Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

Comprendre le principe et l'analyse de double matérialité

La double matérialité, pilier de la CSRD, rend désormais indissociables les performances environnementales et financières d'une entreprise. Explications.
Entreprise
2024-01-12T00:00:00.000Z
fr-fr
un clavier, une souris, un bloc notes et un stylo

La double matérialité est une extension du principe de matérialité. Elle incarne une nouvelle dimension de l’exercice de reporting, auparavant fondé sur la seule performance financière. De fait, au regard de l’importance croissante des enjeux sociaux et environnementaux, ces derniers sont désormais considérés comme indispensables à l’évaluation de la performance globale d’une entreprise.

Fondement de la Corporate Sustainability Reporting Directive (CSRD) entrée en vigueur le 1er janvier 2024, la double matérialité inquiète. Peu familières de cet exercice qui vient bouleverser le reporting tel qu’il existe depuis de nombreuses années, les entreprises s’interrogent quant à la manière de procéder à cette analyse de double matérialité.

Plus en détail, en quoi consiste le concept de double matérialité ? Quels sont les principes la régissant ? Qu’est-ce qu’une analyse de double matérialité ? Les étapes à suivre ?

Explications.

Close
screenshot de Youtube

Qu’est-ce que la double matérialité ?

Double matérialité, définition

Le principe de double matérialité

Le principe de double matérialité est un concept visant à allier la matérialité financière à la matérialité d’impact, dans le cadre de l’évaluation de la performance d’une entreprise. En d’autres termes, elle place les performances financières, sociales et environnementales sur un pied d’égalité

Avec la double matérialité, une entreprise ne peut plus être considérée comme performante, si elle se concentre uniquement sur le volet financier de son bilan. Ainsi, l’objectif affiché de la CSRD - fondée sur le principe de double matérialité - est d’obliger les entreprises à se concentrer sur leurs impacts sociaux et environnementaux.

L’analyse de double matérialité

L’analyse de double matérialité repose sur l’étude de deux perspectives distinctes mais complémentaires : 

  • la matérialité financière (dite vision “outside-in”) considérant la manière dont les questions de durabilité créent des opportunités et des menaces pour la performance financière de l’entreprise ;
  • la matérialité d’impact (dite vision “inside-out”) considérant la manière dont les activités de l’entreprise impactent positivement ou négativement son environnement économique, social et naturel.

Le but de l’analyse de double matérialité est d’identifier les enjeux auxquels une organisation fait face, mais aussi de les prioriser. Or, cette qualification d’ordre prioritaire repose sur la prise en compte des dimensions financières, sociales et environnementales de chaque problématique. Il s’agit de se concentrer en priorité sur les questions importantes pour l’ensemble des parties prenantes. Non pour une seule d’entre elles.

Quid de la matérialité tout court ?

À l’origine, la matérialité est un principe qui consiste à identifier et définir les principaux enjeux d’une entreprise et de ses parties prenantes. 

Comme nous venons de le voir, la perception de ce qui devait être intégré à cette notion de matérialité a évolué avec le temps. D’abord cantonné à la sphère financière, le concept de matérialité devait permettre aux actionnaires d’évaluer le risque d’investissement au sens comptable et juridique. 

À la fin des années 1990 cependant, une première mue s’est opérée. Le concept de matérialité a alors commencé à s’étendre au-delà du champ des investisseurs : les consommateurs notamment ont fait l’objet de considérations nouvelles. Ce fut le début de l’essor de la transparence.

Puis, en 2006, la Global Reporting Initiative (GRI) a intégré pour la première fois la matérialité à ses lignes directrices (les fameuses “G3”), lesquelles encadrent l’élaboration de rapports de développement durable.

NB : Les normes de reporting GRI ont été actualisées par la suite en 2016.

un cahier ouvert

La double matérialité, fondement de la CSRD

Les enjeux de la double matérialité

La prépondérance de la double matérialité au sein de la CSRD n’est pas anodine. Elle dénote de l’importance que revêtent aujourd’hui les questions d’ordre social et environnemental. Et de la nécessité de systématiser leur prise en compte.

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, ce n’est pas la première fois que l'on parle de double matérialité. La NFRD (2014) évoquait déjà ce principe. Plus spécifiquement, les “Lignes directrices sur l’information non financière” publiées en 2019 inscrivait le concept de double matérialité dans le cadre de ses recommandations. 

Ce qui a véritablement changé avec la CSRD, c’est que la double matérialité est devenue incontournable dans le cadre de l’exercice de reporting. Il s’agit maintenant d’une obligation à proprement parler.

Les 3 règles de l’analyse de double matérialité

Au sens de la CSRD, l’analyse de double matérialité est régie par 3 règles.

