Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base.

Accueil
Greenlyhttps://images.prismic.io/greenly/43d30a11-8d8a-4079-b197-b988548fad45_Logo+Greenly+x3.pngGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
GreenlyGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
Descending4
Home
1
Blog
2
Category
3
Ecotourisme : le guide en 5 étapes pour un tourisme responsable !
4
Blog...Ecotourisme : le guide en 5 étapes pour un tourisme responsable !

Ecotourisme : le guide en 5 étapes pour un tourisme responsable !

Green Actu’
Tourisme
un voyageur allongé sur son sac à dos dans un paysage montagneux
Comment voyager tout en limitant son impact sur l’environnement ? Définition, avantages et étapes à suivre : tout ce qu’il faut savoir sur l’écotourisme grâce à Greenly.
Green Actu’
2023-08-09T00:00:00.000Z
fr-fr
un voyageur allongé sur son sac à dos dans un paysage montagneux

Fortes chaleurs, feux de forêt incontrôlables, inondations… Les effets du changement climatique se font d’ores et déjà ressentir - de manière plus ou moins intense - sur l’ensemble du globe. En cause : la grande quantité de gaz à effet de serre (GES) émise dans l’atmosphère par les activités humaines.

À l’origine de 11 % des émissions de GES françaises, le tourisme est l’un des secteurs les plus contributeurs au dérèglement climatique. Conscients de leur impact et de l’urgence climatique actuelle, les vacanciers tentent de changer leurs habitudes de voyage en pratiquant l’écotourisme.

Accessible à tout un chacun et à tout moment de l’année, l’écotourisme désigne un mode de voyage respectueux de l’environnement. Quelles sont les cinq étapes pour voyager responsable ? 

Suivez le guide !

Qu’est-ce que l’écotourisme ?

Écotourisme, définition

L’écotourisme désigne un tourisme respectueux de l’environnement, bas-carbone et impactant positivement les populations locales.

Contrairement au tourisme habituel, le voyageur est amené à s’éduquer à propos de la nature, de la culture locale et de l’humain, tout en limitant l’impact négatif de son séjour (notamment en terme d’émission de gaz à effet de serre).

Quelques exemples de bonnes pratiques de l’écotourisme : 

  • visiter en petits groupes, des lieux naturels délaissés par le tourisme de masse ; 
  • séjourner chez l’habitant ou dans des hébergements responsables ;
  • privilégier les transports propres.

Tourisme durable et écotourisme : attention à la confusion !

Le tourisme durable, le tourisme vert ou le tourisme responsable sont autant de termes désignant une forme de tourisme à impact environnemental moindre. Dès lors, ces formes de tourisme prônent un comportement respectueux de l’environnement, l’adoption d’écogestes ou encore la pratique d’activités écoresponsables. 

Bien que leurs similitudes provoquent parfois l’incompréhension des voyageurs, ces formes de tourisme ont pour principal objectif de réduire l’empreinte carbone du voyage.

L’OMT (Organisation Mondiale du Tourisme) définit ainsi l’écotourisme comme une pratique englobant toutes les formes de tourisme écoresponsable, c’est-à-dire celles : 

  • étant axées sur la nature et dont la principale motivation du touriste consiste à observer et à apprécier la nature ainsi que les cultures traditionnelles qui règnent dans les zones naturelles ;
  • comportant une part d’éducation et d’interprétation dans une logique de préservation et de valorisation de l’environnement ;
  • étant organisées par des professionnels (majoritairement de petites entreprises locales) à destination des groupes restreints ;
  • limitant les impacts négatifs sur l’environnement naturel et socioculturel ;
  • favorisant la protection des zones naturelles utilisées comme attractions écotouristiques. 

Trois approches sont à prendre en compte pour ce dernier point : 

  • procurer des avantages économiques aux communautés d’accueil, aux organismes et aux administrations qui veillent à la préservation des zones naturelles ;
  • créer des emplois ;
  • contribuer à la prise de conscience des populations et des touristes.
Autrement dit, bien que l’écotourisme prenne en considération l’impact carbone du voyage, cette forme de tourisme se concentre en particulier sur la protection de la nature et le bien-être des populations locales.

Une réponse au tourisme de masse

Le tourisme de masse est un tourisme caractérisé par l’afflux massif de voyageurs dans une même destination et durant la même période. Ce mode de tourisme est né dans les années 1960 avec la généralisation des congés payés et la baisse du prix des billets d’avion.

Pour preuve : 95 % des touristes s’amassent sur 5 % des terres. En France, 80 % de l’activité touristique se concentre sur 20 % du territoire.

Les répercussions du tourisme de masse sont multiples : 

  • les zones touristiques sont saturées, voire dégradées ;
  • la biodiversité est détruite ;
  • la pollution - des sols, de l’air et des eaux - impacte les écosystèmes et la santé humaine ; 
  • certaines villes fortement fragilisées par le réchauffement sont vouées à disparaître -  à l’image de l’île de Boracay aux Philippines surnommée « l’île poubelle » ;
  • la construction d’infrastructures bétonnées contribue à la déforestation et favorise l’apparition de décharges à ciel ouvert ;
  • les ressources naturelles se raréfient. 

