Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Surcyclage : définition, principe et bénéfices

Souvent confondu avec le recyclage, le surcyclage est une méthode de gestion des déchets plus performante et écologique. En quoi consiste-t-elle et quel est son fonctionnement ?
Entreprise
2023-01-27T00:00:00.000Z
fr-fr
logo recyclage sur un écran de téléphone tenu par une main

La lutte contre le dérèglement climatique donne parfois naissance à des pratiques innovantes à l’image du surcyclage. Bien que le recyclage soit désormais à la portée de tous, la gestion des déchets peut encore faire l’objet d’améliorations. 💯

Au vu de l’urgence écologique actuelle, l’upcycling - qui consiste à donner une nouvelle vie aux objets - semble plus indispensable que jamais. Mais en quoi consiste cette méthode ? Quelle est la principale différence avec le recyclage ? Quelles sont les étapes à suivre ? On vous dit tout. 💬

🔎 Qu’est-ce que le surcyclage ?

Surcyclage, définition et origines 📖

Le surcyclage - autrement appelé « upcycling » ou « recyclage par le haut » - est une méthode de valorisation des déchets née dans les années 1990 à l’initiative de Reiner Pilz. Cet ex-ingénieur devenu architecte d’intérieur estimait que le recyclage traditionnel s’assimilait à de la destruction d’objet. Il préférait ainsi récupérer et modifier des objets inutilisés afin d’augmenter leur valeur. 📈

Ce terme apparaît pour la première fois en 2002 dans l’ouvrage de William McDonough et Michael Braungart intitulé « Cradel to cradle : créer et recycler à l’infini ».  

Au fil des pages, les deux auteurs décrivent le concept « Du berceau au berceau » (le surcyclage donc). Il s’agit de recycler des produits et des matériaux à l’infini tout en leur conférant une valeur ajoutée. 

Pour faire simple, l’intérêt de cette pratique réside dans la revalorisation, voire le détournement de sa fonction initiale, un objet à première vue inutilisable pour le réintroduire dans la chaîne de consommation. 

👀 Bon à savoir : ce concept est à l’opposé de celui appelé « du berceau à la tombe », qui désigne l’ensemble du cycle de vie d’un produit (soit de l’extraction des matières premières à sa mise au rebut).

Surcyclage VS recyclage ♻️

En 2021 en France, 72 % des emballages étaient recyclés.Mais que cela signifie-t-il vraiment ? Selon le Code de l’environnement, le recyclage renvoie à :

Toute opération de valorisation par laquelle les déchets, y compris les déchets organiques, sont retraités en substances, matières ou produits aux fins de leur fonction initiale ou à d'autres fins.

L’objectif étant de leur offrir une seconde vie, une finalité à première vue identique à celui du surcyclage. Or, bien que ces deux méthodes aient de fortes ressemblances - notamment dans l’objectif de protéger l’environnement - ils font l’objet de différences indéniables. 👋

Ainsi, contrairement au surcyclage, le recyclage touche à l’intégrité de la matière première puisque certaines étapes de traitement nécessitent la destruction ou la transformation de la matière à l’aide de substances chimiques. 

Décomposé, voire détruit, le produit initial est transformé en objet de moindre qualité - ce qu’on appelle le « downcycling ». À l’inverse, l’upcycling lui confère un côté esthétique, améliorant ainsi la qualité de départ et lui offrant une valeur ajoutée. 👍

En définitive, le recyclage consiste à « faire du neuf avec du vieux », tandis que le surcyclage implique de « faire du beau avec du vieux ». 
Cependant, le recyclage n’est pas une pratique à bouder. Elle constitue néanmoins une alternative de choix aux décharges à ciel ouvert dont l’enfouissement des déchets pollue les sols. 

👉 L’upcycling demeure encore une pratique artisanale - notamment pratiquée dans les domaines de l’art, de la mode et du design - contrairement au recyclage qui existe à l’échelle industrielle. Une enquête menée par Etsy révèle que le nombre d’articles intitulés “upcycling” explose depuis 2011 et ne cesse d’augmenter depuis.

un homme posant deux bouteille en verre sur une table

👀 Comment se pratique le surcyclage ?

Les déchets récupérables 🚮

Le surcyclage est le fait de récupérer des déchets “habituels” - c’est-à-dire des objets jetés aux ordures, car abîmés - mais également des déchets industriels - des chutes, des résidus de fabrication, des invendus ou des produits de tests. 👀

Ainsi, de multiples matériaux (y compris ceux étant destinés à la décharge) peuvent faire l’objet d’un upcycling : 

  • les objets du quotidien ;
  • les vêtements (chaque année, en Europe, on dénombre 4 millions de tonnes de déchets vestimentaires dont 80 % finissent en décharge ou incinérés) ;
  • les objets de décorations ;
  • les meubles (chaque année en France, 2 millions de tonnes de meubles sont produits. Seuls 40 % sont enfouis, 45 % sont incinérés et 15 % sont recyclés) ;
  • les déchets alimentaires ;
  • les bijoux.

Quelques exemples de revalorisation : un jean troué transformé en jupe, des palettes de bois deviennent des meubles, des morceaux de cuir servent à créer des pochettes ou des restes de graisses issus des restaurants sont utilisés dans la fabrication des produits de beauté (comme la marque Maria Batali).

💬 Bon à savoir : les particuliers comme les entreprises peuvent s’initier à cette pratique vertueuse.

