Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Qu’est-ce que la norme ISO 14067 ?

La norme ISO 14067 a pour ambition de réduire l’empreinte carbone des produits. Quelles sont les exigences à respecter pour quantifier l’impact environnemental desdits produits ?
Entreprise
2023-01-13T00:00:00.000Z
fr-fr

La norme ISO 14067 délivre des exigences permettant de réduire l’empreinte carbone des produits, et par extension, de lutter contre le réchauffement climatique. En effet, chacun d’entre eux impacte indubitablement l’environnement tout au long de leur cycle de vie. 

Dès lors, la seule solution réellement efficace est de réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES) et plus particulièrement, de carbone. Mais comment quantifier ces rejets en vue de mieux les réduire ? La norme ISO 14067 délivre les exigences à respecter pour y parvenir. Voici son contenu. 🔎

🤨 Qu’est-ce que la norme ISO 14067 ?

Norme ISO 14067, contenu et objectif 🎯

Publiée en 2018, la norme internationale ISO 14067 spécifie les exigences et les lignes directrices relatives à la quantification et à la déclaration de l’empreinte carbone des produits (ECP) d’une entreprise. L’objectif étant d’établir des règles communes à destination d’organisations de toutes sortes et de mieux comprendre les émissions pour réduire ladite empreinte. 📉

Par conséquent, le présent document est applicable aux études d’ECP - réalisées partiellement ou non - dont les résultats servent de base à différentes applications.

👉 Néanmoins, l’application de la norme prend uniquement en considération la catégorie d’impact du changement climatique? La compensation carbone ainsi que la communication des informations de l’ECP ne sont pas concernées. Les aspects sociaux et économiques ne font pas non plus l’objet d’une évaluation.

Zoom sur l’empreinte carbone des produits 💨

On qualifie d’empreinte carbone des produits, les émissions totales de carbone issues du cycle de vie du produit. En effet, Daniele Pernigotti - animateur du groupe de travail ayant élaboré la norme - offre une présentation rapide :

La norme permet aux organisations de mieux cerner, dans la production de leurs produits, où sont générés les principaux impacts sur leur empreinte carbone et donc de prendre les mesures appropriées pour les réduire.

En définitive, il s’agit de cibler l’étape du cycle de vie la plus impactante entre : 

  • l’extraction des matières premières ;
  • la conception du produit ;
  • l’emballage de celui-ci ;
  • le transport ;
  • l’utilisation par les consommateurs ;
  • la fin de vie.

👀 Bon à savoir : la norme ISO 14067 est applicable aux produits provenant de l’ingénierie et de la construction, par exemple.

🧐 Quelles sont les étapes de quantification selon la norme ISO 14067 ?

Quantifier les émissions selon le cycle de vie du produit 🧮

Afin de quantifier convenablement les émissions induites par un produit, la norme analyse l’ensemble de son cycle de vie. Dans l’optique de cibler les étapes les plus polluantes de la chaîne d’approvisionnement, cette analyse se base sur les flux entrants et sortants tels que : 

  • les émissions de gaz à effet de serre ;
  • la consommation énergétique ;
  • l’utilisation des ressources ;
  • la production de déchets.

Cette étude permet de mettre en lumière le gaspillage des ressources, les émissions engrangées et ainsi de savoir précisément les étapes nécessitant des améliorations.

👋 À noter : la norme ISO 14067 s’appuie sur les normes internationales ISO 14040 et ISO 14044 encadrants la réalisation d’une analyse du cycle de vie (ACV).

