Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base.

Accueil
Greenlyhttps://images.prismic.io/greenly/43d30a11-8d8a-4079-b197-b988548fad45_Logo+Greenly+x3.pngGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
GreenlyGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
Descending4
Home
1
Blog
2
Category
3
Gaspillage alimentaire : chiffres, enjeux et conseils
4
Blog...Gaspillage alimentaire : chiffres, enjeux et conseils

Gaspillage alimentaire : chiffres, enjeux et conseils

Green Actu’
Alimentation
Une personne qui met les restes de légumes dans un sac en carton
Le gaspillage alimentaire est un fléau dans le monde entier. Comment lutter contre ce gâchis pourtant évitable ? Décryptage.
Green Actu’
2024-05-13T00:00:00.000Z
fr-fr
Une personne qui met les restes de légumes dans un sac en carton

C’est un fait, le gaspillage alimentaire est encore trop fréquent. Chaque année, un tiers de la nourriture mondiale produite pour la consommation humaine termine à la poubelle. Un désastre quand on sait qu’en 2020, 690 millions de personnes souffraient de la faim dans le monde.

Au-delà de réaliser des économies - un gain de 70 000 € par magasin a été constaté pour une réduction du gaspillage de 22 % suite à une opération distributeurs témoins de l’ADEME - réduire les pertes alimentaires permet de protéger l’environnement.

Quels sont les impacts du gaspillage sur l’environnement et sur la société ? Comment lutter contre le gâchis alimentaire ? On vous dit tout dans cet article.

Qu’est-ce que le gaspillage alimentaire ?

Le gaspillage alimentaire en chiffres

Le gaspillage alimentaire est défini dans la loi du 11 février 2020 comme étant « Toute nourriture destinée à la consommation humaine qui, à un endroit de la chaîne alimentaire est perdue, jetée ou dégradée ».

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les pertes alimentaires n’interviennent pas uniquement au niveau de la consommation, mais bien à toutes les étapes de la chaîne alimentaire. Selon l’ADEME, le gaspillage est estimé à :

  • 32 % en phase de production ;
  • 21 % durant l’étape de transformation ;
  • 14 % en phase de distribution ;
  • 33 % durant la consommation, dont 14 % pour la restauration collective et commerciale, ainsi que 19 % pour la consommation à domicile. Cela représente 30 kg par personne et par an, dont 7 kg de déchets alimentaires sont encore emballés.

En cause ? La superproduction, la mauvaise gestion des stocks, la rupture de la chaîne du froid, la date limite de consommation ou les fruits et légumes considérés comme non consommables. En effet, ils sont tout bonnement jetés si leur aspect, leur calibre ou leur couleur ne correspondent pas aux standards d’acceptabilité du distributeur et des consommateurs.

Rien qu’en France, le gaspillage alimentaire s’élève à 10 millions de tonnes de produits par an, ce qui équivaut à 16 milliards d’euros de marchandises. Autrement dit, 20 % de la nourriture produite - soit 150 kg de nourriture par personne et par an - est gâchée tout au long de la chaîne alimentaire.

À l’échelle mondiale, les émissions de gaz à effet de serre engendrées par le gâchis alimentaire sont telles que si ce phénomène était un pays, il se situerait derrière les États-Unis et la Chine.

L’impact du gaspillage alimentaire sur l’environnement

Les aliments sont cultivés, transformés, stockés, transformés et distribués avant d’arriver dans notre assiette. Autant d’étapes qui requièrent de l’énergie, de l’eau, de l’engrais ou encore du carburant. C’est pourquoi en France, le secteur agricole est à l’origine de 36 % des émissions de gaz à effet de serre (GES).

En outre, cela ne fait aucun doute quant à l’implication du gaspillage alimentaire envers le changement climatique. En effet, la production inutile de denrées alimentaires nécessite :

  • le prélèvement vain de ressources naturelles - pas moins de 250 km³ d’eau chaque année dans le monde et 28 % des terres cultivables de la planète ; 
  • l'émission superflue de gaz à effet de serre engendrée par l’utilisation des pesticides et d’engrais chimiques. Pour cause : le gaspillage alimentaire est à l’origine de 3 % des émissions de GES de l’activité nationale ;
  • la production inutile de déchets qui engendre des coûts de gestion, mais également des émissions de GES durant les processus d’incinération ou d’enfouissement dans les décharges. 

Bon à savoir : selon France Nature Environnement, un yaourt à la fraise parcourt environ 9 000 km entre le producteur et le consommateur.

