Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Greenlyhttps://images.prismic.io/greenly/43d30a11-8d8a-4079-b197-b988548fad45_Logo+Greenly+x3.pngGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
GreenlyGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
Descending4
Home
1
Blog
2
Category
3
3 raisons de ne pas croire au changement climatique
4

3 raisons de ne pas croire au changement climatique

Le changement climatique nous préoccupe-t-il vraiment ? Nous étudions ici divers motifs d'inaction climatique.
Green Actu’
2023-11-21T00:00:00.000Z
fr-fr
un chemin dans une forêt

Les raisons de ne pas croire au changement climatique sont légion. On les trouve d'ailleurs en abondance sur les réseaux sociaux. Ceci dit, toutes ne relèvent pas nécessairement du climatoscepticisme.
Car le terme "croire" revêt plusieurs significations. "Croire au changement climatique" peut impliquer le fait de tenir ce dernier pour vrai, mais aussi celui d'être simplement capable de l'envisager par la pensée. Or, ce deuxième aspect peut se voir mettre à mal par bien d'autres choses que le courant climatosceptique.

Explications.

3 raisons de ne pas croire au changement climatique

1. Objectivement, tout le monde a d'autres problèmes que celui-ci.

Nous avons souvent du mal à considérer le changement climatique comme une priorité absolue. Sincèrement, qui peut se vanter - y compris chez les défenseurs de l'environnement - d'avoir toujours fait passer la cause environnementale avant toute autre forme de considération ?

L’écologie n'est pas LA priorité des Français. Même si, de ce côté-là, tout n'est pas aussi noir qu'on veut parfois le dire. En 2023, la dégradation de l'environnement était le deuxième sujet de préoccupation des Français, après la violence et l’insécurité. Déjà trois points de plus que l'année précédente.

Pour autant, les préoccupations des Français ne riment pas forcément avec mobilisation. Plus précisément, tout dépend de la nature de la mobilisation : selon Vie publique, les Français plébiscitent une plus grande implication des pouvoirs publics. 82% pensent que "la lutte contre le réchauffement climatique devrait mobiliser autant de moyens que la crise du Covid-19".

A contrario la perspective de nouvelles taxes liées à la protection de l’environnement est un repoussoir. Toujours selon Vie publique, 53% des personnes interrogées ne souhaitent pas payer plus d’impôts - indépendamment de la finalité. Et ce chiffre est en progression par rapport à 2022. De même, seuls 19% des sondés adhèrent à l’idée de taxe environnementale.

Dans le contexte actuel (celui de l'inflation), ces conclusions ne sont pas une surprise. Mais leurs implications sont grandes. Pour espérer mobiliser, les politiques mises en œuvre doivent prendre en compte cette question de la préservation des individus pour lesquels la question financière n'est pas anodine. Faute de quoi, la lutte contre le changement climatique demeurera une priorité parmi d'autres jugées comme plus vitales - même si ce dernier point se discute évidemment.
Close
screenshot d'une vidéo YouTube

2. Notre quotidien n'a pas tant changé que ça

Passée l'émotion d'avoir vu les Landes partir en fumée, le quotidien des gens n'ayant pas fait les frais de la catastrophe a repris son cours. De la même manière, nous avons observé le ciel de New York saturer de particules fines en parallèle des incendies canadiens, ou la population brésilienne suffoquer sous près de 60 °C... Puis nous sommes passés à autre chose.

L'un dans l'autre, nous devons effectivement développer un fort esprit de résilience au regard de ce qui nous attend. Mais aussi longtemps que nous disposerons des cartes en main pour inverser la tendance, mieux vaudrait que résilience ne rime pas avec indifférence.

Personne n'est épargné par les conséquences de la dégradation de notre environnement. Quand bien même ces conséquences sont moins spectaculaires que les incendies observés récemment. Les agriculteurs peuvent en témoigner : dérèglement de la saisonnalité, récoltes précoces ou tardives - quand elles peuvent avoir lieu - sécheresses, pluies excessives… L’agriculture française souffre déjà.

Sur un tout autre sujet, la dégradation de la qualité de notre air est plus que préoccupante : selon une étude épidémiologique menée dans 10 villes européennes, le fait d’habiter à proximité des grands axes de circulation serait responsable de 15 à 30 % des nouveaux cas d’asthme de l’enfant.

De même, à l'échelle mondiale, l’exposition à la pollution de l’air extérieur provoque chaque année le décès d’environ 4,2 millions de personnes.

👉 Au sein du spectre européen de l’OMS - lequel compte 53 pays -  environ 600 000 décès par an sont causés par la pollution de l’air (482 000 par la pollution de l’air extérieur et 117 200 par la pollution de l’air intérieur).

Enfin, dans l’Hexagone, Santé Publique France estime que près de 40 000 décès par an seraient causés par l’exposition des personnes âgées de 30 ans et plus aux particules fines (PM2,5).

