Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Accueil
Data Stories
Greenlyhttps://images.prismic.io/greenly/43d30a11-8d8a-4079-b197-b988548fad45_Logo+Greenly+x3.pngGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
GreenlyGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
Descending4
Home
1
Blog
2
Category
3
Le guide du vêtement éco-responsable
4
Blog...Le guide du vêtement éco-responsable

Le guide du vêtement éco-responsable

Green Actu’
Textile
des vêtements suspendus à des cintres
Le vêtement éco-responsable se distingue via les critères de durabilité et d'éthique de production. Mais comment le reconnaître en rayon ?
Green Actu’
2024-03-05T00:00:00.000Z
fr-fr
des vêtements suspendus à des cintres

Alors que la France examine une proposition de loi visant à lutter contre la fast fashion, la question de la mode durable revient sur le devant de la scène. Soucieuses de soutenir le développement d’un modèle de consommation plus respectueux de l’environnement et d’autrui, certaines personnes cherchent d’ailleurs déjà à se tourner vers des vêtements éco-responsables.

Mais qu’est-ce qu’un vêtement éco-responsable ? Comment le reconnaître ? Se reconstituer petit à petit une garde-robe plus durable et écologique ?

Suivez le guide.

Close
screenshot de YouTube

Qu’est-ce qu’un vêtement éco-responsable ?

Vêtement éco-responsable, définition

Un vêtement éco-responsable est un article de mode ayant été produit de manière à minimiser son impact environnemental, et respecter une certaine éthique tout au long de sa chaîne de production (sur le volet social notamment).

Les 4 règles du vêtement éco-responsable

Même s’il n’existe pas de règles établies à proprement parler, on peut tout de même identifier 4 principales lignes à laquelle un vêtement dit “éco-responsable” ne peut déroger.

L’emploi de matériaux durables

La composition d’un vêtement éco-responsable joue un rôle prépondérant dans sa propension à pouvoir ou non être qualifié comme tel. Ceci s’explique notamment par le fait que l’essor de la fast fashion a mis en lumière deux problèmes majeurs : d’une part, le taux de pollution environnementale et sanitaire liée à l’emploi de certains matériaux, et d’autre part, l’épuisement d’un certain nombre de ressources. En ce sens, les alternatives les plus écologiques doivent être privilégiées (voir plus bas).

L’éthique du procédé de production 

Longtemps mise de côté, la question de l’éthique appliquée aux procédés de production constitue l’un des principaux moteurs de ceux souhaitant soutenir la mode éco-responsable. Depuis le drame du Rana Plaza, la France a d’ailleurs fait évoluer sa législation en instaurant le devoir de vigilance. Mais au-delà du volet légal, la négation des conditions de travail au sein de la chaîne d’approvisionnement est de plus en plus mal perçue. Le respect des droits humains, la sûreté des conditions de travail, ou encore l’équitabilité des salaires comptent de plus en plus. Y compris pour le grand public.


La gestion environnementale

Corrélée à la question des matériaux, la gestion environnementale s’avère toutefois plus large. Au-delà de s’assurer que le vêtement est conçu de façon éco-responsable, il s’agit de s’assurer que sa création, sa production, puis sa distribution sont gérées de la manière la plus optimale possible sur le plan de l’empreinte carbone notamment. Les émissions de gaz à effet de serre (grandes contributrices au réchauffement climatique) doivent faire l’objet d’une réduction maximale.

La maximisation de la longévité

Outre le fait de produire mieux, le vêtement éco-responsable doit nous permettre de consommer moins. En l’état actuel de la situation, nos sociétés contemporaines (au sein des pays développés) surconsomment les ressources disponibles sur la planète. Pire : elles les surconsomment pour produire des biens relevant souvent du superflu. En ce sens, créer des vêtements solides, de qualité et au design intemporel permet d’allonger la longévité de ces produits, d’économiser les ressources et de réduire les déchets.

Comprendre les labels et les certifications

Les labels et les certifications sont l’un des principaux indicateurs permettant au grand public d’identifier un vêtement éco-responsable. Attention cependant, car ces derniers ne se valent pas nécessairement - sur le plan des critères de labellisation notamment. 