Close
Image d'une poubelle avec "10 milliards d'euros" dedans

L’impact des pertes alimentaires sur la société

Le constat est aberrant. La sécurité alimentaire n’est à ce jour pas assurée, alors que la production alimentaire est suffisante pour l’ensemble de la population mondiale. Le problème ? La répartition des denrées alimentaires n’est pas réalisée de manière équitable.

En effet, en 2017, en France, 5,5 millions de personnes bénéficiaient de l’aide alimentaire, tandis que 8 millions de personnes étaient en situation d’insécurité alimentaire pour des raisons financières. 

D’un autre côté, en 2020 dans le monde, la FAO - Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture - estimait que 690 millions de personnes étaient victimes de la faim. Par ailleurs, si le monde ne parvient pas à atteindre l’objectif « Faim zéro » de l’ONU d’ici 2030, le nombre de victimes pourrait dépasser les 840 millions de personnes. 

Il est urgent d’agir.

Pour rappel : l’ONU a fixé 17 objectifs de développement durable en vue de bâtir un avenir meilleur pour tous. Interconnectés, ils répondent ainsi aux enjeux actuels liés à la pauvreté, à la faim, aux inégalités, au climat, à la paix, à la justice, à la prospérité et à la dégradation de l’environnement.

tractopelle au milieu d'une multitude de déchetstractopelle au milieu d'une multitude de déchets

Quelles sont les réglementations en vigueur pour lutter contre le gaspillage alimentaire ?

Le gaspillage alimentaire est encadré par plusieurs réglementations en vigueur.

La loi Garot

Promulguée le 11 février 2016, la loi Garot - ou la loi n° 2016-138 du 11/02/2016 relative à la lutte contre le gaspillage alimentaire - oblige les industriels à respecter une hiérarchie précise en matière de lutte contre le gaspillage alimentaire :

  • favoriser la prévention du gaspillage ;
  • faire don à une association habilitée des denrées alimentaires sur le point d’être jetées - notamment les grandes surfaces de plus de 400 m² qui doivent proposer une convention de don à des associations pour la reprise de leurs invendus alimentaires encore consommables ;
  • valoriser dans l’alimentation animale ;
  • utiliser les restes alimentaires dans le compost pour l’agriculture ou dans la valorisation énergétique (la méthanisation).

Par ailleurs, la loi les interdit de détruire la moindre denrée consommable - notamment en les javellisant.

Toutefois, malgré la volonté d’empêcher le gâchis alimentaire, la loi est fortement critiquée pour son incitation à la superproduction. En effet, des réductions d’impôts sont appliquées aux entreprises qui font des dons.

La loi Egalim

La loi Egalim - la loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentation et une alimentation saine et durable - a fait l’objet de trois principaux arrêtés en vue de limiter le gaspillage alimentaire :

  • avant le 21 octobre 2020, l’ensemble de la restauration collective a dû réaliser un diagnostic de gaspillage ;
  • depuis le 1er janvier 2020, la mise en place d’un plan de gestion de la qualité du don est obligatoire pour les distributeurs ; 
  • depuis le 1er juillet 2021, les restaurateurs sont dans l’obligation de fournir des doggy bags - ou « gourmet bags » - sur la simple demande des clients.

La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (AGEC)

La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire du 10 février 2020 fixe deux grands objectifs de réduction du gaspillage alimentaire :

  • 50 % d’ici 2025 et par rapport au niveau de 2015, dans les domaines de la distribution alimentaire et de la restauration collective ;
  • 50 % d’ici 2030 et par rapport au niveau de 2015, dans les domaines de ma consommation, de la production, de la transformation et de la restauration commerciale.

À savoir : ces objectifs font partie du pacte national de lutte contre le gaspillage alimentaire signé volontairement par l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire en 2013 et renouvelé pour la période 2017-2020. 

De plus, la loi AGEC reprend l’obligation inscrite dans la loi Garot. À ce titre, les grossistes ayant un chiffre d’affaires supérieur à 50 millions d’euros sont dans l’obligation de ne pas détruire les invendus en vue de favoriser les dons alimentaires. La qualité de ces derniers fait également l’objet d’exigences en matière de suivi et de contrôle.

En cas de non-respect de la loi, les sanctions peuvent s’avérer particulièrement salées et atteindre jusqu’à 0,1 % du chiffre d’affaires du dernier exercice clos. Néanmoins, le montant de l’amende dépend de la gravité des faits.

Dans l’optique de valoriser les initiatives, la loi a créé le label national « anti-gaspillage alimentaire ».

Quelles solutions anti-gaspillage adopter ?

Bien que le gaspillage alimentaire concerne chaque étape de vie d’un produit, ce phénomène peut être évité grâce à des astuces anti-gaspi simples à adopter.

