Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Un email vient de vous être envoyé avec un lien de téléchargement :)

Déchets inertes : définition, intérêt et méthodes de valorisation

photo Justine Dumont
Par
Justine Dumont
mis à jour le 11 janv. 2023
chantier de construction d'immeubles avec grues

Les déchets inertes proviennent majoritairement du bâtiment. En 2012, on recensait 13 millions de tonnes de déchets non dangereux sur les 246 millions de tonnes issues du BTP français. Chaque année, l’industrie génère 10 millions de tonnes de déchets inertes. Des chiffres qui donnent le tournis. 📈

La gestion de ces déchets apparaît comme une priorité dans le cadre de la mise en place d’une économie circulaire. Quels sont les matériaux concernés ? Comment valoriser ces déchets ? Quelles sont les réglementations en vigueur ? Tout ce que vous devez savoir à ce sujet se trouve dans cet article. 👇

🔎 Qu’est-ce qu’un déchet inerte ?

Déchet inerte, définition et impact 💥

Selon le Code de l’environnement, un déchet inerte est défini comme :

Tout déchet qui ne subit aucune modification physique, chimique ou biologique importante, qui ne se décompose pas, ne brûle pas, ne produit aucune réaction physique ou chimique, n'est pas biodégradable et ne détériore pas les matières avec lesquelles il entre en contact d'une manière susceptible d'entraîner des atteintes à l'environnement ou à la santé humaine.

Selon la classification des déchets, les déchets inertes font partie de la sous-catégorie de déchets non dangereux (DND). Toutefois, malgré l’absence de danger, les volumes et les quantités mis en décharge peuvent donner lieu à des impacts environnementaux - au-delà d’engendrer une pollution visuelle. 💥

⚠️ Attention à ne pas confondre déchets inertes et déchets non dangereux - ou Déchets Industriels Banals, DIB. Bien qu’ils ne menacent pas notre santé, ces derniers constituent un risque pour l’environnement lors de leur phase de décomposition.

Les secteurs à l’origine des déchets inertes 🏗️

Les déchets inertes sont principalement des déchets minéraux non souillés engendrés par le BTP, les chantiers de construction, de démolition et de réhabilitation, l’entretien d’ouvrages existants, les mines et les carrières. 

Dans les faits, les travaux publics produisent plus de 90 % de déchets inertes tandis que le bâtiment en génère 70 % - ce qui représente 28 millions de tonnes. [ADEME] 🏗️

Le BTP et l’industrie de fabrication de produits de construction sont à l’origine de la production de : 

  • béton ;
  • gravats ;
  • agrégats d’enrobés ;
  • tuiles, parpaings et briques ;
  • terre non polluée ;
  • carrelage, faïence, céramique ;
  • vitrage.

Néanmoins, d’autres secteurs génèrent des déchets inertes comme les laitiers sidérurgiques, les sables de fonderies ou l’industrie extractive - relative à l’exploitation de carrières.

✍️ À noter : étant des minéraux, les déchets de plâtre, de laine de verre ou de roche ne sont pas considérés comme des déchets inertes.

un ouvrier qui verse du béton

👀 Comment gérer la fin de vie des déchets inertes ?

Les deux types de valorisation à privilégier ✅

En dépit de leurs propriétés qui ne semblent pas faciliter la gestion de leur fin de vie, les déchets inertes sont des matières premières pouvant être valorisées de deux manières : 

  • via le réemploi et la substitution de matériaux, consistant à reprendre les enrobés existants afin de les utiliser dans la fabrication de nouveaux enrobés - sur le même chantier ou non - à des fins de réaménagement de carrières ou dans le cadre d’un projet architectural, voire paysager ;
  • via les actions de gestion optimisées des matériaux d’un site conduisant au recyclage. En définitive, il s’agit de récupérer les déchets issus de la démolition d’un bâtiment en vue de les transformer en matériaux alternatifs. À titre d’exemple, concasser des déchets permet d’en faire du gravier, des granulats, de les réutiliser pour consolider les infrastructures ou de fabriquer des sous-couches.

En définitive, le recyclage consiste à trier les déchets par taille - via les processus de scalpage ou de criblage - puis de réduire leur taille - via le concassage. Ces deux étapes sont complétées par le retrait d’éléments ne permettant pas le recyclage (bois, métaux, plastiques, etc.).

👀 Bon à savoir : la prévention et la gestion des déchets inertes doivent faire l’objet d’un document de planification régionale, placée sous pilotage du conseil régional. Cette consigne est également applicable aux autres déchets du BTP.

Les acteurs garants d’une gestion durable des déchets inertes 🤝

Dans l’optique de mettre en œuvre une gestion durable de nos ressources, les acteurs suivants peuvent se mobiliser : 

  • les donneurs d’ordres de travaux, à savoir les producteurs de déchets et les consommateurs de matériaux alternatifs ;
  • les maîtres d’œuvre - qui doivent fournir des moyens financiers nécessaires ;
  • les entreprises et les collectivités. Ces dernières sont considérées à la fois en tant que donneurs d’ordres et en tant qu’autorité compétente en matière d’urbanisme - en vue d’implanter des contenants de collecte et des installations de recyclage directement sur le chantier.

Les installations permettant de favoriser le recyclage 🧐

Le recyclage des déchets inertes issus du BTP s’effectue : 

  • via des installations dédiées directement sur site (34 %) - soumises à la réglementation relative aux installations classées pour la protection de l’environnement ;
  • en remblai de carrières (19 %) ;
  • sur des sites externes (12 %).

