Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Catalogne : l'eau potable pourrait-elle venir à manquer ?

La Catalogne fait actuellement face à une sécheresse inédite depuis plus de deux ans. La région va-t-elle bientôt manquer d’eau potable ? État des lieux.
Green Actu’
2023-04-28T00:00:00.000Z
fr-fr

Cela fait plus de trente mois - soit deux ans et demi - que la Catalogne n’a pas connu de pluie significative. Depuis la création des registres météorologiques en 1905, c’est la première fois qu’une période aussi longue sans pluie touche cette région située au nord-est de l’Espagne.

Quelle est la cause de cette sécheresse exceptionnelle ? Quelles solutions les Catalans ont-ils mises en place pour éviter une possible pénurie d’eau ? État des lieux. 🔎

Quelle est la situation en Catalogne ?

La Catalogne frappée par une sécheresse historique

Cela fait maintenant plus de trente mois que la Catalogne est victime d’une sécheresse qui semble interminable. Pour preuve : depuis le mois d’octobre 2022 jusqu’à aujourd’hui, la région a enregistré un volume de précipitations inférieur à 21 % (le niveau habituel pour cette période). 🌧️

Le très bas niveau des barrages (33 %) observé le 21 novembre 2022 a conduit la région à placer l’ensemble du bassin du Ter-Llobregat et celui de Darnius-Boadella en phase d’alerte pour sécheresse. Depuis cette date et malgré le lancement de l’alerte, leur capacité est descendue à 26 % (contre 59 % en moyenne à la même période en 2022 et 75 % les années précédentes).

👉 À titre d’illustration, le réservoir de Sau - l’un des trois réservoirs qui alimentent Barcelone - n’est rempli qu’à 6 %, son taux le plus bas depuis sa construction dans les années 1960. Ce lac artificiel est d’ailleurs devenu le symbole de cette sécheresse intense : le très faible niveau d’eau du lac laisse désormais voir l’intégralité de l’église romane de Sant Roma. Habituellement, seul le clocher est visible.

Close
youtube screenshot

Le risque de pénurie d’eau grandit de jour en jour

Dans le cas où le manque de précipitations se poursuivrait, la Catalogne pourrait cruellement manquer d’eau potable - notamment durant l’été. Laia Hernandez de l’usine de dessalement de Llobregat fait preuve de réalisme :

Nous avons des projets pour nous adapter dans les années à venir, mais pas de solution pour faire face à la sécheresse dans l’immédiat.

En effet, selon la ministre locale de l’action climatique, le seul moyen de renverser la tendance actuelle est que : 

50 litres de pluie par mètre carré tombent chaque jour pendant quatre mois.

Or, à partir du mardi 25 avril, une canicule exceptionnelle (avec des pics de chaleur pouvant atteindre 40 °C) doit toucher la Catalogne et venir empirer la situation déjà dramatique.

L’eau potable, un bien précieux menacé par le changement climatique

Le réchauffement climatique est une cause évidente de la situation en Catalogne. Déjà en 2016, le troisième rapport sur le changement climatique publié par la Généralité de Catalogne prévenait que :

Les changements dans les processus hydrologiques sont autant le résultat des variations climatiques que d’aspects anthropiques, notamment la transformation des utilisations du sol.

En outre, d’après les données du service européen Copernicus sur le changement climatique (C3S), l’Europe est la principale victime du réchauffement climatique, puisque la température augmente deux fois plus vite que la moyenne mondiale. L’été 2022 était d’ailleurs le plus chaud jamais enregistré depuis 1950. En effet, la hausse des températures : 

  • favorise l’évaporation de l’eau ;
  • multiplie et intensifie les événements climatiques extrêmes (la sécheresse que vit actuellement la Catalogne en est l’exemple parfait) ;
  • augmente le risque de désertification (c’est-à-dire une sécheresse permanente).

👉 Selon le dernier rapport de l’ONU, une crise mondiale de l’eau serait imminente. En 2050, cinq milliards de personnes pourraient ainsi être victimes du manque d’eau causé par le réchauffement climatique, la pollution engendrée par les activités humaines, la surconsommation et l’utilisation non durable de cette ressource.

Au-delà des répercussions liées au changement climatique, il s’avère que ces dernières années, certaines tâches requises pour maintenir les infrastructures hydriques catalanes en bon état ont été omises.

