Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Le vin français est-il menacé par le réchauffement climatique ?

Le réchauffement climatique impacte l’ensemble des secteurs économiques, dont la viticulture. Le vin français est-il menacé ? Comment adapter la filière ? Réponses.
Green Actu’
2023-06-09T00:00:00.000Z
fr-fr

Les effets du réchauffement climatique sur l’environnement ne sont plus à démontrer. La hausse des températures, les événements climatiques extrêmes ou l’érosion des sols contribuent à la dégradation de l’environnement et à la disparition de la biodiversité. 

C’est en ayant conscience de ces impacts que les acteurs de la viticulture commencent à adopter des mesures d’adaptation. Mais n’est-il pas trop tard pour sauver le vin français ? Réponse dans cet article.

Le vin français de quoi parle-t-on ?

Tout savoir sur le vin français

Le règlement UE n°1308/2013 définit le vin français comme étant un : 

Produit obtenu exclusivement par la fermentation alcoolique, totale ou partielle, de raisins frais, foulés ou non, ou de moûts de raisins.

Le climat tempéré, la diversité des cépages (on dénombre une cinquantaine de cépages), ainsi que la variété des sols français favorisent la culture de la vigne sur l’ensemble du territoire. On dénombre ainsi 13 grandes régions viticoles : 

  • la Champagne ;
  • l’Alsace ;
  • le Jura ;
  • la Savoie ;
  • le Rhône ;
  • la Provence ;
  • les Pays de la Loire et Centre ;
  • le Languedoc-Roussillon ;
  • Bordeaux et le Sud-Ouest ;
  • la Bourgogne ;
  • les Midi-Pyrénées ;
  • le Poitou-Charente ;
  • la Corse.

Le vin français en chiffres

Selon le ministère de l’agriculture et de la souveraineté alimentaire, entre 2010 et 2020 : 

  • 46 % des vins doux naturels étaient en appellation d’origine contrôlée (AOC) ;
  • 28 % des raisins étaient issus d’une récolte en indication géographique protégée (IGP) ;
  • 8 % des vins étaient issus d’une récolte sans AOC ni IGP ;
  • 19 % des vins étaient destinés à la fabrication d’eaux-de-vie.

✍️ À noter : les appellations AOP ou IGP garantissent les origines géographiques, la qualité, voire le savoir-faire local d’un vin.

En 2020, la viticulture française représentait alors : 

  • 796 000 hectares de vignes ;
  • 4,69 milliards de litres produits ;
  • 59 000 exploitations viticoles ;
  • 245 millions de bouteilles de Champagne vendues ;
  • 14 % des vignes cultivées en agriculture biologique.

👉 La France est le premier pays exportateur mondial de vin français - avec 1,3 milliard de litres exportés -, le deuxième pays producteur mondial et le troisième producteur mondial de vin bio.

L’impact carbone du vin français

Cependant, la viticulture n’est pas sans impact sur l’environnement. Selon l’ADEME, une bouteille en verre de 75 cl est à l’origine de 1,1 kg eq. CO2. En définitive, le packaging représente 50 % du bilan carbone d’une entreprise viticole. 

En considérant qu’un Français consomme chaque année 44 litres de vin, l’empreinte carbone s’élève à 64 kg eq. CO2.

À cela s’ajoutent les émissions engendrées par le fret routier, les matériaux entrants et les énergies - selon l’ADEME, le travail de la vigne correspond à 43 % de l’énergie consommée et 57 % sont utilisés à la fabrication du vin.

une personne qui sert un verre de vin

Quels sont les impacts du réchauffement climatique sur la viticulture française ?

Depuis 2012, le projet INRAE LACCAVE se penche sur les impacts du réchauffement climatique sur le vin français. Voici les principales conclusions.

Les vignes sont fragilisées

La production de vins français de qualité dépend entièrement des conditions climatiques. Pourtant, selon l’un des scénarios français les plus pessimistes, l’augmentation de la température moyenne est estimée à + 4 °C d’ici 2100. Outre, la hausse des températures, le changement du régime des pluies et la variabilité du climat impacteront l’ensemble des vignobles français. 

