties cherchent (...) à parvenir à un équilibre entre les émissions anthropiques par les sources et les absorptions anthropiques par les puits de gaz à effet de serre au cours de la deuxième moitié du siècle. »

Pour rappel, l'Accord de Paris définit un cadre pour le soutien financier, technique et le renforcement des capacités en vue de lutter contre le dérèglement climatique. Son objectif consiste à limiter le réchauffement à + 2 °C - idéalement + 1,5 °C - par rapport aux niveaux préindustriels, et ce, d'ici la fin du siècle. Or, cet objectif demeurera inatteignable sans l'atteinte de la neutralité carbone.

Respecter les réglementations

Afin de viser la neutralité carbone en 2050, la Commission européenne a dévoilé son plan « Pacte vert pour l'Europe » applicable à tous les pays membres de l'UE (Union européenne).

Il comporte deux objectifs :

  • réduire les émissions de GES européennes de 55 % d'ici 2030 ;
  • atteindre la neutralité carbone d'ici 2050 - le plan devrait lui permettre d'être le premier continent à éliminer autant d'émissions de CO2 qu'elle n'en produit.

L'objectif européen a rapidement été adopté par la France l'ayant même placé au cœur de sa Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC). Adoptée en 2015 et révisée en 2019, la SNBC est une feuille de route visant à atteindre la neutralité carbone en 2050, tout en soutenant la réduction de l'empreinte carbone de l'ensemble des citoyens français.

Plusieurs axes d'amélioration sont ainsi envisagés :

  • améliorer l'efficacité énergétique ;
  • mettre fin à la vente de véhicules légers thermiques en 2040 ;
  • promouvoir les technologies bas-carbone ;
  • améliorer l'efficacité énergétique des bâtiments ;
  • tendre vers les énergies renouvelables ;
  • décarboner et diversifier le mix énergétique de production.

Comment atteindre la neutralité carbone d'ici 2050 ?

Réduire les émissions

Réduire directement nos émissions à la source constitue la première étape pour limiter la concentration de CO2 dans l'atmosphère, ainsi que le réchauffement climatique.

Pour y parvenir, il est essentiel de mettre en place une transition écologique et énergétique au sein de son entreprise et, plus largement, au sein de son pays.

👉 La réalisation d'un bilan carbone est indispensable pour cibler les sources de pollution, quantifier les émissions annuellement émises, puis élaborer une stratégie de réduction.

D'autant que cette analyse constitue une obligation pour :

  • les entreprises de plus de 500 salariés et celles de plus de 250 salariés situées dans les départements d’outre-mer ;
  • les personnes morales de droit public de plus de 250 personnes ;
  • l'ensemble des collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants ;
  • l'État.

La réduction des émissions cible différents domaines : la consommation d'électricité, le transport, la fabrication des produits, les déchets, la rénovation des logements ou encore la consommation durable.

Aperçu de l'interface de Greenly bilan carbone

Aperçu de l'interface de Greenly pour mesurer et suivre ses émissions

Préserver les puits de carbone naturels

La seconde étape consiste à augmenter la capacité de stockage de notre environnement. Chaque année, les puits de carbone naturels séquestrent entre 9,5 et 11 gigatonnes (Gt) de CO2. Des chiffres colossaux, mais insuffisants : en 2021, les émissions mondiales ont atteint 37,8 Gt. [Parlement Européen]

👉 Les capacités de la nature ne sont plus suffisantes pour compenser les émissions toujours plus conséquentes issues de nos activités.

En vue d'augmenter notre potentiel de stockage, il convient donc de restaurer et de protéger les puits de carbone naturels, voire de créer des puits de carbone artificiels (en capturant et en stockant les émissions avant qu'elles n'atteignent l'atmosphère).

Les arbres, par exemple, séquestrent du carbone tout au long de leur vie. En cas de feux de forêt cependant, ils rejettent l'ensemble ce CO2 stocké dans l'atmosphère.