3. Nos efforts individuels n'auront aucun effet sur le changement climatique

Un certain nombre de choses ne pourront se faire sans la mobilisation de nos gouvernements. Accompagner financièrement les populations les plus modestes pour qu’elles ne soient pas laissées au banc de la transition écologique, par exemple. Soutenir la reconversion des individus dont les emplois sont et seront impactés par la transition de notre société vers un modèle durable. Entamer la rénovation énergétique de nos bâtiments. Etc. etc.

Mais trier ses déchets est à la portée de tous. Comme ne pas jeter ses mégots de cigarette sur la plage ou apprendre à résister aux tendances consuméristes de notre société.

Certaines initiatives adoptées à grande échelle seront d'une grande aide. Elles ne feront pas tout, mais elles contribueront de manière indiscutable à soutenir la transition écologique dont nous avons tant besoin.

D’une manière générale, les scientifiques s’accordent à dire que la transition vers une société à faible émission de carbone passera par un changement systémique des infrastructures et des comportements. (GIEC)

Selon l’étude «The Power of People», adopter un mode de vie plus respectueux pourrait permettre aux seuls citoyens de réaliser entre 25 et 27 % des économies nécessaires pour maintenir le réchauffement à 1,5 °C d’ici 2030.

Enfin, ne perdons pas de vue que les propositions de la classe politique tendent à s'indexer sur les préoccupations de l’opinion publique. Ne laissons pas notre attention se détourner de la question environnementale par découragement. Ou nos dirigeants feront sûrement de même.

Ce qui nous a conduit à la situation actuelle peut-être inversé par de simples changements quotidiens. Ce ne sera peut-être pas spectaculaire au début et cela prendra du temps, mais au fur et à mesure que les effets s'accumuleront, le système se rééquilibrera. Si les cyanobactéries avaient pu parler il y a deux milliards d'années, aucune d'entre elles n'aurait probablement cru qu'elle aurait le pouvoir de changer l'environnement à l'échelle d'une planète entière. Un microbe de soixante microns contre l'énormité de la Terre... : pris individuellement, c'est David contre Goliath. Pourtant, une par une et ensemble, elles ont complètement transformé la Terre et redéfini la biosphère. De la même manière, nous pouvons changer notre destin à tout moment si nous le souhaitons. Il nous reste une petite fenêtre de temps pour inverser le cours des événements. Mais pour cela, nous devons tous, individuellement et collectivement, devenir les acteurs de notre propre destin et nous engager pleinement dans une bataille dont l'issue n'est rien moins que la survie de notre civilisation. (Nathalie Cabrol, astrobiologiste, À l'aube de nouveaux horizons - Editions du Seuil)
des passants

Pourquoi avons-nous tant de mal à envisager le changement climatique comme une problématique ?

Nous souffrons d’une large méconnaissance du sujet

À bien des égards le changement climatique est un sujet technique. Il suffit de se plonger dans le rapport du GIEC pour le constater. D'ailleurs, on pourrait croire que ce dernier contribue à vulgariser la question du réchauffement climatique via son rapport dévoilé tous les cinq ans. Mais la visibilité de ce dernier demeure relativement faible. Nous l’avons constaté en 2022 : la publication des conclusions alarmantes du sixième et dernier rapport a été largement éclipsée par la guerre en Ukraine.

Par ailleurs, ne pas s’informer demeure la plus sûre façon de ne pas se trouver confronté à une information qui angoisse ou dérange. 

Sans même parler du changement climatique, beaucoup de gens préfèrent aujourd'hui ne plus regarder les journaux télévisés, pour parer à un flux continu d'informations toutes plus déprimantes les unes que les autres. L'enjeu n'étant pas nécessairement de nier, mais de protéger sa santé mentale. D'où l'importance du rôle que jouent nos médias.

Car si la Terre s’est déjà réchauffée de +1,1 °C, nombreuses sont aussi les raisons d'espérer. Outre les multiples initiatives qui fleurissent çà et là, des entreprises cherchent bel et bien de nouvelles solutions, la recherche scientifique nous permet de mieux appréhender les mécanismes à l'œuvre... Autant de réalités qui méritent d'être mises en lumière, et pour cause : elles pourraient se révéler fédératrices - pour peu qu'elles soient connues.

Close
screenshot d'une vidéo YouTube

Notre cerveau ne nous rend pas service

Nous n’arrivons pas à accepter l’urgence de la situation. Pourtant, tous les voyants sont au rouge et nous n’avons plus le temps de tergiverser. Mais pourquoi avons-nous tant de mal à réagir ? 

En réalité, notre inaction pourrait partiellement trouver son origine au cœur d'une zone de notre cerveau appelée striatum. Considérée comme très primitive, elle est présente chez la plupart des animaux et influe sur la prise de décision. Dans les faits, le striatum envoie de la dopamine (la molécule responsable du plaisir), laquelle nous incite à entreprendre certaines actions. Si celles-ci concernaient auparavant les initiatives liées à notre survie - manger, par exemple - elles se sont diversifiées au fil de notre évolution. Leur seul dénominateur commun demeurant l'immédiateté.