Choisir l’ecotourisme permet de limiter l’impact des vacances tout en voyageant autrement. C’est pourquoi, depuis le début des années 1990, l’OMT multiplie les actions pour inciter les voyageurs à pratiquer un tourisme responsable. 

👉 Au-delà d’établir des rapports et des directives quant à la relation étroites entre les zones protégées et le tourisme, l’organisation est également à l’origine du Sommet mondial de l’écotourisme. 

Close

Pourquoi voyager de manière responsable ? 

Réduire l’empreinte carbone du tourisme

Le secteur du tourisme est largement impliqué dans le changement climatique puisqu’il engendre 8 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) - le transport, l’alimentation et le shopping étant les principaux émetteurs.

Selon l’ADEME, l’hébergement touristique engendre 8,5 MtCO2e des émissions nationales, tandis que le transport génère 91 MtCO2e des émissions françaises.

Chacune de nos actions a des conséquences négatives sur l’environnement et les populations locales. C’est pourquoi l'ecotourisme est la solution pour découvrir le monde tout en préservant l’équilibre des lieux. Comment ? En limitant notamment les émissions carbone grâce à l’emprunt des transports doux, à la réservation d’hébergements responsables et au choix réfléchi des activités touristiques sur place.

Protéger la biodiversité

C’est un fait : le tourisme de masse dénaturalise les paysages. La construction d’hôtels et de complexes nécessaires pour accueillir les milliers de touristes annuels détruit l’identité de petites villes, mais surtout la biodiversité qui se trouvait auparavant sur le territoire.

Au contraire, l’écotourisme respecte les écosystèmes en limitant les impacts générés par nos activités (pollution sonore, visuelle, etc.) et plus largement en instaurant des mesures de protection (installation de réserves, restauration de l’habitat d’animaux ou adoption de mesures antibraconnage). 

Selon Le Monde, l’écotourisme a permis de sauver les orangs-outans de Sumatra lesquels étaient voués à l’extinction. En outre, les efforts de conservation inhérents à l’écotourisme ont permis d’augmenter de 30 % la population des tigres d’Inde en quatre ans.

Close
youtube screenshot

S’éduquer à la nature et aux autres

Le besoin de se reconnecter à la nature et parfois à soi-même se fait de plus en plus fort ces dernières années. L’écotourisme permet cela. 

En effet, ce mode de voyage encourage les touristes à être plus attentifs à leur environnement en limitant les détériorations dont ils peuvent être à l’origine. Idéalement, le comportement écoresponsable adopté lors du voyage sera reproduit dans la vie quotidienne du touriste. L’objectif ? Contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Quelles sont les cinq étapes pour se lancer dans l’écotourisme ?

1. Choisir une destination moins prisée

Sans surprise, la capitale d’un pays est fortement touristique. Malheureusement, au-delà de dégrader l'environnement, l'afflux des touristes contribue à la fuite des locaux - ces derniers désertent ces lieux bondés ou sont forcés de déménager au vu de la hausse des prix des logements. 

Pour éviter ces répercussions, l'écotourisme favorise les visites en petits groupes dans les lieux naturels délaissés par le tourisme de masse et en-dehors des périodes de vacances habituelles. L'intérêt est double : 

  • découvrir des lieux insoupçonnés ;
  • éviter l’afflux de touristes.

Seconde option : vivre un véritable dépaysement en restant près de son domicile, grâce au staycation ou à la microaventure. 

L’aventure se trouve à chaque coin de rue ! C’est sur cette affirmation que repose le concept de microaventure popularisé par l’aventurier Alastair Humphreys. Ce tourisme de proximité permet de redécouvrir son pays, sa région et même sa ville avec un nouveau regard. 

Une microaventure est un voyage :

  • de courte durée (2-3 jours maximum) ;
  • proche de chez soi (accessible en transports en commun ou à vélo) ;
  • avec une préparation rapide et accessible (sans équipement particulier) ;
  • écoresponsable.

Les expéditions sont partout, à l'image d’une balade à vélo, d’une nuit à la belle étoile, d’une sortie en kayak ou d’une randonnée. L’objectif étant de vivre des expériences inédites qui permettent de déconnecter du quotidien.

👉 La planification d’un voyage - qui plus est, écologique - n’est pas une mince affaire. C'est pourquoi des professionnels impliqués dans l’écotourisme - et justifiant d’une stratégie RSE - s'occupent de cette tâche. Il peut s’agir d’agences ou d’organismes de voyage responsables à l’image de Chilowé, Explora Project ou WeGoGreenR.  

2. Emprunter des transports bas-carbone

Limiter l’impact du séjour passe en priorité par le choix des transports empruntés. Cependant, pour une question de rapidité, les voyages s’effectuent majoritairement en voiture ou en avion - deux modes de transport loin d’être bas-carbones. 