Le dashboard Greenly : un Bilan Carbone accessible aux TPE/PME

Aperçu d'un plan d'actions proposés par l'interface de Greenly pour réduire ses émissions

Compenser les émissions résiduelles

Le système de contribution carbone (ou compensation carbone) a vu le jour suite au Protocole de Kyoto. Son objectif est d'accompagner les pays signataires de ce dernier dans la réduction d'au moins 5 % des six principaux gaz à effet de serre.

Les projets à émissions négatives sont nombreux et variés : reforestation et reboisement, protection et réhabilitation de zones humides, séquestration du carbone par les sols, régulation des déchets, développement des transports respectueux de l'environnement ou des énergies renouvelables...

Le financement de tels projets s'effectue via l'échange de crédits carbone (un crédit équivaut à une tonne de CO2) sur deux marchés :

  • le marché réglementé (le marché EU ETS composé des 11 000 infrastructures les plus polluantes est le plus important d'Europe). Ces dernières se voient attribuer un certain nombre de quotas selon leur volume de GES. Si elles dépassent le plafond qui leur est imposé, elles peuvent acheter des crédits carbone à d'autres entreprises. Faute de quoi, elles s'exposent à une amende ;
  • le marché volontaire, incluant les infrastructures n'étant pas soumises à la réglementation, mais souhaitant contribuer à la protection de l'environnement. Cette fois, le nombre de crédits carbone et le plafond à respecter peuvent être librement déterminés.

⚠️ Attention : le recours à la compensation carbone (aussi appelée "contribution carbone") ne doit en aucun cas constituer une excuse ou un droit à polluer. Pour être efficace dans la lutte contre le réchauffement climatique, la compensation carbone doit venir en complément d'une stratégie de réduction de nos émissions. Elle doit exclusivement servir à "compenser" les émissions résiduelles - celles que l'on ne peut véritablement pas éviter. Faute de quoi, le recours aux puits de carbone s'avèrera totalement inutile.

Close
youtube screenshot

Pourquoi les entreprises ne peuvent-elles pas être neutres en carbone ?

Selon un rapport de l'ONG Carbon Disclosure Project de 2017, 100 entreprises émettent 70 % des émissions mondiales de carbone. Pourtant, certaines structures n'hésitent pas à s'emparer du concept de neutralité carbone dans leur communication marketing, sans pour autant réduire leur impact environnemental.

Bien qu'il soit possible de contribuer à la neutralité carbone, aucune entreprise n'est en mesure de revendiquer un bilan carbone nul.

Il existe plusieurs raisons à cela :

  • le manque de transparence, car le périmètre du bilan carbone effectué n'est pas précisé par lesdites entreprises (toutes les catégories d'émissions ont-elles été prises en compte ?) ;
  • une stratégie environnementale mal réalisée (bien souvent, les émissions sont compensées sans avoir été réduites auparavant, un modèle qui s'avère inefficace pour le climat) ;
  • les projets de séquestration carbone dans lesquels ces entreprises ont investi n'apportent aucun résultat (les projets labellisés doivent être priorisés).

👉 Depuis le 1er janvier 2023 et dans le cadre de la loi Climat et Résilience, il est interdit d'affirmer dans une publicité qu'un produit ou qu'un service est "neutre en carbone" sans fournir le bilan carbone de ladite marchandise.

Contribuez à l'objectif de neutralité carbone !

Les experts du GIEC l'affirment : il est impossible de limiter le réchauffement climatique à + 2 °C d'ici la fin du siècle, sans atteindre la neutralité carbone. Chacun d'entre nous doit donc se mobiliser pour réduire son empreinte carbone et contribuer à cet objectif commun.

Passez à l'action et découvrez la plateforme Greenly en réservant dès maintenant une démonstration gratuite et sans engagement !

un homme avec des lunettes qui sourit
Icône avec des fléchés "Time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Green Actu’
une personne cachée derrière un plastique

Tout savoir de la fast fashion

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

La fast fashion est un segment de l'industrie textile caractérisé par un renouvellement régulier des collections. Mais aussi un objet de débats. Zoom.

Textile
Green Actu’
des lunettes posées sur un ordinateur

Appréhender le sujet des émissions financées

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

Les émissions financées désignent les émissions de gaz à effet de serre (GES) associées aux investissements. Mais que peut-on faire à leur sujet ?

Banque