Éviter la surconsommation

La première chose à faire consiste à établir des menus et à lister les produits requis avant d’aller faire des courses. L’objectif ? Acheter le strict nécessaire et éviter tout risque de surconsommation. 

À titre d’exemple, le vrac est une excellente solution pour acheter en juste quantité - et limiter les emballages.

Autrement, il convient de bien regarder les dates de péremption et d’en connaître les subtilités :

  • la mention « à consommer jusqu’au » indique la date à ne surtout pas dépasser au risque de répercussions sur la santé ;
  • la mention « à consommer de préférence avant le » précise une date qu’il est possible de dépasser sans risque. Le seul inconvénient est la perte des qualités gustatives et nutritionnelles.

L’astuce : limiter le gaspillage alimentaire - et maîtriser son budget courses - nécessite de ne pas succomber aux promotions, qui incitent les consommateurs à acheter plus que de raison. Quel est l’intérêt pour une personne seule d’acheter un maxi pack ?

Améliorer la conservation des aliments

Une fois les courses faites, il convient de les ranger. Là aussi, plusieurs astuces sont à adopter, notamment en matière d’aménagement des placards. Il suffit de classer les produits alimentaires selon leur date de péremption - les produits à consommer rapidement se placent tout devant.

De plus, un frigo bien rangé améliore la conservation des aliments et limite le gaspillage alimentaire. Dès lors, il convient de :

  • stocker les aliments selon la fraîcheur des zones de stockage - la plus froide accueille la viande rouge, les poissons et la charcuterie, tandis que le beurre, les sauces, les liquides et les œufs se rangent dans la porte ;
  • régler la température du frigo à + 4 °C et le congélateur à - 18 °C ;
  • nettoyer une fois par mois le frigo ;
  • dégivrer et nettoyer le congélateur au moins une fois par an ;
  • opter pour un réfrigérateur à froid ventilé ;
  • éviter la prolifération des bactéries grâce à un nettoyage régulier du frigo et du congélateur.

Opter pour le doggy bag

L’assiette au restaurant était trop copieuse ? Chaque client a tout à fait le droit de demander un doggy bag afin d’emporter le reste à la maison et d’éviter le gâchis alimentaire. Conformément à la loi Egalim, les professionnels ne peuvent refuser cette demande.

Sauver des aliments grâce aux applications

On ne présente plus l’application Too Good to Go, qui permet de sauver des paniers de nourriture au lieu de les jeter. Pourquoi ne pas opter pour cette solution, qui permet non seulement de réduire la production de déchets, mais aussi de réaliser de belles économies ?

Bon à savoir : d’autres applications fonctionnent sur le même principe, comme Optimiam ou Zero Gâchis.

Tendre vers une économie circulaire

On ne le répétera jamais assez, notre économie linéaire actuelle (produire, consommer, jeter) ne répond pas aux enjeux environnementaux actuels. Dès lors, il convient de tendre vers une économie circulaire, qui reprend le modèle de la nature où tout est réutilisable.

Dès lors, il convient d’opter pour des produits de saison et en circuit court, mais également de se lancer dans le compost. 

À titre d’information : à partir du 1er janvier 2024 et conformément à la loi AGEC, les particuliers - comme les professionnels - devront s’équiper d’une solution de tri à la source des biodéchets. L’objectif ? Faciliter la valorisation organique.

Assiettes de nourriture non terminéeAssiettes de nourriture non terminée

Qui sommes-nous ?

Si vous êtes sensible aux causes environnementales, vous pouvez dès maintenant réaliser une démo gratuite et sans engagement pour estimer l'empreinte carbone de votre entreprise.

Greenly, c'est la plateforme des entreprises qui souhaitent s'engager pour le climat, quels que soient leur secteur d'activité, leur taille ou leur budget.

Nous proposons un bilan carbone 100 % digitalisé. Grâce à la précision de son algorithme, Greenly analyse l'ensemble de vos émissions de GES en intégrant les données issues de votre comptabilité.

Plus d’articles

Tout voir
une carte de l'europe
Par
Ines Gendre

Comprendre les élections européennes 2024

Entre les 6 et 9 juin 2024, les pays membres de l'Union européenne ont élu 720 députés au Parlement européen. Mais avec quelles implications ?

Green Actu’
Politique
le mot "vote"
Par
Ines Gendre

Les enjeux des élections législatives 2024

Les élections législatives qui se tiendront en 2024 en France suscitent beaucoup de débats. Zoom sur ce scrutin aux multiples enjeux.

Green Actu’
Politique