Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Accueil
Data Stories
Greenlyhttps://images.prismic.io/greenly/43d30a11-8d8a-4079-b197-b988548fad45_Logo+Greenly+x3.pngGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
GreenlyGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
Descending4
Home
1
Blog
2
Category
3
Qu'est-ce que la Net Zero Insurance Alliance (NZIA) ?
4
Blog...Qu'est-ce que la Net Zero Insurance Alliance (NZIA) ?

Qu'est-ce que la Net Zero Insurance Alliance (NZIA) ?

Green Actu’
Assurance
poignée de main
Les assureurs sont en première ligne dans la lutte contre le réchauffement climatique. C’est de ce constat que la Net Zero Insurance Alliance est née. De quoi s’agit-il ?
Green Actu’
2023-06-02T00:00:00.000Z
fr-fr
poignée de main

L’atteinte de la neutralité carbone en 2050 constitue un prérequis indispensable pour parvenir à limiter le réchauffement climatique à + 2 °C en 2100. Face à l’urgence climatique actuelle, des initiatives mondiales voient le jour de la part de l’ensemble des acteurs économiques - dont les assureurs.

Ces derniers sont d’ailleurs à l’origine de la Net Zero Insurance Alliance (NZIA), une coalition internationale permettant de multiplier leurs efforts environnementaux. Quels sont les objectifs ? Quels assureurs font partie des membres ? Cette initiative porte-t-elle ses fruits ? On vous dit tout.

Qu’est-ce que la Net Zero Insurance Alliance (NZIA) ?

Net Zero Insurance Alliance, définition et objectif

Créée en 2021 lors du sommet du G20 à Venise consacré au climat et placée sous l’égide de l’Organisation des Nations unies, la Net Zero Insurance Alliance (NZIA) est une coalition internationale d’assureurs et de réassureurs désireux de respecter l’objectif de neutralité carbone en 2050. 

À terme, les membres se sont engagés à soutenir la transition vers une économie mondiale nette zéro, en prenant en compte les effets du changement climatique et les objectifs climatiques dans leur politique de couverture des risques. Cela passe par : 

  • la définition de critères d’acceptabilité des industries les plus émettrices dans leurs portefeuilles clients afin d’entamer leur transition Net Zero ;
  • le développement de standards nécessaires pour atteindre la neutralité carbone désirée en 2050 ;
  • la création d’outils de mesure communs de l’empreinte carbone de leur portefeuille d’assurance ;
  • l’élaboration d’une feuille de route avec des cibles tous les cinq ans pour respecter les objectifs climatiques mondiaux. En outre, les membres sont dans l’obligation de rendre compte chaque année de leurs progrès.

👉 La NZIA constitue l’une des « Alliances pour la neutralité carbone » regroupées au sein de l’Alliance de Glasgow (Glasgow Financial Alliance for Net Zero, GFANZ).

Close
youtube screenshot

Une alliance qui prône la création d’une assurance durable

Une assurance durable désigne une assurance qui identifie, évalue, gère et surveille les risques associés aux questions environnementales, sociales et de gouvernance. Cela permet de réduire les risques, développer des solutions innovantes et d’améliorer les performances de l’entreprise.

👉 À ce titre, l’ensemble de la chaîne de valeur - y compris les interactions avec les parties prenantes - s’intègre dans une démarche écoresponsable. 

L’engagement de la NZIA s’inscrit dans le cadre des Principes pour une assurance durable (PSI) déterminés par l’UNEP (United Nations Environment Programme). Lancés en 2012 lors de la Conférence des Nations unies sur le développement durable, les quatre principes suivants servent de cadre mondial au secteur de l’assurance : 

  • intégrer dans les prises de décision, les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance pertinents pour les métiers de l’Assurance ;
  • collaborer avec les clients et les partenaires pour les sensibiliser aux enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance, et les inciter à mieux maîtriser les risques en développant des solutions concrètes ;
  • coopérer avec les gouvernements, les régulateurs et les autres parties prenantes pour promouvoir au sein de la société une action globale répondant aux enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance ;
  • rendre compte de l’application des Principes et faire preuve de transparence en publiant régulièrement l’état d’avancement de leur mise en œuvre.

Les membres fondateurs de la NZIA

Fondée par huit assureurs et réassureurs - AXA, Allianz, Aviva, Generali, Munich Re, SCOR, Swiss Re, et Zurich -, la Net Zero Insurance Alliance comptait 29 membres début 2023.

👉 Les membres représentent 15 % du marché mondial de l’assurance. 