Mais quel est le rapport avec le changement climatique ?

Pour faire simple, notre striatum nous confronte à des “dilemmes” quotidiens. Nous multiplions les comportements polluants mais souvent synonymes de dopamine  - consommer sans modération des biens issus d'industries excessivement polluantes, par exemple. Or, cette fameuse sensation de plaisir est limitée dans le temps, ce qui force le striatum à envoyer régulièrement de la dopamine. Cela crée de l’accoutumance (également appelée « habituation hédonique ») et nous pousse à répéter ces actions encore et encore.

Bien sûr, ce système de récompense est mis à mal par notre cortex cérébral (dit "organe de l’intelligence"). Développé plus tardivement que le striatum dans l’histoire de l’évolution humaine, le cortex cérébral ne fait théoriquement pas le poids face à l'habituation hédonique. Mais il est très au fait de l’urgence climatique, lui.

Sur le papier, ce combat entre plaisir et raison est joué d’avance. Une lueur d'espoir tout de même ? D’après Sébastien Bohler, docteur en neurosciences et auteur de l’ouvrage intitulé Bug humain, nous pourrions progressivement inverser la tendance en “entraînant” notre striatum dès l’enfance. 

Loin d'être une lubie, apprendre à nos enfants à consommer de façon raisonnée est absolument essentiel. Car s'ils ne peuvent agir eux-mêmes dans l'immédiat - en tout cas, pas à la même échelle que leurs parents et grand-parents - les aider à acquérir ces réflexes leur permettra de s'adapter plus facilement à ce que sera le monde demain.

Nous ne nous sentons pas concernés

La faute au striatum - encore lui. Bien souvent, un individu qui ne se sent pas concerné par une cause n’agit pas en son sens. Et c'est inscrit dans notre nature, car le striatum exige des récompenses instantanées. De fait, la valeur accordée par notre striatum à l’impact futur de nos actions est négligeable. Et cela vaut pour notre perception des menaces potentielles.

En gros, plus la menace est abstraite, plus elle semble irréelle et donc inoffensive. On le constate bien au-delà du domaine de l’écologie : souvent, plus un conflit nous paraît lointain, moins il nous émeut.

Pour en revenir au changement climatique, un individu sera plus susceptible d’agir en faveur de l’écologie s’il est directement impacté par les conséquences du phénomène. À l’inverse, si les problématiques posées demeurent lointaines à l'échelle temporelle ou géographique, il sera plus difficile pour lui de se sentir concerné. 

une femme détournant le regard

Nous sommes dans le déni

On aurait pu croire que le fait que "notre maison brûle" - dixit Jacques Chirac - nous amène à nous remettre en question et à prendre des mesures immédiates. Mais il n’en est rien.

Passés les légitimes préoccupations d'ordre matériel et/ou financier, le découragement ou encore les méfaits du striatum, il existe bien sûr la problématique du déni.

Nous avons un mal de chien à accepter l'idée que la planète pourrait se trouver en péril par notre faute. Pourtant, le fait est que nous sommes en train de créer les conditions de notre propre extinction. Nous sommes responsables du réchauffement climatique et nous le savons parfaitement. Mais nous peinons à accepter cette vérité qui dérange, au point de laisser la Terre se dégrader sous nos yeux, tout en espérant qu’une solution miracle jaillisse - la technologie, qui sait.

Mais la technologie, si elle peut aider, ne suffira pas. Le déni constitue l’un des mécanismes de défense psychologique de l’espèce humaine. Nous refusons de reconnaître les faits pour ne pas avoir à modifier notre mode de vie ni perturber notre confort.

Soyons clairs : accepter de regarder cette réalité en face est difficile. Suffisamment difficile pour que nous ne complexifions pas davantage la situation. C'est la raison pour laquelle rechercher l'irréprochabilité chez les uns et les autres (et ne pas la trouver) constitue sans doute une perte de temps. Prendre pour prétexte d'inaction la non-irréprochabilité des autres ne nous mènera nulle part. Tout individu ayant grandi au sein d'une société occidentale depuis l'essor de la société de consommation a contribué, même de façon minime, à la situation actuelle. En l'état actuel de la situation - et de l'urgence - serrons-nous les coudes, retroussons nos manches et agissons.
Close
screenshot de YouTube

Qui sommes-nous ?

Rejoignez les 1500 entreprises qui se sont déjà engagées à nos côtés : réservez une démonstration gratuite de notre plateforme et élaborez le plan de transition dont votre entreprise a tant besoin !

un homme souriant avec des lunettes
un logo jaune sur lequel il est écrit "time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Green Actu’
Drapeau français

Qui est Christophe Béchu ?

Photo d'Emma Lefebvre
Par
Emma Lefebvre

Ministre depuis 2022, Christophe Béchu est un politique discret et parfois décrié. Retour sur sa carrière et son programme environnemental.

Politique