Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Ce qu’il faut savoir de la théorie de l’effondrement

Du fait de l’enchaînement des crises, la théorie de l’effondrement semble prendre tout son sens. De quoi s’agit-il ? Notre société telle que nous la connaissons est-elle menacée ?
Green Actu’
2023-10-13T00:00:00.000Z
fr-fr
photo en noir et blanc d'une maison effondrée

La crise climatique que nous vivons actuellement est source de crainte, voire de catastrophisme. En atteste la théorie de l’effondrement.

Le postulat ? Les institutions telles que nous les connaissons n’existent plus, les réserves de pétrole sont épuisées, l’eau potable et la nourriture se sont raréfiées et la moitié de la population mondiale a été décimée par les guerres et les épidémies. Or, selon les collapsologues, ceci ne serait qu’un aperçu de notre avenir.

La situation actuelle est-elle véritablement inquiétante ? Comment pouvons-nous éviter l’effondrement de notre société ? Greenly fait le point.

Qu’est-ce que la théorie de l’effondrement ?

Théorie de l’effondrement, définition

La théorie de l’effondrement est l'idée selon laquelle notre société (fondée sur les énergies fossiles) est vouée à disparaître du fait de l’enchaînement de crises environnementales, économiques, géopolitiques et sociétales. Ce phénomène serait ni plus ni moins une illustration de l’effet domino, puisque notre système actuel et l'environnement sont intrinséquement liés. 

Bien que la théorie de l’effondrement renvoie donc à la disparition de notre société industrielle et de notre système économique, elle s’apparenterait tout bonnement à la fin du monde pour certains.

Zoom sur la collapsologie

En France, cette théorie est rattachée au terme de "collapsologie", inventé en 2015 par Pablo Servigne et Raphaël Stevens dans leur ouvrage intitulé « Comment tout peut s’effondrer : petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes ». 

Issue du latin « collapsus » (qui signifie « s’écrouler ») et de l’anglais « collapse » (qui signifie « s’effondrer »), la collapsologie est l’étude de l’effondrement et notamment de la manière dont ce phénomène pourrait impacter nos sociétés. 

Elle se définit comme étant un : 

Processus à l’issue duquel les besoins de base (eau, alimentation, logement, habillement, énergie, etc.) ne sont plus fournis (à un coût raisonnable) à une majorité de la population par des services encadrés par la loi.

Grâce à des données chiffrées, les collapsologues élaborent ainsi des scénarios prévisionnels. Ils affirment que l’effondrement de l’humanité aura lieu dans la première moitié du XXIe siècle - soit avant 2050. En effet, pour Pablo Servigne, ce processus est déjà enclenché et sera graduel.

👉 La collapsologie demeure cependant controversée du fait de l’origine de ses sources. Bien que certains éléments soient issus de données scientifiques, d’autres reposent sur un certain nombre de présupposés.

Close
cover vidéo youtube terre

Les origines de la théorie de l’effondrement

La théorie de l’effondrement est un concept employé pour la première fois en 1972 dans le rapport Meadows. Rédigé par un groupe de réflexion (composé de scientifiques, d’industriels et d’économistes), ce document détaille les effets de la croissance démographique, économique et des nouvelles technologies sur l’environnement. 

À ses yeux, les conclusions du rapport sont telles, que l’effondrement de notre civilisation serait prévu pour 2030.

Toutefois, il faut attendre 2005 et l’essai de Jared Diamond sobrement intitulé « Effondrement » pour que la théorie de l’effondrement se fasse une place dans l’inconscient collectif. L’auteur y illustre cette théorie en se concentrant sur les sociétés d'ores et déjà disparues du fait des activités humaines.

Selon lui, toutes ont suivi un « schéma-cadre » composé de cinq facteurs : 

  • le changement climatique ;
  • les tensions aux frontières ;
  • la perte de partenaires commerciaux ;
  • la dégradation de l’environnement ;
  • la résilience des sociétés.

Toujours selon lui :

La probabilité que le monde tel que nous le connaissons se soit effondré d’ici à 2050 est d’environ 49 %.

👉 Bien que les scientifiques jugent la thèse de Diamond trop alarmiste, ces derniers s’accordent sur la survenue d’un tel phénomène. 