Par la suite, le centre de tri s’occupe de compléter et de retourner les bordereaux de suivi des déchets, avant de les regrouper selon leur nature et de les acheminer vers les centres de traitement adéquats.

👉 Si le recyclage est impossible, 24 % des déchets inertes sont stockés - temporairement ou définitivement - et éliminés au sein des installations de stockage dédiées (les ISDI). S’ils sont considérés comme des déchets ultimes - c’est-à-dire ne pouvant plus être traités - ils sont placés dans des décharges (11 %).

engins de chantier dégageant la terre

👋 Pourquoi valoriser les déchets inertes ?

Préserver l’environnement 🌸

Réutiliser les déchets inertes permet d’économiser les ressources épuisables issues des carrières et nécessaires au secteur de la construction. 👍

Au-delà de protéger nos ressources, le réemploi permet ainsi de limiter les impacts environnementaux liés au cycle de vie des matières premières - notamment leur prélèvement et leur fin de vie en décharge. 

En effet, certaines décharges occupent des sols à perte et peuvent entraîner des pertes de rendements agricoles, mais aussi détruire des zones humides ainsi que des espèces protégées. 🌾

En 2017, le recyclage de l’ensemble des déchets - toutes catégories confondues - issus du BTP a permis d’éviter : 

  • l’émission de 22,6 millions de tonnes de gaz à effet de serre (GES) ;
  • la consommation de 64 TWh d’énergie - ce qui équivaut à la production annuelle de trois à quatre centrales nucléaires.

👀 Bon à savoir : l’impact environnemental de la réutilisation des déchets inertes doit être maîtrisé. En ce sens, le Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) fournit des pistes afin de valoriser correctement les matériaux alternatifs.

Verdir le BTP 🌱

Particulièrement gourmand en matières premières, le BTP peut contribuer au développement durable et faciliter la mise en place d’une économie circulaire, tout en profitant de ses vertus. 

De fait, en offrant une seconde vie aux déchets inertes issus des chantiers, ce secteur participe à la réduction d’une l’extraction particulièrement énergivore et polluante de ressources non renouvelables. 
En ce sens, une telle démarche lui permet d’asseoir son indépendance quant à l’obtention desdites ressources. 
Sur le plan financier, le réemploi lui permet également de réaliser des économies non négligeables en évitant le retraitement des déchets.

Le secteur du bâtiment peut cependant aller plus loin en s’engageant dans une démarche d’éco-construction - ou de construction durable - qui consiste à faire sortir de terre des bâtiments respectueux de l’environnement en : 

  • utilisant des matériaux recyclés et durables ;
  • gérant efficacement les ressources (et par conséquent, en évitant la production de déchets) ;
  • prenant en compte le confort et la santé des occupants grâce à l’installation d’équipements performants.

💪 L’ensemble de ces écogestes permet d’améliorer la compétitivité de l’industrie et de répondre aux attentes des consommateurs tout en protégeant l’environnement.

Respecter les réglementations en vigueur ⚖️

La nature des déchets inertes admissibles dans les installations et leurs conditions d’exploitation sont précisées dans l’arrêté du 16 mars 2006. 📝

La gestion durable des ressources constituait en effet une priorité en vue d’atteindre l’objectif fixé par la directive-cadre 2008/98/CE sur les déchets. Il s’agissait de valoriser, en 2020, 70 % des déchets du BTP. Cet objectif était également présent dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015.

À ce jour, plus de la moitié des déchets du BTP français sont valorisés. 

Plusieurs mesures ont permis cette avancée : 

  • le tri à la source des déchets, en vue de les orienter vers les filières de recyclage adaptées. En ce sens, depuis le 1er mars 2012, la réalisation d’un diagnostic des déchets issus des travaux de démolition de bâtiments dont la surface de plancher est supérieure à 1000 m² ou ayant hébergé des substances dangereuses est obligatoire par les maîtres d’ouvrage ;
  • le développement des installations de collecte, de tri et de préparation aux abords des chantiers générateurs de déchets ou susceptibles de les valoriser ;
  • l’obligation d’inscrire les déchets inertes au registre des déchets depuis 2011. Par ailleurs, même si la traçabilité des déchets n’est pas obligatoire, il est recommandé de conserver une trace écrite quant à l’élimination des déchets. Cela permet de faciliter leur collecte et leur regroupement.t.

📉 Diminuez l’impact des déchets inertes issus de votre entreprise

Votre activité génère-t-elle des déchets inertes ? Afin de déterminer les répercussions de ces ordures sur l’environnement et les diminuer, réalisez le bilan carbone de votre structure.

Faites appel à l’expertise Greenly pour mesurer et réduire votre empreinte environnementale.

photo Justine Dumont
Par
Justine Dumont
mis à jour leJan 11, 2023
Homme souriantLogo coloré "time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Green Actu’
Thumbnail

Greenwashing : 8 points pour tout comprendre

Par
Arnaud Delubac

Qu'est-ce que le greenwashing ? Constitue-t-il un délit ? Comment le reconnaître ? S'en prémunir ? Greenly vous dévoile son guide anti-greenwashing.

Politique
Green Actu’
Thumbnail

Banque éthique : le top 5 en 2023

Par
Alexis Normand

Quelle est la banque la plus éthique ? Comment choisir où mettre son argent pour avoir des finances vertes à impact ?

Banque