Malheureusement, les conséquences sont déjà visibles et s’illustrent tout particulièrement par le développement précoce de la vigne : 

  • l’éclosion prématurée des bourgeons étant ainsi plus vulnérables au gel ;
  • les vendanges ont lieu 18 jours plus tôt qu’il y a 40 ans. [Gouvernement]

À cela s’ajoutent les vagues de chaleur qui augmentent les risques d’incendies (destruction des vignes, goût de fumée, etc.), la grêle et les pluies violentes qui détruisent les récoltes - voire des parcelles entières - accentuant ainsi l’érosion des sols. La chaleur et l’humidité favorisent quant à eux, le développement de maladies, de champignons et des ravageurs.

Selon la carte des « zones favorables à la culture de la vigne en 2050 » établie par l’Institut national de la recherche agronomique (Inrae), les vignobles situés dans le Sud-Ouest et le Sud sont voués à disparaître, contrairement au Nord, qui devient progressivement un territoire propice à la viticulture.

Le vin français perd de sa qualité

Les vignes situées dans la zone méditerranéenne sont les principales victimes du stress hydrique. Pour faire simple, le manque d’eau perturbe le développement de la vigne, diminue les rendements et modifie les processus de maturation des raisins. 

Dès lors, les vins sont plus sucrés, moins acides et plus alcoolisés, causant un déséquilibre en bouche. 
Selon le règlement UE n°1308/2013, le titre alcoométrique total du vin ne doit pas être supérieur à 15 % vol, mais peut atteindre 20 % vol par dérogation. 
En réponse, le règlement européen 934/2019 stipule que la teneur en alcool des vins peut être réduite de 20 % au maximum. Si les raisins deviennent plus alcoolisés, il sera difficile de respecter ces taux…

Publiée en 2013, une étude parue dans le journal de la National Academy of Sciences révèle que 50 % du vignoble français serait menacé par le manque d’eau.

👉 Cependant, ces nouvelles conditions de production peuvent donner lieu à de nouveaux profils aromatiques, à l’image des goûts de « fruits cuits ».

Close
youtube screenshot

Comment adapter la filière viticole au changement climatique ?

Réduire l’empreinte carbone de la filière

Toute activité humaine est à l’origine d’émissions de gaz à effet de serre (GES). Dès lors, la filière vin est incitée à quantifier ses émissions avant de les réduire. Cela passe par la réalisation d’un bilan carbone, permettant de cibler les pratiques les plus émissives et d’élaborer un plan d’action pour réduire les émissions.

L’atténuation du changement climatique peut s’effectuer de plusieurs manières : 

  • limiter l’utilisation des énergies fossiles (pétrole, gaz naturel et charbon) dans les engins agricoles, les équipements œnologiques et le transport des marchandises au profit des énergies renouvelables ;
  • éco-construire les bâtiments et les caves de sorte à réaliser des économies en énergie et en eau ;
  • améliorer le conditionnement du vin français via l’éco-conception des bouteilles (développement de la consigne, utilisation de contenants éco-conçus, etc.) ;
  • améliorer la gestion des sols pour faciliter la captation du carbone via l’apport de matière organique, la mise en place de couverts végétaux, la plantation massive de haies, l’enherbement des vignes ou encore la végétalisation des parcelles.

👉 À ce titre, une exploitation qui s’engage à mettre en œuvre des pratiques bas carbone au sein de sa production peut être certifiée HVE (Haute Valeur Environnementale) et afficher ce label directement sur ses bouteilles.

Introduire de nouveaux cépages

Après avoir étudié la résilience des sols des zones viticoles, il est possible de planter des cépages résistants à la sécheresse, aux hautes températures et aux maladies. Pour ce faire, les viticulteurs peuvent utiliser des cépages issus de régions plus chaudes, de nouvelles variétés ou au contraire des cépages plus anciens.

Les vignerons peuvent choisir des variétés inscrites au Catalogue officiel national ou au catalogue officiel d’un autre État membre de l’Union européenne. On compte alors trois types de variétés : 

  • les variétés traditionnelles référencées - c'est-à-dire des variétés anciennes d’origine française ou étrangère ;
  • les variétés d’obtention nouvelle déjà inscrites au catalogue d’un pays étranger ;
  • les variétés d’obtention nouvelle non encore inscrites.