Les cinq étapes de l’effondrement

Ayant vécu l’effondrement de l’Union soviétique, l’auteur et ingénieur russo-américain Dmitry Orlov a étudié ce phénomène dans son livre intitulé « Les cinq stades de l’effondrement ». Les cinq stades en question sont les suivants : 

  • l’effondrement financier : du fait de l’augmentation des coûts de l’énergie, les États contractent des dettes impossibles à rembourser provoquant l’effritement des systèmes bancaires ;
  • l’effondrement commercial : l’approvisionnement étant impossible du fait du premier point, les produits se font plus rares et plus coûteux. Inquiète, la population accumule les denrées, empêchant l’accès aux produits de première nécessité à certaines personnes ;
  • l’effondrement politique : la colère des citoyens se répercute sur les gouvernements pouvant mener à une forme d’anarchisme ;
  • l’effondrement social : suite à la chute des gouvernements, les institutions des États disparaîtront progressivement (police, armées, pompiers, hôpitaux, transports en commun, etc.) ;
  • l’effondrement culturel : la dernière forme d’effondrement renvoie à la perte de notre humanité. Dans un tel cadre de vie, l’entente entre individus disparaîtra peu à peu et la population perdra sa capacité de bienveillance, de compassion et d’honnêteté.

Il est à noter que, s’en tenant à la disparition de l’URSS, Dmitry Orlov ne prend pas en compte l’effondrement de nos écosystèmes dans le cadre de son analyse.

Pourtant, cet aspect de la crise que nous traversons ne peut être ignorée.

En effet, les écosystèmes (aquatiques et terrestres) sont à l'origine de toute forme de vie sur Terre. Chaque espèce est dépendante de son environnement puisqu’elle exploite et interagit avec ce dernier pour survivre.
En outre, l’être humain bénéficie quotidiennement des services écosystémiques (la nourriture, l’eau, l’air pur ou encore les ressources naturelles utilisées pour fabriquer des vêtements, des médicaments, de l’énergie et construire des bâtiments).

👉 Or, la disparition d’un seul élément met en péril la chaîne alimentaire et l’équilibre de tout un écosystème.

Close
cover vidéo youtube effondrement

Quelles sont les principales causes de l’effondrement des écosystèmes ?

La surexploitation des ressources naturelles

L’humanité consomme annuellement plus de ressources que la Terre ne peut en générer (c'est la biocapacité). Pour preuve : en 2023, le jour du dépassement est survenu le 2 août - soit avec 5 mois d’avance.

Aujourd'hui, pour subvenir aux besoins de la population mondiale, il faudrait 1,7 Terre.

L’épuisement des ressources est causé par : 

  • la surpopulation (d’ici 2100, la planète comptera 11,2 milliards de personnes) ;
  • l’agriculture intensive et la surpêche ;
  • les activités humaines, qui n’hésitent pas à détruire certains écosystèmes pour augmenter les rendements (via la déforestation ou l’érosion des sols, par exemple).

Au rythme actuel, certains n’aurons bientôt plus accès à des ressources de base comme l’eau potable. En cause : notre mauvaise gestion de l’eau douce (70 % de l’eau douce mondiale disponible étant utilisée pour l’agriculture).

À date, six des neuf limites planétaires ont été dépassées (le cycle de l’eau douce, le changement climatique, l’érosion de la biodiversité, le dérèglement du cycle de l’azote, le changement de l’utilisation des sols et les pollutions chimiques). Or, le dépassement de ces seuils peut engendrer des changements environnementaux brutaux.

Le réchauffement climatique

Les experts du GIEC sont catégoriques : le réchauffement climatique est d’origine anthropique. En ce sens, nous avons toutes les clefs en main pour le ralentir. 

Hélas, la température moyenne mondiale a d’ores et déjà augmenté de 1,1 °C depuis l’ère préindustrielle. Parmi les différents scénarios élaborés, l’humanité pourrait atteindre + 1,5 °C avant 2040.

Nos modes de vie actuels ne permettent donc pas de respecter l’objectif de l’Accord de Paris - qui consiste à limiter le réchauffement à + 2 °C d’ici la fin du siècle. 

Si la hausse des températures se poursuit, elle aura des conséquences irréversibles sur l’environnement et nos sociétés. Plusieurs exemples : 

  • la culture agricole est fragilisée par les canicules, les sécheresses ou encore les fortes pluies ;
  • l’élévation du niveau de la mer menace les îles et les villes côtières de submersion ;
  • la hausse des températures contribue à la fonte des glaciers et par conséquent à la libération de bactéries et de maladies pouvant donner lieu à des pandémies mondiales ;
  • les conditions de vie ne sont plus optimales dans certains pays et donnent lieu à des migrations climatiques.