Mettre en œuvre les améliorations appropriées 📝

Quantifier les émissions permet d’avoir un aperçu de l’impact réel du produit sur l’environnement. Une fois les étapes polluantes ciblées, l’entreprise est en mesure d’agir sur son processus de fabrication - et idéalement, d’écoconcevoir ses produits. ✅

Mais que cela signifie-t-il ? L’écoconception est le fait de fabriquer un produit à l’impact environnemental le plus faible possible. Cela passe par plusieurs améliorations, à l’image de : 

  • la collaboration avec des fournisseurs ou des distributeurs intégrant les enjeux environnementaux dans leur activité et étant plus proches géographiquement ;
  • le faible recours - idéalement l’absence - d’emballages ;
  • l’usage de transports verts en remplacement de ceux polluants (effectuer les livraisons à vélo plutôt qu’en voiture, par exemple) et l’amélioration du modèle logistique de l’entreprise ;
  • l’utilisation de matières premières écologiques et recyclables ;
  • la réduction des consommations énergétiques.

👉 En définitive, le produit est durable, solide, de qualité et recyclable. L’objectif étant de participer à une économie circulaire en produisant des produits résistants à l’épreuve du temps.

une femme tenant des sacs de shopping dans les mains

🔎 Pourquoi quantifier l’empreinte carbone des produits ?

Lutter contre le réchauffement climatique ☀️

La Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique place la mesure de l’ECP comme l’un des principaux moyens nécessaires pour contribuer à l’atteinte des objectifs climatiques internationaux. 🌍

Autrement dit, il est impossible de ralentir le réchauffement climatique sans réduire nos émissions. Cela passe notamment par la modification de nos modes de fabrication et de consommation. La norme ISO 14067 va en ce sens.

👀 À ce titre, pour respecter le réchauffement de + 1,5 °C fixé par l’Accord de Paris, le dernier rapport du GIEC prévoit de diminuer nos émissions de 27 à 43 % en 2030 et de 63 à 84 % en 2050. Pour vous donner une idée, en 2019, le monde nécessitait 92 milliards de tonnes de ressources naturelles, soit 3,4 fois plus qu’en 1970. Une consommation qui contribue sans conteste à la pollution atmosphérique.

Répondre aux attentes des consommateurs 💬

De plus en plus préoccupés par l’impact des produits qu’ils consomment, les clients cherchent à se procurer des produits qui contribuent à la protection de l’environnement - et donc ayant l’empreinte carbone la plus faible. 👍

Les chiffres le montrent : 95 % des consommateurs - toute tranche d’âge confondue - se considèrent comme impliqués dans les démarches éco-responsables au quotidien. Ce n’est ainsi pas surprenant qu’ils attendent que les marques en fassent de même. [Enquête de l’INC et de Zero Waste France sur « Les habitudes de consommation responsable »] 🤝

En quantifiant l’empreinte carbone de ses produits et en communiquant de manière transparente à ce sujet, une entreprise permet à ses clients de faire des choix d’achat raisonnés. Cela contribue également à construire une relation de confiance et à fidéliser les consommateurs. 

Se démarquer de la concurrence 💪

Prendre en considération l’impact environnemental des produits et s’engager dans une démarche d’amélioration continue sont deux actions qui prouvent l’engagement et la responsabilité écologique de l’entreprise. 

De fait, adapter le fonctionnement de son activité pour le rendre plus vertueux est certes source de nombreux défis, mais offre de nombreuses opportunités - comme l’accès à de nouveaux marchés et l’obtention de labels.  ✅

Par conséquent, répondre aux enjeux environnementaux actuels permet à une entreprise d’améliorer son image de marque et d’ainsi de se distinguer de la concurrence. 

Une chose est sûre : ne pas réduire l’impact de ses activités sur l’environnement ne permet plus à une entreprise d’assurer sa viabilité - comme le démontrent les attentes des consommateurs.

Tendre vers une économie sobre en carbone 👍

Globalement, la norme fait partie de la famille des normes ISO 14060 relative à la quantification, la surveillance, la déclaration et la vérification des émissions des GES. 
À terme, il s’agit de mettre en place une économie sobre en carbone venant soutenir le développement durable.