  1. Respecter le cadre défini par les normes ESRS.
  2. Les parties prenantes de l’entreprise doivent être associées à l’analyse. Ces dernières incluent les parties prenantes impactées, potentiellement impactées et/ou aptes à témoigner des conséquences de l’activité de l’entreprise.
  3. La forme donnée à la présentation des résultats demeure libre, même si le recours à la matrice de double matérialité est recommandé.

Double matérialité, exemple

Si vous souhaitez vous faire une idée de ce en quoi consiste une analyse de double matérialité, vous pouvez consulter l’exemple fourni par l’entreprise Sanofi.

Celle-ci détaille notamment les trois étapes du processus qu’elle a suivi, ainsi que la matrice de double matérialité qu’elle a obtenue à la fin de son travail d’analyse.

Attention toutefois : ceci est un exemple. Les résultats obtenus par cette entreprise ne reflètent pas nécessairement la réalité de ce que sera votre propre matrice de double matérialité. 

Les étapes de l’analyse de double matérialité

1. L’évaluation interne de la double matérialité des enjeux

Cette première étape consiste à définir le déroulé et les moyens mobilisés dans le cadre de l’analyse de double matérialité.

Un conseil : servez-vous des normes ESRS pour vous aiguiller. Celles-ci vous aideront à :

  • identifier les sujets auxquels vous devez apporter des réponses ;
  • définir le périmètre de votre analyse ;
  • fixer les objectifs à atteindre en vue de finaliser votre matrice.

Principale difficulté à ce stade : ne rien oublier. Soyez vigilants vis-à-vis de la chaîne de votre entreprise, qui regorge certainement d’impacts sociaux et environnementaux indirects. Vous pouvez tenter d’identifier vos enjeux comme relevant de la matérialité d’impact ou  de la matérialité financière. Sachez toutefois que ces deux catégories se recouperont souvent. 

Une fois ce travail effectué, listez les interlocuteurs internes vers qui vous devez vous tourner pour l’évaluation des enjeux de double matérialité. 

Commencez à recenser les informations dont vous disposez déjà pour votre analyse, et celles dont vous avez besoin. Pensez aussi à élaborer vos outils d’évaluation en amont. Pour vous aider, n’hésitez pas à recourir aux grilles de scoring fournies par l’EFRAG.

À partir des premiers éléments ainsi regroupés, vous allez pouvoir procéder à l’évaluation de la double matérialité des enjeux identifiés. Dans la pratique, ceci passera par l’organisation d’entretiens et d’ateliers avec vos collaborateurs en interne. Ils vous permettront de développer une vision exhaustive de chaque problématique. 

2. L’implication des parties prenantes

Une fois l’évaluation interne achevée, définissez la liste des parties prenantes avec qui vous devez prendre contact. 

On distingue deux types de parties prenantes : 

  • les parties prenantes affectées positivement ou négativement par les activités de l'entreprise ;
  • les utilisateurs de l’information (c’est-à-dire les parties prenantes intéressées par le rapport de durabilité de l'entreprise).

NB : Les utilisateurs de l’information peuvent être les pouvoirs publics, les partenaires commerciaux et sociaux, les investisseurs, la société civile, ou encore les syndicats.

Comme pour l’étape suivante, la préparation des échanges est essentielle. Élaborez en amont les questions, les thèmes et les métriques. Pour vous aiguiller dans cette démarche, sachez qu’il existe trois types d’information que vous devez absolument recueillir : les perceptions, les préoccupations et les attentes prioritaires des parties prenantes. Cette catégorisation vous aidera grandement dans le travail de synthèse qui s’ensuivra.

3. La consolidation des résultats et la présentation finale

Dans la pratique, la consolidation des résultats consiste à enrichir l’évaluation interne de double matérialité grâce aux échanges avec les parties prenantes. Il s’agit d’harmoniser l’ensemble, de mettre en lumière les éventuels écarts, et d’identifier les leviers d’action possibles. 

À l’issue de cette dernière étape, vous devez disposer d’un support de présentation finalisé - matrice de double matérialité ou autre - ainsi que du rapport détaillant l’analyse et les résultats.

Qui sommes-nous ?

Nous vous accompagnons dans la réalisation de votre reporting CSRD. Contactez nos experts sans tarder !

homme souriant
icone time to change

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d'articles

Entreprise
Peinture verte

Tout savoir du greenwashing

Ines Gendre
Par
Ines Gendre

Le greenwashing consiste à promouvoir une image de marque plus écologique qu'elle ne l'est en réalité. Mais que faut-il absolument savoir à son sujet ?

RSE