De son côté, Jaume Grau - porte-parole du mouvement écologiste espagnol - accuse le gouvernement régional et l’État de ne pas avoir suffisamment régulé la consommation d’eau lors du début de l’épisode de sécheresse. Un manquement qui, selon lui, favoriserait une possible pénurie d’eau à venir. ❌

soleil

Quelles sont les solutions mises en place en Catalogne pour éviter une pénurie d’eau potable ?

Le transfert d’eau entre deux barrages

Face à la faible quantité d’eau retenue dans le barrage de Sau, les autorités ont adopté des mesures pour éviter une possible dégradation de la qualité de l’eau. En effet, ce phénomène empêcherait sa potabilisation et diminuerait ainsi la quantité disponible de cette précieuse ressource. 💦

Afin de sauver l’eau restante, le gouvernement régional a acté le transfert fin mars, d’une partie de l’eau de Sau (15 hm3 pour être exact) dans le barrage de Susqueda. La pêche de 2,6 tonnes de poissons (le lac de Sau contient une dizaine d’espèces) a également été requise pour éviter qu’ils ne contaminent cette précieuse ressource. 

En effet, le niveau de l’eau étant de plus en plus bas, les poissons sont forcés de se mêler à la boue présente dans les fonds aquatiques. Or, ces conditions de vie augmentent fortement leurs chances de mourir asphyxiés. Leur décomposition rend alors l’eau impropre à la consommation.

👀 Malheureusement, le transfert a dû être stoppé en raison d’une forte concentration d’ammonium.

L’adoption de mesures de restriction draconiennes

Depuis le 28 février 2023, la Catalogne est en état « d’exception ». 6,6 millions d’habitants (soit 85 % des Catalans résidant dans 224 municipalités), le domaine de l’agriculture et le secteur de l’industrie sont soumis à des mesures de restriction d’eau particulièrement strictes :  

  • seuls 230 litres d’eau quotidiens sont alloués à chaque habitant (usage commercial et économique inclus) sous peine d’amende. Il faut néanmoins noter que la consommation habituelle d’eau est de 117 litres par jour et par habitant ;
  • les restrictions d’eau s’élèvent à 40 % pour l’agriculture, 30 % pour l'élevage et à 15 % pour l’industrie ;
  • les jardins privés et publics ne peuvent plus être arrosés - excepté pour maintenir les arbres en vie ;
  • le nettoyage des rues à l’eau potable est interdit.

L’acheminement d’eau potable par des camions-citernes pourrait être envisagé si ces mesures s’avèrent insuffisantes.

👉 Si la situation ne s’améliore pas, l’état d’urgence - la cinquième et dernière phase du plan sécheresse - pourra être déclenché en septembre par l’Agence catalane de l’eau (ACA). Cela donnerait lieu à des risques de coupures d’eau et à la réduction de la pression de distribution du réseau.

L’augmentation des capacités des usines de dessalement

Une usine de dessalement produit de l’eau douce à partir d’eau salée (l’eau de mer principalement) selon trois principales techniques : l’osmose inverse, la distillation et la compression de vapeur.

👉 Selon l’International Water Association, l’eau douce produite par les usines de dessalement couvre 1 % des besoins mondiaux actuels.

De fait, les espoirs de la Catalogne pour augmenter les réserves d’eau potable reposent sur l’augmentation des capacités de potabilisation. La région compte deux usines d’une capacité totale de production annuelle de 80 hectomètres cubes (hm3) d’eau potable.

L’usine El Prat de Llobregat est la principale infrastructure de dessalement de la Catalogne. Construite après la sécheresse survenue en 2008, l’usine est considérée comme la plus grande d’Europe avec une surface de cinq hectares. Ces derniers mois, elle fonctionne au maximum de ses capacités (2 000 litres produits chaque seconde) et fournit la majorité de l’eau potable de Barcelone. 🇪🇸

Pour faire face à cette sécheresse d’ampleur inédite, le gouvernement catalan songe également à construire une troisième usine de dessalement et à quadrupler les capacités de l’unité de recyclage d’eau potable de Besos.

Cependant, même si le dessalement de l’eau de mer constitue un moyen efficace de lutte contre le stress hydrique dans des régions littorales victimes de sécheresse, cette solution n’est pas la plus économique ni la plus écologique. 🌱
Chaque mètre cube d’eau coûte 70 centimes (contre 5 à 20 centimes pour traiter l’eau des rivières) et le processus d’osmose requiert de grandes quantités d’énergie, rejetant ainsi un volume important d’émissions de gaz à effet de serre (GES).