Tous assureurs et réassureurs mondiaux est libre de rejoindre cette coalition. L’Alliance voit les choses en grand puisque le périmètre pourrait s’élargir à d’autres acteurs du marché, à l’image des courtiers ou des associations d’assurance.

Le rôle des assureurs dans la lutte contre le réchauffement climatique

Le secteur de l’assurance constitue un véritable levier de décarbonation de l’économie. En effet, par leurs activités, les assureurs sont au premier plan pour lutter contre le réchauffement climatique et accélérer la transition écologique. 

En 2022 en France, l’enchaînement des catastrophes naturelles (sécheresses, feux de forêt ou canicules) a été coûteuse pour les assureurs (10 milliards d’euros selon la Fédération France Assureurs). 
Ce faisant, le réchauffement climatique constitue l’un des trois principaux risques identifiés par la profession avec la dégradation de l’environnement économique et les cyberattaques.

Afin d’inverser la tendance, les assureurs doivent encadrer les activités polluantes, désinvestir les actifs à fortes émissions carbone et être incitatifs sur la prévention des risques. Dans un même temps, leurs investissements de long terme dans des projets durables doivent financer la transition écologique et énergétique.

👉 En rejoignant cette alliance, les assureurs se positionnent comme des acteurs clés dans la lutte contre le changement climatique.

soleil

Quels sont les engagements des membres de la Net Zero Insurance Alliance ?

Le protocole pour décarboner l’assurance

Le 17 janvier 2023, lors du Forum économique mondial de Davos, les assureurs ont présenté le protocole permettant de décarboner la couverture des risques. La Net Zero Insurance Alliance liste cinq objectifs permettant d’atteindre la neutralité carbone en 2050 : 

  • deux concernent la réduction des émissions de CO2 des activités assurées ;
  • deux portent sur l’engagement - c’est-à-dire étant lié aux choix d’investissements des assureurs ou à leur rôle d’actionnaire de sociétés ;
  • un objectif favorise le développement de l’assurance des activités vertes.

Déjà en 2021, Generali avait partagé son objectif intermédiaire : réduire les émissions de son portefeuille d’actions et d’obligations d’entreprises de 25 % en cinq ans, par rapport aux niveaux de 2019. L’assureur s’était également engagé à exclure le charbon thermique des portefeuilles et à investir 8,5 à 9,5 milliards d’euros dans les obligations vertes et durables.

Le groupe Matmut, quant à lui, souhaite que la totalité de ses investissements soit couverte par une analyse intégrant les critères d’Investissement Socialement Responsable (ISR).

Les prochaines étapes

En vue de s’aligner sur l’Accord de Paris - limiter le réchauffement à + 2 °C d’ici 2100 -, les assureurs ont jusqu’au 31 juillet 2023 pour choisir au moins un objectif prioritaire sur les cinq proposés dans le protocole. 
En 2024, les assureurs devront se fixer trois objectifs - dont l’un porte sur la réduction des émissions de GES.

En outre, les membres de la NZIA pourront élaborer un plan d’action global ou portant sur un seul secteur d’activité.

La Net Zero Insurance Alliance porte-t-elle ses fruits ? 

Des départs en cascade

Le 25 mai dernier, suite au départ de SCOR - premier français à quitter la coalition - et de Swiss Re, AXA - membre fondateur de la NZIA - a également annoncé quitter l’alliance, indiquant poursuivre :

Son parcours individuel en matière de développement durable, en tant qu’assureur, investisseur et entreprise responsable.

Allianz en a fait de même et Matmut devrait suivre. Cependant, aucun des assureurs français n’a détaillé les raisons de leur départ.

Ces cinq groupes ne sont pas les premiers à afficher leur mécontentement de la sorte. Leur retrait de la Net Zero Insurance Alliance fait suite à ceux de trois groupes majeurs européens que sont Munich Re, Hannover Re et l’assureur Zurich.
Munich Re explique son geste en évoquant les risques d’entrave à la libre concurrence engendrés par ce type d’alliance.

Dans un communiqué, la NZIA indique que les groupes ayant quitté l’alliance :

Ont une activité et une exposition importantes aux États-Unis.

Les États-Unis fortement opposés à cette alliance

En effet, une semaine avant ces multiples défections, une vingtaine de procureurs d’État républicains des États-Unis ont fait parvenir une lettre de critiques à la Net Zero Insurance Alliance. Cette dernière met en exergue le risque juridique encouru par les membres présents aux États-Unis - donnant lieu à plusieurs années de procédures. 

En cause, des risques antitrust importants provoqués par : 

  • l’appartenance de certains assureurs à un groupe de sociétés aux objectifs communs ; 
  • le droit américain de la concurrence ;
  • la pression du mouvement américain anti-ESG (les normes environnementales, sociales et de gouvernance). 