Parmi les principaux labels pouvant se révéler utiles, on trouve :

  • GOTS (Global Organic Textile Standard), un label international qui atteste non seulement de l'utilisation de fibres biologiques mais aussi du respect de critères environnementaux et sociaux au sein de la chaîne de valeur​​ ;
  • Oeko-Tex Standard 100 (progressivement remplacé par "Made in Green"), qui garantit l'absence de substances nocives ;
  • Fair Wear Foundation, qui met l'accent sur les conditions de travail et garantit le respect de standards élevés au sein des usines​​ ;
  • FairTrade, tourné vers le commerce équitable, et garantissant des produits fabriqués dans le respect des travailleurs et de l'environnement (surtout dans les pays en développement)​​.
  • Ecolabel Européen, qui se distingue par son évaluation de l'impact environnemental des produits tout au long de leur cycle de vie ;
  • Ecocert, qui certifie entre autres les textiles biologiques ​;
  • Made in Green by Oeko-Tex, qui permet de tracer le produit certifié, tout en tenant compte de critères environnementaux et sociaux​​.
D'une manière générale, il est préférable de se fier aux labels faisant l'objet de contrôles indépendants.

La certification GOTS implique ainsi des audits réguliers de la part d'organismes de certification indépendants - agréés par GOTS. Le label Ecocert lui-même recourt d'ailleurs au standard GOTS pour effectuer ses propres vérifications.

Oeko-Tex Standard 100 et Made in Green by Oeko-Tex sont des labels décernés après tests en laboratoire et audits du processus de production, là aussi effectués par des instituts indépendants membres du réseau Oeko-Tex. Même son de cloche du côté de chez Fair Wear Foundation, qui s'appuie sur des vérifications et des audits indépendants.

Les critères de FairTrade sont quant à eux évalués par FLO-CERT, un organisme de certification indépendant spécialisé dans le commerce équitable.

Enfin, les critères et le processus de certification de l'Ecolabel Européen sont supervisés par des organismes compétents, au sein de chaque État membre de l'UE.

Les matériaux éco-responsables à privilégier

Dans le domaine de l'industrie textile, certains matériaux peuvent être privilégiés en vue de réduire son impact environnemental. 

Le coton biologique, par exemple, garantit que ce dernier a été produit dans des conditions ne relevant pas de la surexploitation. Sa production :

  • s'effectue sans pesticides d'origine industrielle ;
  • consomme moins d'eau ;
  • n'implique pas l'usage de colorants.

Dans une toute autre catégorie, les cultures de lin et de chanvre sont elles aussi moins gourmandes en eau ainsi qu'en engrais.

Bien évidemment, n'hésitez pas non plus à vous tourner vers les vêtements issus des filières de recyclage (coton recyclé, polyamide recyclé, etc.). 

3 conseils pour une garde-robe durable

1. Se mobiliser

Nombreux sont les individus à se sentir impuissants face à l'hégémonie d'un modèle tel que la fast fashion. Pourtant, ce rouleau compresseur ne l'est qu'en apparence. Et pour cause : l'existence d'un tel modèle est corrélée à la propension de nous autres, individus, à y adhérer ou non.

Si nous cessons de consommer des articles de fast fashion - ou si nous n'en consommons que de manière très occasionnelle, lorsque nous avons véritablement besoin d'acheter un vêtement - la production d'une telle volumétrie d'habits et son importation ne seront plus rentables.

Bien sûr, aux yeux de certains, ceci apparaît comme une utopie. Mais la mobilisation a déjà commencé, en vérité. Libre à nous d'apporter notre contribution ou non.

Ce n'est pas nous qui le disons, mais le rapport The Power of People (The Jump). L'étude - ayant pour objet les pays occidentaux considérés comme riches - révèle que les citoyens ont une influence direct sur 25 à 27% des économies nécessaires d'ici à 2030. Mieux : ce chiffre constitue une estimation à minima.

Bien sûr, la part revenant à nos gouvernements et aux industries concernées est importante (73%). Mais en l'état actuel de l'urgence climatique, chaque geste compte désormais.

2. Sélectionner

Si vous n'êtes pas expert dans le décryptage des étiquettes, certains labels officiels peuvent vous aiguiller (voir ci-dessus).

NB : Pour les problématiques relatives à la question animale, le label Demeter peut vous orienter vers des produits issus d'une filière soucieuse du respect des animaux.

Si, toutefois, vous souhaitez apprendre à trier vos vêtements vous-mêmes, privilégiez les fibres naturelles. Il sera difficile de bannir totalement les fibres chimiques. Tâchez plutôt de les minimiser.

3. Équilibrer

La mode dite "durable" apparaît souvent contradictoire. Boycottant les fibres dérivées du pétrole d'un côté, dénigrant le coton de l'autre... Sans parler du débat autour de la laine que nos aïeux utilisaient pourtant bien avant l'essor de la fast fashion.

En vérité, tout est une question d'équilibre. Un peu comme pour l'alimentation. Dans ce domaine, un vieil adage dit "Il faut manger de tout un peu". En matière de mode, c'est un peu plus compliqué que ça, mais l'idée y est : tout est une question d'équilibre, notamment en phase de transition.