✍️ À noter : elle remplace la spécification technique ISO/TS 14067:2013 transformée en norme internationale. Plusieurs changements sont à noter dont la clarification du calcul de la consommation d’électricité.

un homme regardant à travers une loupe

👀 Finalement, comment reconnaît-on un produit responsable ?

À sa performance environnementale 💥

Au-delà de quantifier l’empreinte carbone des produits selon les principes de la norme ISO 14067, l’entreprise peut également communiquer sur les impacts environnementaux via l’affichage environnemental. 🏷️

Ce dernier prend la forme d’une étiquette directement apposée sur le produit avec une note allant de A à E. Destinée aux consommateurs, elle offre des informations quantifiées sur les impacts environnementaux du produit selon trois critères : 

  • la quantité d’émissions de GES ;
  • les atteintes à la biodiversité ;
  • la consommation d’eau et d’autres ressources naturelles. 

Elle permet ainsi de favoriser la comparaison entre les produits et d’inciter les fabricants à améliorer leur performance.

👋 Attention, seuls cinq secteurs sont à ce jour concernés : l’ameublement, le textile, les produits électroniques, les produits alimentaires et les hôtels.

À son écolabel ✅

Les produits considérés comme responsables peuvent être labellisés. Voici les plus répandus : 

  • l’Écolable européen. Créé en 1992 par la Commission européenne, il identifie les produits respectueux de l’environnement et de la santé sur l’ensemble de leur cycle de vie ;
  • NF Environnement. Créé en 1991, ce label garantit la qualité écologique d’un produit, ainsi que sa conformité aux normes ;
  • GOTS (Global Organic Textile Standard). Créée en 2006, cette certification garantit que les procédés de production et de transformation des textiles sont respectueux de l’environnement ;
  • TCO. Destiné au matériel informatique (ordinateurs, tablettes, casques d’écoute, serveurs et téléphones), ce label garantit la réduction de la consommation énergétique, la prolongation de la durée de vie, la limitation des substances dangereuses contenues dans les emballages et le recyclage.

À son indice de réparabilité ⚒️

Depuis 2021, l’indice de réparabilité indique avec une note allant de 1 à 10 la disponibilité des pièces de rechange en cas de panne ou de casse. L’objectif étant de lutter contre l’obsolescence programmée et d’éviter d’engendrer la pollution relative à la fabrication d’un nouvel objet. 🏭

Directement apposé sur le produit, cet indicateur concerne huit catégories d'articles : 

  • les smartphones ;
  • les ordinateurs portables ;
  • les téléviseurs ;
  • les lave-linges ;
  • les lave-vaisselle ;
  • les aspirateurs filaires, sans fil et robots ;
  • les tondeuses à gazon ;
  • les nettoyeurs haute pression.
Close
youtube screenshot

📉 Réduisez les émissions de vos produits !

Dans l’optique de réduire les émissions de gaz à effet de serre de votre entreprise comme indiqué par la norme ISO 14067, commencez par réaliser le bilan carbone de votre structure. 

Il s’agit de la première étape pour mesurer l’impact environnemental de votre activité, puis d’élaborer une stratégie de réduction adaptée. Bénéficiez de l’expertise Greenly pour entamer cette démarche vertueuse. 💪

Homme souriant
Logo coloré "time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Entreprise
globe terrestre au centre du logo de recyclage

Critères ESG : définitions et enjeux

photo Justine Dumont
Par
Justine Dumont

Quels sont les différents critères ESG ? Quelles sont leurs utilités ? Pourquoi le sintégrer au sein de son entreprise ? Sont-ils infaillibles ? Toutes les réponses dans cet article.

Bilan Carbone
Entreprise
plusieurs personnes travaillant sur des ordinateurs

ESN : 5 raisons de faire votre bilan carbone

photo Justine Dumont
Par
Justine Dumont

En quoi consiste un bilan carbone ? Pourquoi les ESN (entreprises de services du numérique) doivent-elles en réaliser un ? Réponses dans cet article.

Bilan Carbone