Dans leur lettre, les procureurs généraux se disent : 

Préoccupés par la légalité des engagements pris par les assureurs de collaborer avec d'autres assureurs et propriétaires d'actifs afin de faire avancer un programme climatique activiste.

Pour éviter toute mauvaise communication et des répercussions juridiques, les assureurs œuvrant aux États-Unis ont préféré quitter l’alliance.

Bien que la dissolution de la NZIA ne soit pas actée, les membres restants doivent faire face à la pression des États-Unis. L’assureur Aviva devrait remplacer AXA à la présidence de la Net Zero Insurance Alliance.

Les critiques se multiplient

À la pression des États-Unis s’ajoutent les critiques liées : 

  • au manque d’ambition des lignes directrices du protocole comparé à celui des investisseurs institutionnels (NZAOA) et à celui des banques (NZBA) ;
  • à la non prise en compte des émissions indirectes d’une activité (le scope 3) considérées comme difficiles à quantifier. Une décision qui va à l’encontre de l’engagement environnemental des assureurs, puisqu’il s’agit de la part la plus importante d’émissions d’une entreprise.
Plusieurs personnes penchées sur un document

Comment les assureurs peuvent-ils contribuer à l’atteinte de la neutralité carbone ?

Réduire leurs émissions de carbone

En vue de réduire leur empreinte carbone, les assureurs et réassureurs doivent en priorité réaliser le bilan carbone de leur activité selon l’ensemble des catégories d’émissions. L’objectif étant de cibler les postes les plus polluants et d’agir en conséquence.
Ils doivent également prendre en compte leurs « émissions assurées », c’est-à-dire celles engendrées par les activités et les projets qu’elles soutiennent.

Suite à cet état des lieux, les entreprises sont en mesure d’établir une stratégie de réduction des émissions. Des actions de réduction peuvent alors être mises en place au sein de leurs opérations internes, de leur chaîne de valeur et directement envers les clients. 

En effet, atteindre la neutralité carbone implique une action commune. Les assureurs accompagnent donc leurs entreprises clientes dans leur transition écologique (en les formant aux enjeux écologiques et en encourageant l’usage d’énergies renouvelables, par exemple).

Investir dans des projets durables

La réduction de l’empreinte carbone du secteur passe par l’accompagnement des entreprises dans leur transition écologique et l’investissement dans des placements verts. Des investissements encore trop faibles, puisque selon France Assureurs, ils s’élevaient à 141 milliards d’euros en 2021 - ce qui représente 6,3 % des actifs gérés par les assureurs.

En vue d’atteindre leurs objectifs climatiques, les assureurs sont fortement incités à refuser d’assurer des projets pétroliers et gaziers ou des entreprises œuvrant dans les énergies fossiles (notamment le charbon), dont la combustion génère une grande quantité de gaz à effet de serre (GES).

Cependant, plus facile à dire qu’à faire… Pour les assureurs, il s’agit d’une décision radicale qui démontre certes leur engagement écologique, mais qui les privent d’une partie de leur chiffre d’affaires. Or, ce point constitue un frein pour certains acteurs.

Sensibiliser leurs parties prenantes

Dans l’optique de réduire les émissions carbone de l’assurance, les acteurs du secteur doivent sensibiliser leurs parties prenantes. Deux grandes options s’offrent à eux : 

  • les entreprises clientes sont informées des effets du changement climatique sur leur activité. Elles sont fortement incitées à se tourner peu à peu vers les énergies renouvelables et à adopter des pratiques durables ;
  • les collaborateurs doivent suivre des formations de sensibilisation au réchauffement climatique.

Décarbonez votre portefeuille !

Mesurez les émissions de votre portefeuille et construisez une stratégie de réduction basée sur des indicateurs ambitieux pour limiter votre empreinte carbone. Nos experts sont là pour vous accompagner dans votre démarche.

Découvrez la plateforme Greenly en réservant une démo 100 % gratuite et sans engagement !

Plus d’articles

Tout voir
une carte de l'europe
Par
Ines Gendre

Comprendre les élections européennes 2024

Entre les 6 et 9 juin 2024, les pays membres de l'Union européenne ont élu 720 députés au Parlement européen. Mais avec quelles implications ?

Green Actu’
Politique
Drapeau français
Par
Emma Lefebvre

Qui est Christophe Béchu ?

Ministre depuis 2022, Christophe Béchu est un politique discret et parfois décrié. Retour sur sa carrière et son programme environnemental.

Green Actu’
Politique