La disparition des espèces animales et végétales

L’Union Internationale de Conservation de la Nature (UICN) dresse une liste rouge des espèces végétales et animales menacées. En 2022, sur 150 388 espèces étudiées, 42 108 étaient classées comme menacées d’extinction au niveau mondial. Dans le détail : 

  • 41 % sont des amphibiens ;
  • 37 % sont des requins et des raies ;
  • 36 % sont des coraux constructeurs de récifs ;
  • 34 % sont des conifères ;
  • 27 % sont des mammifères ;
  • 13 % sont des oiseaux.

Pire : entre 1970 et 2018, 69 % des vertébrés ont disparu. De même, que plus de 75 % des populations d’insectes volants en seulement trente ans en Allemagne. Une étude de la revue Biological Conservation de 2019 indique que plus de 40 % des espèces d’insectes sont en déclin et un tiers en voie de disparition. À ce rythme, les insectes pourraient disparaître d’ici un siècle.

Or, pour certains spécialistes, ces disparitions marquent le début de la sixième extinction de masse.

Le réchauffement climatique serait la cause principale de ce phénomène. La hausse des températures étant particulièrement rapide, les êtres vivants n’ont pas suffisamment de temps pour s’adapter - en témoigne la destruction de la Grande barrière de corail liée à l'acidification des océans.

La disparition des espèces animales et végétales provoque l’effondrement progressif des écosystèmes pourtant indispensables à notre survie. Un écosystème est composé de trois types d’espèces (les producteurs, les consommateurs et les décomposeurs). L’extinction de l’un des trois perturbe l’équilibre de la chaîne alimentaire et fragilise l’écosystème dans son entièreté.

La dépendance aux énergies fossiles 

Plus généralement, l’effondrement d'une civilisation entièrement fondée sur les énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz naturel) est inévitable. Rappelons, en effet, que les énergies fossiles sont épuisables.

En outre, l’extraction et la consommation d’énergies non renouvelables constituent la première source de pollution atmosphérique. Or, les énergies fossiles sont encore massivement utilisées dans le cadre de notre vie quotidienne.

En 2022, les énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz naturel) étaient à l'origine de 36,8 milliards de tonnes de CO2 - soit 0,9 % de plus qu’en 2021. [Agence internationale de l'énergie (AIE)] 
Close
cover vidéo youtube anthropocène

Comment éviter que la théorie de l’effondrement ne devienne réalité ?

Bien que la situation actuelle ne soit pas glorieuse, nous pouvons encore tenter de limiter la catastrophe.

Réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES)

L’Accord de Paris de 2015 engage les signataires à limiter le réchauffement à + 2 °C (idéalement + 1,5 °C) d’ici la fin du siècle. Pour y parvenir, il est nécessaire de réduire nos émissions de GES, notamment celles issues des secteurs d’activité les plus polluants (l’énergie, l’agriculture, le transport et le bâtiment).

Chaque secteur doit entamer sa transition écologique pour respecter les objectifs nationaux alignés sur l’Accord de Paris.

Selon la stratégie nationale bas-carbone (SNBC), d’ici 2030, la France doit réduire ses émissions de 40 % par rapport à 1990. L’objectif étant d’atteindre la neutralité carbone en 2050.

Revoir nos modes de production et de consommation

Pour éviter que notre société ne s’effondre, nous devons apprendre à vivre sobrement. Notre modèle économique actuel (en faveur de la surconsommation) doit passer à un modèle durable (l’économie circulaire). 

Autrement dit : nous devons faire mieux avec moins.

Plusieurs améliorations peuvent être mises en place : 

  • développer les énergies renouvelables ;
  • réutiliser et réparer nos équipements afin d’éviter la surconsommation et le gaspillage de ressources ;
  • écoconcevoir les produits ;
  • privilégier les aliments locaux et de saison ;
  • améliorer nos systèmes agricoles (en développant la permaculture ou l’agroécologie par exemple).

Contribuez à la lutte contre le réchauffement climatique

Faire mentir la théorie de l’effondrement implique de prendre des mesures pour limiter le réchauffement climatique. Entamez la transition écologique de votre entreprise en réalisant votre bilan carbone avec Greenly.

Demandez une démo gratuite et sans engagement de notre plateforme.

homme souriant à lunettes
sticker jaune portant l'inscription "Time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Green Actu’
une femme utilisant une tablette numérique dans un décor végétal

Le guide du numérique responsable en 2024

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

Le numérique responsable est une démarche d’amélioration continue centrée sur l’empreinte du numérique. Mais comment le mettre en œuvre ?

Technologie