Pour ce faire, le jeudi 11 mai, le gouvernement espagnol a débloqué plus de 2,2 milliards d'euros pour faire face aux conséquences de cette sécheresse exceptionnelle. 1,4 milliard d'euros est ainsi destiné à financer les opérations coûteuses de pompage des eaux souterraines et la mise en état des prises d'eau permettant l'approvisionnement urbain ou agricole.

L’adaptation des cultures agricoles

Les cultures de blé, d’orge, d’avoine et de maïs sont particulièrement gourmandes en eau. De fait, le président de la Communauté d’irrigants du canal d’Urgell, Amadeu Ros Farré, évoque les plantations de colza et de quinoa comme alternatives. Riche en protéines, le quinoa est l’une des plantes qui résiste le mieux à la sécheresse. 👍

Néanmoins, la sécheresse est à l’origine de fortes pertes. En 2022, les rendements de céréales et de fourrage ont été divisés par deux. Les pertes de l’année 2023 devraient atteindre près de 80 % dans le pire des cas. 

Pour faire face à cette situation, certains agriculteurs s’adaptent en vendant des graines au lieu de les cultiver (à l’image des fèves). Pour irriguer les cultures, l’augmentation du recours aux eaux grises (des eaux usées traitées dans des stations d’épuration) est requise par le gouvernement régional.

En outre, sur les 2,2 milliards d'euros débloqués par le gouvernement, les agriculteurs vont se voir attribuer 636 millions d'euros d'aides directes, dont 360 millions pour les éleveurs victimes de la pénurie de paille et de fourrage.
En vue de « garantir la continuité productive des agriculteurs » et d'éviter les pénuries, le gouvernement espagnol attribue 276 millions d'euros supplémentaires aux agriculteurs selon les régions et les types de cultures semées.

Les apiculteurs, eux, vont recevoir 5 millions d'euros pour compenser la baisse de pollinisation, et donc de la production de miel.

champ de blé

Quels sont les autres risques pouvant être engendrés par la sécheresse ?

Au-delà du risque de pénurie d’eau qui menace la Catalogne, la sécheresse est à l’origine d’autres répercussions dramatiques sur l’environnement.

De violents incendies

Le climat aride que subit actuellement la Catalogne favorise le dessèchement de la végétation. La sécheresse crée ainsi les conditions idéales permettant l’embrasement rapide des forêts et des lieux couverts de végétation. 🌳

Le souci : les forêts et les sols sont considérés comme des puits de carbone naturels. Leur destruction par les feux permet le rejet dans l’atmosphère du stock de carbone accumulé tout au long de sa vie, venant contribuer au réchauffement climatique actuel.

👋 Durant l’été 2022, la Catalogne a été victime de 350 incendies causant la disparition de 300 000 hectares.

La disparition de la biodiversité

La baisse des niveaux d’eaux provoque la mort par asphyxie des espèces peu mobiles et celles ne pouvant vivre en dehors de l’eau. En outre, l’altération de la qualité de l’eau induite par la diminution du débit provoque : 

  • la prolifération des algues, qui émet des toxines provoquant des nuisances olfactives ;
  • l’élévation de la température de l’eau, qui impacte la biodiversité aquatique ;
  • le développement rapide de certaines espèces et la disparition tout aussi rapide d’autres ;
  • l’eutrophisation de l’eau.

Par ailleurs, sur terre : 

  • les animaux ne parviennent plus à s’hydrater convenablement (dans le secteur agricole, le bétail n’a plus la quantité d’eau suffisante) ;
  • la sécheresse empêche le bon développement des végétaux ;
  • l’érosion des sols est favorisée.

Prenez part à la lutte contre le changement climatique !

Chacun d’entre nous peut agir afin de réduire les conséquences du réchauffement climatique. En tant qu’entreprise, réalisez le bilan carbone de votre structure pour mesurer votre empreinte carbone. 

Bénéficiez d’une démonstration gratuite de la plateforme Greenly avant de vous lancer ! 💪

Homme souriant
Logo coloré "time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Green Actu’
une personne cachée derrière un plastique

Tout savoir de la fast fashion

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

La fast fashion est un segment de l'industrie textile caractérisé par un renouvellement régulier des collections. Mais aussi un objet de débats. Zoom.

Textile