Sur les 8 % d’émissions mondiales de GES engendrées par le tourisme, trois quarts sont causées par les transports, dont 40 % uniquement par les avions.

C’est pourquoi, l’ecotourisme privilégie les mobilités douces à l’image du train, du vélo, du bus ou - dans le pire des cas - du covoiturage. À titre d’exemple, le train pollue 8 fois moins que la voiture et 14 fois moins que le ferroviaire, selon l’ADEME.

Dans le cas où l’avion serait indispensable pour arriver à destination, le voyageur a la possibilité de compenser les émissions de son vol. La contribution carbone consiste à financer des projets de réduction, de séquestration et de capture des émissions (grâce à la plantation d’arbres, par exemple) afin d’éviter l’émission supplémentaire de GES dans l’atmosphère.

Close
youtube screenshot

3. Privilégier des hébergements écoresponsables

Vient ensuite le choix de l’hébergement responsable et authentique (voire insolite) pour vivre une aventure inoubliable et respectueuse de l’environnement. 

Les personnes ne souhaitant pas séjourner directement chez l’habitant peuvent se tourner vers des établissements labellisés Écolabel européen, Green Globe et La clef verte. Ces certifications encadrent les impacts environnementaux engendrés par l’hébergement - notamment ceux issus des systèmes de chauffage, des produits alimentaires et textiles utilisés ou encore de la gestion des déchets.

👉 Attention aux hébergements non labellisés vantant leur engagement écologique, mais n'ayant mis en œuvre aucune mesure écoresponsable - une pratique mensongère appelée greenwashing.

4. Contribuer à l’économie locale

Le tourisme représente un potentiel important de croissance économique pour les pays. En 2022, les recettes du tourisme international étaient estimées à 1 000 milliards de dollars - contre 3 500 milliards de dollars avant la pandémie de Covid-19. La France reste le pays le plus visité au monde engendrant ainsi près de 58 milliards d’euros en 2022.

De fait, que ce soit sur le territoire de résidence ou à l’étranger, chaque personne pratiquant l’écotourisme doit s’assurer d’impacter positivement les populations locales. Au-delà de prendre garde à ne pas dénaturaliser le lieu, ni à perturber le mode de vie des locaux, il convient de contribuer à l’économie locale de plusieurs manières : 

  • en choisissant de petits hébergeurs ;
  • en mangeant dans des restaurants traditionnels, locaux et bios pour s’imprégner de la culture ;
  • en profitant d’activités écoresponsables organisées par les acteurs du territoire - randonnée, paddle, kayak, etc. ;
  • en achetant des souvenirs artisanaux et locaux.
En définitive, l’argent dépensé doit servir aux habitants et aux petits commerces.

5. Adopter un comportement responsable

Voyager loin de son lieu de résidence n'est pas une excuse pour polluer. N'oublions pas que chacune de nos actions a un impact sur l’environnement. Ce faisant, partir en vacances n’est pas une raison suffisante pour stopper les écogestes quotidiens tels que : 

  • trier ses déchets et ne pas les jeter dans la nature ;
  • faire des économies d’énergie et d’eau ;
  • réduire le gaspillage alimentaire ;
  • respecter la faune et la flore ;
  • choisir des produits respectueux de l’environnement (crème solaire, vêtements, souvenirs, etc.).
Finalement, l’objectif de l’ecotourisme est de s’immerger dans une nouvelle culture sans laisser la moindre trace de son passage.

En outre, toute personne pratiquant l'écotourisme s’engage à respecter les pratiques mises en avant dans la Charte éthique du voyageur avant, pendant et après l’excursion : 

  • s’informer sur les habitants et leur mode de vie, le patrimoine, la religion, l’économie et l’environnement ;
  • ne pas imposer ses habitudes ni son style de vie ;
  • ne pas prélever de souvenirs dans les sites naturels et archéologiques ;
  • prendre conscience des vertus du tourisme (économiques, sociales, culturelles et environnementales) tout en encourageant la protection du patrimoine.

Peut-on faire de l’écotourisme en entreprise ?

L’écotourisme est un mode de voyage pouvant être pratiqué à visée personnelle comme professionnelle. Estimez l’empreinte carbone de vos déplacements professionnels en réalisant le bilan carbone avec Greenly, puis élaborez un plan d'action en vue de réduire les émissions associées.

Découvrez notre plateforme grâce à une démonstration gratuite et sans engagement ! 

Plus d’articles

Tout voir
une carte de l'europe
Par
Ines Gendre

Comprendre les élections européennes 2024

Entre les 6 et 9 juin 2024, les pays membres de l'Union européenne ont élu 720 députés au Parlement européen. Mais avec quelles implications ?

Green Actu’
Politique
le mot "vote"
Par
Ines Gendre

Les enjeux des élections législatives 2024

Les élections législatives qui se tiendront en 2024 en France suscitent beaucoup de débats. Zoom sur ce scrutin aux multiples enjeux.

Green Actu’
Politique