À moins de disposer d'un salaire plus que confortable, si vous souhaitez faire un effort avec votre garde-robe, vous allez devoir avancer un pas après l'autre. Car la mode durable a un prix. Qui plus est, même les marques proposant des articles davantage "eco-friendly" ne sont pas irréprochables en tout point - pas plus que leurs produits.

Alors, comment parvenir à équilibrer au mieux l'équation ?

Acheter un minimum de fibres dérivées du pétrole

C'est la règle la plus dure, parce qu'elles sont quasiment partout. Pour cette raison, il semble difficile de parvenir à les éradiquer totalement de la garde-robe. Du moins, dans un premier temps. Tâchez de les éviter aussi souvent que possible. Elles sont mauvaises pour l'environnement et votre santé.

Acheter un maximum de fibres naturelles

Elles ne sont généralement pas données. Il vous faudra y aller par étape. L'avantage ? Leur qualité leur permet d'être portées longtemps. Prenez le temps de sélectionner vos pièces soigneusement - histoire de ne pas vous retrouver lassé(e) un mois plus tard.

Trouver le juste compromis

Tout le monde n'a pas les moyens d'investir 100 euros dans un jean en coton biologique. Surtout s'il faut ensuite vêtir le reste de la famille avec des articles tout aussi qualitatifs. Conclusion ? Si vous ne pouvez véritablement pas faire autrement, achetez ce qui se trouve à hauteur de votre budget. Ce n'est pas la même chose d'acheter deux pulls en fibres chimiques sur un an que d'en acheter 10. Surtout si la moitié part vite à la déchetterie.

Même si vous ne pouvez pas vous offrir des vêtements en fibres naturelles, vous pouvez tout à fait contribuer à l'effort collectif en tâchant simplement d'acheter uniquement ce qui relève du nécessaire.

Faire de son mieux

Les fibres chimiques, c'est mal. Les fibres d'origine animale, c'est mal. Les fibres d'origine végétale, c'est mal une fois sur deux... Bref ! Rares sont les options au sujet desquelles il n'existe pas de critique. Ceci ne doit pas vous empêcher de faire du mieux que vous pouvez.

Admettons que vous ayez le choix entre un vêtement dérivé du pétrole et un vêtement en coton non biologique. Oui, ce n'est pas l'idéal. Mieux vaudrait du coton biologique. Mais encore une fois, tout est question de bon sens. Si vous n'achetez pas une nouvelle fringue toutes les deux semaines, le choix du coton non biologique constituera un premier effort.

4. Résister

Dans la mesure du possible, tentez de limiter votre exposition aux injonctions promotionnelles. Ceci ne veut pas dire ne plus jamais acheter quoi que ce soit. Mais efforcez-vous de ne pas céder à l'instantanéité ou aux pressions diverses.

Parmi les plus connues :

  • "Dépêchez-vous, il n'y en aura pas pour tout le monde !" ;
  • "Ne laissez pas passer cette offre exceptionnelle, rien que pour vous !" ;
  • "Vite ! Notre offre spéciale se termine aujourd'hui !" ;
  • Etc.
N'oubliez pas : le sentiment d'urgence constitue le ciment de ces injonctions, qui visent à précipiter votre réflexion.

Au contraire, prenez le temps de peser le pour et le contre. Avant toute chose : avez-vous vraiment besoin de cet article ? N'en avez-vous pas déjà un plus ou moins similaire dans votre garde-robe ? Avez-vous seulement pris la peine de l'essayer pour vérifier qu'il vous allait ? N'en serez-vous pas lassé(e) dans un an voire moins ? Ne préféreriez-vous pas économiser l'argent relatif à cette dépense pour vous offrir un vêtement de meilleure qualité que vous garderez plus longtemps ? Voire pour vous offrir toute autre chose ?

Un conseil : lorsque vous vous sentez sur le point de craquer sur un article, laissez-vous deux ou trois jours de réflexion. Bien souvent, vous réaliserez que l'objet de votre pulsion d'achat disparaît vite de vos pensées... Et qu'il n'a pas tant d'importance que cela à vos yeux.

Qui sommes-nous ?

Planifiez une consultation gratuite et sans engagement avec nos experts et initiez la transition de votre propre entreprise.

Plus d’articles

Tout voir
une carte de l'europe
Par
Ines Gendre

Comprendre les élections européennes 2024

Entre les 6 et 9 juin 2024, les pays membres de l'Union européenne ont élu 720 députés au Parlement européen. Mais avec quelles implications ?

Green Actu’
Politique
Drapeau français
Par
Emma Lefebvre

Qui est Christophe Béchu ?

Ministre depuis 2022, Christophe Béchu est un politique discret et parfois décrié. Retour sur sa carrière et son programme environnemental.

Green Actu’
Politique