Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Warming stripes : de quoi parle-t-on exactement ?

Personne n’a pu passer à côté du dégradé de couleurs si reconnaissable des warming stripes. Que faut-il savoir sur ce symbole du réchauffement climatique ? Quels sont ses avantages ?
Green Actu’
2023-03-03T00:00:00.000Z
fr-fr
Une pancarte de manifestation d'une Terre dessinée avec l'inscription "One World"

Malgré les mesures écologiques actuellement en vigueur et les multiples alertes des scientifiques (dont le GIEC), le réchauffement climatique est encore quelque chose de lointain et de difficile à percevoir pour beaucoup de citoyens. 🤔

Or, les répercussions de ce phénomène sont bel et bien là. Entre la fonte des glaces, la multiplication d’événements météorologiques extrêmes et la disparition de la biodiversité, notre planète a des difficultés à combattre la hausse des températures.

Les warming stripes s’avèrent donc être l’outil de sensibilisation idéal pour prendre conscience de l’urgence climatique que nous vivons. Comment le réchauffement climatique est-il représenté ? Finalement, quelle est l’utilité de ce graphique ? Explications. 👀

🔎 Que sont les warming stripes ?

Warming stripes, définition et objectif 🎯

Les warming stripes - ou « bandes du réchauffement climatique » - ont été créées en 2018 par le climatologue Ed Hawkins. Son objectif ? Donner une représentation visuelle simplifiée du réchauffement climatique. ☀️

Pour symboliser la hausse des températures moyennes mondiales de ces deux derniers siècles, le climatologue utilise des bandes verticales (à l’image du code-barres ou du QR code).

Une couleur est attribuée à chaque bande (qui représente une année) selon la température moyenne de la période en question. Dans le détail, le dégradé de couleurs s’étend du bleu foncé - les températures froides - au rouge foncé - les températures chaudes. 🥵

La lecture de cette illustration s’effectue ainsi de gauche (l’année 1850) à droite (l’année 2021). Sans surprise, plus on va vers la droite, plus les bandes sont rouge foncé - les choses se gâtent à partir de 1980.

Close
youtube screenshot

La création insolite de cet outil 🛠️

Au-delà d’être l’inventeur des warming stripes, Ed Hawkins est un climatologue, coauteur de plusieurs rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat). 

L’idée des bandes du réchauffement climatique lui est venue en voyant la couverture cousue en crochet de sa collègue Ellie Highwood de l’université de Reading en Angleterre. Chaque jour, sa consoeur cousait une rangée au crochet, choisissant la couleur du fil selon la température mondiale des 100 dernières années. 🌡️

En 2017, elle explique son initiative dans un billet de blog :

Je me suis demandé à quoi ressemblerait la série des températures mondiales sous forme de couverture. Par ailleurs, le réchauffement climatique est souvent expliqué par le fait que les gaz à effet de serre agissent comme une couverture, en piégeant le rayonnement infrarouge et en maintenant la Terre chaude. Ce lien semblait donc intéressant.

Intéressé par ce projet, Ed Hawkins lui conseille de choisir des couleurs plus parlantes. C’est à ce moment qu’il décide de créer une illustration minimaliste à destination du monde entier.

👉 Bien que le climatologue ait eu l’idée des warming stripes grâce à sa collègue, Ellie Highwood s’est elle-même inspirée de la scientifique américaine Joan Sheldon. Cette dernière s’était également basée sur un dégradé de couleurs pour retranscrire l’avancée du réchauffement climatique sur une écharpe.

Les données climatiques utilisées 🤔

La création des warming stripes repose sur les données du Berkeley Earth Temperature Dataset. Cependant, celles de la France, des États-Unis, de l’Allemagne, de la Suisse, de la Suède et de l’Angleterre sont issues de l’agence météorologique nationale - Météo France en ce qui nous concerne. 💯

De fait, passer du bleu au rouge implique le non-respect du palier de + 0,10 °C. Or, l’accélération du réchauffement climatique est telle que le climatologue a dû rehausser ses paliers, passant ainsi à + 0,15 °C.

👉 Bon à savoir : chaque couleur dépend de la moyenne des températures. C’est pourquoi les paliers diffèrent selon chaque pays.

un globe terrestre jeté en l'air par deux mains

✅ Quels sont les avantages des warming stripes ?