À cela s’ajoutent celles que l’on nomme les VIFA (Variétés d’Intérêt à Fin d’Adaptation) qui permettent de conserver les caractéristiques et l’identité du vin. Elles doivent idéalement être introduites : 

  • à 5 % dans l’encépagement de l’exploitation ;
  • à 10 % dans les assemblages de vins commercialisés sous AOP ;
  • à 10 variétés par AOP et par couleur. 

Dans le cas où les parcelles auraient été détruites par des événements météorologiques ou par l’érosion du sol, les viticulteurs peuvent relocaliser leurs plantations au sein d’une même zone de production. Cela est faisable en modifiant l’exposition, l’altitude, la région ou les sols.

Économiser l’eau

En vue de protéger les raisins, l’amélioration de la gestion des sols contribue à éviter leur érosion et à conserver l’eau. En effet, le changement climatique impacte le cycle hydrologique, la demande en eau et l’eau disponible dans le sol pour la vigne.

Les viticulteurs peuvent ainsi ajouter un paillage ou de la matière organique pour protéger leurs pieds de vigne. Les raisins peuvent également être protégés grâce à la conduite du feuillage ou à la plantation d’arbres venant apporter de la fraîcheur.

Enfin, afin d’éviter un possible manque d’eau, les viticulteurs doivent adopter une gestion plus économe de l’eau. Plusieurs possibilités : 

  • développer des stockages d’eau (micro-barrages, retenues collinaires ou réseaux d’irrigation) ;
  • diminuer l’usage de l’eau - en évitant notamment l’irrigation ;
  • recycler, traiter et réutiliser l’eau.

👉 Bon à savoir : selon l’article D665-17-5 du Code Rural, il est interdit d’irriguer les vignes dédiées à la production de raisins de cuve du 15 août à la récolte. En effet, n’étant pas une culture alimentaire, la vigne n’est pas considérée comme prioritaire pour les besoins en eau.

Adapter les pratiques viticoles

L’adaptation du secteur viticole au changement climatique nécessite aussi bien des mesures traditionnelles que l’usage de la technologie, notamment pour améliorer les techniques de vinifications. 

À ce titre, au-delà d’installer des dispositifs anti-gel, anti-grêle et de lutte contre la sécheresse, il convient de modéliser l’écosystème vigne, puis d’opter pour des pratiques œnologiques appropriées. Cela passe par la sélection de micro-organismes adaptés, le désucrage des moûts, la désalcoolisation et l’acidification des vins.

Ainsi, la mobilisation de la recherche et du développement de solutions technologiques s’avère nécessaire pour compléter la stratégie d’adaptation de la filière. Il convient donc de bâtir un Plan Climat de la filière - à l’image du Plan National Dépérissement du Vignoble.

👉 Attention toutefois : bien que la technologie puisse être utile, le risque d’artificialiser la viticulture au point d’oublier le savoir-faire local et le terroir n’est pas inexistant.

Protéger les saisonniers des effets du réchauffement climatique

Les vignes ne sont pas les seules victimes du réchauffement climatique, les saisonniers subissent également la hausse des températures. C’est pourquoi l’organisation de travail doit faire l’objet d’une révision pour améliorer les conditions de travail. Quelques axes d’amélioration : 

  • aménager les horaires en fonction des fortes températures ;
  • développer des nouveaux outils de travail ;
  • favoriser le travail de nuit si possible ;
  • rendre obligatoire le port des équipements de protection individuelle (EPI) et les adapter au changement climatique afin de limiter la pénibilité en cas de fortes chaleurs.

Passez à l’action avec Greenly !

Vous souhaitez être accompagnés dans la mise en place de pratiques bas carbone au sein de votre entreprise ? Demandez dès maintenant une démo gratuite et sans engagement de la plateforme Greenly.

Homme souriant
Logo coloré "time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Green Actu’
une image abstraite de particules

Tout savoir de l'énergie nucléaire

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

L'énergie nucléaire est la première source de production et de consommation d'électricité en France. Mais que faut-il savoir à son sujet ?

Politique
Green Actu’
une personne cachée derrière un plastique

Tout savoir de la fast fashion

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

La fast fashion est un segment de l'industrie textile caractérisé par un renouvellement régulier des collections. Mais aussi un objet de débats. Zoom.

Textile