Les étapes de l’upcycling 📝

Le surcyclage ne consiste pas simplement à mettre les matériaux à la benne en espérant que le produit soit traité de manière vertueuse. Plusieurs étapes sont nécessaires pour effectuer une valorisation efficace : 

  • la récupération de la matière première dans les règles. Une première étape minutieuse, puisque chaque objet récupéré doit respecter quelques critères de base comme sa solidité (pas de déchirure, d’ébréchures, par exemple), son intégrité, sa conformité aux réglementations en vigueur ou encore sa traçabilité ;
  • la préparation, qui implique le nettoyage, puis la remise en état de l’objet ;
  • la transformation, qui, comme son nom l’indique, consiste à transformer la matière première en un nouvel objet. Cette étape - particulièrement créative - donne souvent lieu au détournement de la fonction initiale.

👉 Le maître mot ? Livrer un produit fonctionnel, durable et unique.

plusieurs assiettes, tasses, verres et vases posés sur deux étagères murales

👍 Quels bénéfices peut-on tirer de cette pratique ?

Tendre vers une économie circulaire 🔄

Les techniques de recyclage (le compostage, l’usage de fours ou d’engins de tri mécaniques entre autres) et le traitement des déchets actuellement utilisés ont des limites. 👎

Dans les faits, certains matériaux comme le plastique trop fin et léger, le carton (surtout s’il est sale et humide), le cristal ou encore les miroirs ne sont pas recyclés. À la lumière des techniques actuelles, seuls le verre et le métal peuvent être réemployés (le plastique peut certes être recyclé plusieurs fois, mais il devra être incinéré coûte que coûte).

👉 C’est notamment via ces procédés que des bouteilles en plastique peuvent être transformées en stylo ou en textile.

Ainsi, le surcyclage apparaît comme la solution idéale pour : 

  • contrer les limites de recyclage actuelles ; 
  • créer un produit à faible empreinte écologique ; 
  • réduire les impacts liés aux décharges à ciel ouvert. 

Sur ce dernier point, il s’avère que les matières en décomposition rejettent du méthane - le gaz à effet de serre le plus important en terme d’impact sur le réchauffement climatique après le CO2. Elles sont également à l’origine de la pollution des sols et des eaux. 😱

En valorisant les matériaux existants, ce dispositif participe à la création d’une économie circulaire, elle-même inscrite dans une démarche de développement durable. Ce modèle économique vertueux se base sur la nature, où rien ne se perd, tout est réutilisé. L’intérêt étant d’éviter toute forme de gaspillage en allongeant notamment la durée de vie du produit.

Limiter l’extraction de ressources naturelles ❌

Comme nous l’avons vu, le surcyclage est une méthode performante consistant à récupérer et à réutiliser les matériaux existants. Au-delà de limiter les impacts liés à la fin de vie des produits, cela permet de limiter l’extraction de nouvelles ressources nécessaires à sa fabrication (et donc l’épuisement des réserves). ✅

👉 Globalement, il s’agit de réutiliser nos objets en totalité ou en partie pour éviter de “piller” la Terre en surconsommant.

Réduire la consommation d’eau et d’énergie ⚡

Même si le recyclage permet de diminuer la production de déchets, le surcyclage va encore plus loin. Les déchets sont ainsi réutilisés et non pas mis au rebut ou traités. Cette méthode permet donc de réduire le gaspillage d’eau et d’énergie inhérent au processus de fabrication et de traitement des ordures. 

Optimiser et réduire le coût de la gestion des déchets 📉

A contrario du recyclage, le surcyclage ne nécessite pas un traitement lourd des déchets. Au-delà de réduire la consommation d’énergie, cela permet ainsi de réduire les coûts liés à la gestion des ordures. 💰

À terme, il se pourrait même que la fabrication de produits neufs devienne moins chère que le recyclage en lui-même. 

👀 Avec le surcyclage, les matières premières sont proposées à faibles coûts, voire totalement gratuites.

Adopter une démarche éthique au sein de son entreprise 🌿

Il existe plusieurs manières de verdir le fonctionnement de son entreprise. Au-delà du recyclage et de l’écoconception, adopter le surcyclage démontre un engagement environnemental fort. 

👉 Plusieurs bénéfices : améliorer son image de marque, réduire les coûts de fabrication (car toutes les matières premières sont à la portée de la structure), proposer des produits uniques et éthiques, etc.

Bien que cette pratique ne soit pas encore réglementée, l’intégration des enjeux environnementaux dans le cœur de l’entreprise permet de respecter, voire de devancer, les réglementations et les normes actuellement en vigueur.

Néanmoins, le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas !

💪 Créez des produits écoresponsables !

Citoyens comme entreprises peuvent se mettre au surcyclage. Avant d’adopter cette pratique vertueuse, votre activité peut - dans un premier temps - procéder à l’analyse du cycle de vie de ses produits (ACV). Cette étude permet de cibler les postes les plus polluants de la chaîne de valeur et d’agir en conséquence.

Bénéficiez de la démonstration gratuite et sans engagement de l’outil avec l’un de nos experts. 🧑‍💻

photo Justine Dumont
Par
Justine Dumont
mis à jour leJan 27, 2023
Homme souriant
Logo coloré "time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Entreprise

Bilan carbone entreprise : le guide de 2023

Arnaud Delubac
Par
Arnaud Delubac

Qu'est-ce qu'un bilan carbone entreprise ? Pourquoi le réaliser ? Comment ? Quelles sont les étapes à suivre ? Greenly vous dit tout.

Bilan Carbone