Un outil compréhensible par tous 👍

Les warming stripes rendent compte de l’ampleur du réchauffement climatique en un seul coup d’œil. Bien que cette illustration ne comporte ni texte ni chiffre, elle est compréhensible par tous de par son code couleur. En effet, dans l’inconscient collectif, le bleu est relié au froid, tandis que le rouge au chaud et au danger. ⚠️

Comme l’affirme la locution, « une image vaut mille mots », il s’avère donc inutile de donner des clés de lecture supplémentaires pour comprendre le message de l’illustration. La simplicité du visuel suffit à intriguer le plus grand nombre. 
D’autant qu’il reprend les codes de notre société de consommation actuelle (l’enchaînement des bandes formant un code-barres ou peuvent faire penser à la notation environnementale Score Carbone).

La preuve : une semaine après leur sortie, les warming stripes - partagées en licence libre - ont été téléchargées un million de fois.

👉 Le côté artistique des bandes colorées leur vaut même de se retrouver dans les défilés de mode, dans les manifestations écologiques, en couverture de « The Climate Book » de Greta Thunberg et de faire le tour d’Internet.

Un graphique de sensibilisation au réchauffement climatique 📊

Pour le climatologue, son graphique permet d’entamer une conversation sur le dérèglement climatique. Cette illustration permet de montrer l’évolution progressive des températures sans que nous nous en rendions forcément compte. En effet, le fait de ne pas vivre de changement radical dans notre mode de vie nous empêche de voir l’ampleur de la situation. 

Or, nous sommes déjà en plein cœur du dérèglement climatique. 😰

En dehors de l’augmentation des températures, certains indicateurs sont particulièrement visibles : les hivers sont de plus en plus chauds, les étés caniculaires et les événements météorologiques extrêmes s’enchaînent à une allure jamais vue jusqu’alors.

Une manière d’impliquer chacun d’entre nous 🤝

Partagées que le site Internet #showyourstripes, les warming stripes sont non seulement déclinées en plusieurs graphiques différents (en bandes sans ou avec le repère des années ou en barres), mais également à l’échelle de tous les pays du monde, voire des grandes villes. 🌎

Cela permet à chacun d’entre nous de prendre conscience que le réchauffement climatique n’épargne aucune partie du globe et nous touche plus que nous ne le pensions. 
Voir ainsi une accumulation de rouge foncé devrait inciter le plus grand nombre à adopter des mesures en vue de contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique.
Néanmoins, la couleur rouge foncé qui s’accumule ces trente dernières années peut paralyser certaines personnes, les empêchant ainsi d’agir.

👀 À titre d’illustration : le dégradé de couleurs des warming stripes de la France (entre 1899 et 2018) est moins fluide que celui du globe. En effet, de nombreuses bandes rouges viennent entrecouper le dégradé des bandes bleues entre les années 1899 et 1960. Les bandes rouge foncé sont majoritaires à partir de 1990.

Une illustration facilement déclinable 👋

Créées par Miles Richardson - professeur de psychologie à l’université de Derby au Royaume-Uni - les Biodiversity Stripes reposent sur le même principe que les warming stripes. Ces bandes colorées répondent à un dégradé de couleurs allant du vert (pour la nature) au gris (représentant le déclin de la biodiversité au fil des années) en passant par le jaune. 🟡

En se basant sur les données mondiales issues du Living Planet Index, on remarque ainsi que la population des mammifères, des oiseaux, des amphibiens, des poissons et des reptiles a chuté de 69 % depuis 1970. Cela s’illustre par l’apparition de bandes grises à l’aube des années 2000.

👉 Les warming stripes et les biodiversity stripes sont donc étroitement liées, le réchauffement climatique impactant la biodiversité et vice-versa. À terme, tous deux menacent l’existence humaine.

une pancarte de manifestation portant l'inscription "No nature no future"

👀 Comment lutter contre le réchauffement climatique ?

La hausse des températures - élément symptomatique du réchauffement climatique - est principalement causée par les émissions de gaz à effet de serre (GES) issues des activités humaines. Voici les principales mesures à adopter pour limiter nos émissions.

Stopper l’usage des énergies fossiles 🪨

Le meilleur moyen de réduire les émissions réside dans l’arrêt total de consommation d’énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz). Au-delà d’une extraction particulièrement énergivore et polluante, la consommation d’énergies fossiles rejette une quantité astronomique de GES dans l’atmosphère. 💨

En outre, n’étant pas renouvelables à l’échelle humaine, les réserves des combustibles fossiles s’épuisent à vue d’œil, ce qui implique un changement urgent de notre mode de vie. Il ne resterait que : 

  • 230 ans de charbon ;
  • 70 ans de gaz naturel ;
  • 40 ans de pétrole.

Face à ces impacts, le dernier rapport du GIEC propose de remplacer les énergies fossiles par des sources d’énergies renouvelables et bas-carbone, à l’image de l’hydroélectricité, du photovoltaïque ou de l’éolien. ⚡️

Une mesure particulièrement efficace, puisqu’en 2020, le bouquet énergétique primaire réel français était composé de 28,1 % de pétrole, 15,8 % de gaz naturel, 12,9 % d’énergies renouvelables, 40 % de nucléaire, 2,5 % de charbon et 0,8 % de déchets non renouvelables.

👉 Cette solution entre en cohérence avec l’objectif de l’Accord de Paris qui consiste à limiter la température du réchauffement à + 1, 5 °C d’ici 2050.

Ralentir la déforestation 🌳

Considérées comme les poumons de la planète, les forêts sont en souffrance avec le réchauffement climatique. Au-delà de détruire les habitats de nombreux êtres vivants et d’appauvrir les sols, la déforestation contribue au dérèglement climatique. 🔥

En effet, tout au long de leur vie, les arbres stockent une partie du carbone que nous émettons. Ces puits de carbone naturels permettent de conserver un équilibre entre nos émissions et le carbone présent dans l’atmosphère. Or, leur destruction est un désastre climatique, puisque les arbres relâchent l’ensemble du carbone stocké depuis des décennies.

Privilégier les transports moins polluants 🚲

À l’origine de plus de 30 % des émissions de GES nationales, les transports sont l’un des principaux responsables de l’impact environnemental français. Néanmoins, ce secteur est considéré comme le plus accessible en matière d’atténuation. 😮‍💨

Plusieurs solutions existent pour tendre vers une mobilité douce : 

  • emprunter les transports en commun et les véhicules non motorisés - notamment pour les trajets domicile-bureau ;
  • choisir un véhicule électrique ;
  • opter pour le covoiturage ;
  • privilégier le train plutôt que l’avion pour partir en vacances.

Tendre vers une alimentation durable 🍽️

Notre assiette est également source d’émissions de gaz à effet de serre ! En effet, pas moins de 163 MtCO2e - soit un quart des émissions GES de la France - sont imputables à l’alimentation. À l’échelle mondiale, l’impact passe à 13,7 milliards de tCO2e. 💥

Au vu de l’urgence climatique, tendre vers une alimentation plus durable n’est plus une option. Il convient ainsi d’adopter plusieurs bonnes habitudes alimentaires comme : 

  • réduire sa consommation de viande en se tournant vers des légumineuses (notamment les lentilles qui sont composées de fer). Au-delà de couvrir 80 % de la surface agricole française, la production de viande est émissive. Un kilo de viande émet 5 à 10 fois plus de GES qu’un petit kilo de céréales ;
  • privilégier les produits de saison et locaux. N’étant pas importés de pays lointains, ces produits permettent de réduire l’impact du transport (bien souvent réalisé en avion) et celui des serres chauffées ;
  • réduire le gaspillage alimentaire qui, en France, se chiffre chaque année à près de 10 millions de tonnes de nourriture pourtant consommable. C’est sans compter le gâchis d’eau utilisé pour les cultures et les émissions relatives aux engrais. Pour éviter le gaspillage, chaque consommateur doit prendre garde aux quantités achetées et aux dates de péremption.
assiette colorée de légumes

📉 Réduisez vos émissions en réalisant votre bilan carbone !

Votre entreprise est un acteur indispensable pour parvenir aux objectifs climatiques nationaux et mondiaux. De fait, limiter l’impact environnemental de votre activité implique la réalisation d’un bilan carbone complet. Cette analyse permet de cibler les postes les plus polluants, puis d’élaborer une stratégie de réduction des émissions de GES 100 % personnalisée.

Avant de vous lancer, bénéficiez d’une démonstration de l’outil Greenly par un de nos experts. Ce service est gratuit et sans engagement ! 👍

Homme souriant
Logo coloré "time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Green Actu’
une femme utilisant une tablette numérique dans un décor végétal

Le guide du numérique responsable en 2024

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

Le numérique responsable est une démarche d’amélioration continue centrée sur l’empreinte du numérique. Mais comment le mettre en œuvre ?

Technologie
Green Actu’
un smartphone sur une table

La difficile équation de la sobriété numérique

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

La sobriété numérique vise à minimiser l’impact environnemental lié à notre usage du numérique. Un concept qui se heurte pourtant à de nombreux défis.

Technologie