Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base. Prêt(e) à voir la vie en vert ?

La Méditerranée est-elle condamnée par le réchauffement ?

La Méditerranée est la deuxième région du monde la plus impactée par le réchauffement climatique. Pouvons-nous encore inverser la tendance ? Réponse ici.
Green Actu’
2023-09-08T00:00:00.000Z
fr-fr
plage de galets devant une eau turquoise

Alors qu’elle ne représente que 0,8 % de la surface des océans mondiaux, la mer Méditerranée se réchauffe 20 % plus vite que le reste de la planète. Au total, ce sont 517 millions de personnes qui sont directement et indirectement impactées par les effets du réchauffement climatique sur la Méditerranée.

Une question se pose : la deuxième région du monde la plus impactée par le réchauffement climatique après l'Arctique est-elle condamnée ? Nous faisons le point sur la situation dans cet article.

Pourquoi la Méditerranée est-elle particulièrement impactée par le réchauffement climatique ?

Une région naturellement exposée aux risques

Surnommée « La Grande Bleue », la mer Méditerranée est la plus grande mer semi-fermée au monde. Entourée par trois continents que sont l’Afrique, l’Asie et l’Europe, elle ne bénéficie que de très peu de courants entrants et sortants - elle n'est reliée à l'océan Atlantique que par le détroit de Gibraltar. Le renouvellement de ses eaux est donc un processus particulièrement long (un siècle s’avère nécessaire).

Du fait de sa position géographique particulière, la région bénéficie d’un double climat : 

  • tempéré en Europe ;
  • tropical en Afrique du Nord. 

L’association de ces deux climats favorise la survenue d'événements climatiques naturels et fréquents en Méditerranée - à l’image des séismes, des éruptions volcaniques, des crues, des incendies et des sécheresses. Cependant, depuis quelques années, ces événements s’intensifient et se multiplient en raison du réchauffement climatique

Close
youtube screenshot

Une activité humaine florissante et polluante

Bénéficiant d’un riche patrimoine naturel et historique, la Méditerranée attire nombre de touristes et d’entreprises. Bien qu’elles soutiennent l’économie locale, les activités humaines contribuent au réchauffement climatique, puisqu’elles favorisent : 

  • l’utilisation massive des sols et de la mer (la surpêche notamment) ;
  • l’urbanisation grandissante ;
  • le tourisme - qui se concentre près du littoral ;
  • le développement industriel ;
  • la forte fréquentation du couloir maritime méditerranéen ;
  • la formation d’un îlot de chaleur urbain - un phénomène qui augmente l’intensité, la fréquence et la durée des vagues de chaleur.
Les températures annuelles moyennes dans la région sont d’environ + 1,5 °C au-dessus des moyennes avant la révolution industrielle - soit 20 % de plus que le reste du globe dont le réchauffement est actuellement de + 1,1 °C.

Du fait de la hausse des températures, le bassin méditerranéen est considéré comme étant le hotspot du réchauffement climatique. Pour preuve : d’ici 2040 et sans actions supplémentaires, la température augmentera de 2,2 °C en région méditerranée, voire de 3,8 °C d’ici 2100 dans certaines régions. 

Quelles sont les conséquences du réchauffement climatique sur les écosystèmes méditerranéens ?

Publié en 2019, le rapport du réseau MedECC - réseau méditerranéen d’experts sur les changements climatiques et environnementaux - intitulé « Les risques liés aux changements climatiques dans la région Méditerranée » fait le point sur la situation méditerranéenne.

Une hausse de la température de la surface de la mer 

Estimée à 0,4 °C par décennie sur la période 1985 et 2006, la hausse de la température de la surface de la mer s’effectue généralement entre mai et juillet.

Les Îles Baléares, la région nord-ouest de la mer Ionienne, la mer Égée et le bassin Levantin sont les régions les plus impactées par cette hausse.

Ce phénomène pourrait donner lieu à la formation de mucilages marins principalement composés d’algues. Or, ces habitats représentent un danger pour les gorgones qui s’enchevêtrent dans les branches et meurent. 

L’acidification de la mer

Puits de carbone naturels avec les forêts, les sols et l’atmosphère, mers et océans contribuent à la lutte contre le réchauffement climatique, puisqu’ils absorbent près d’un quart de nos émissions de CO2. 

Or, au vu de la quantité de CO2 annuellement émise, ce processus en vient à modifier la chimie de l’eau de mer. Stable depuis 65 millions d’années, le pH de l’eau a diminué d’une unité depuis la révolution industrielle.

L’acidification de l’eau impacte durement les organismes pélagiques et benthiques possédant un squelette ou un coquillage composé de calcaire. Les planctons, les moules ou les ptéropodes sont victimes de changements dans leur composition, mettant ainsi leur survie en jeu et perturbant la chaîne alimentaire sous-marine - le phytoplancton étant essentiel au maintien de la biodiversité.

En outre, cette hausse de température blanchit les coraux, un phénomène qui les expose aux maladies, voire à la mort. Ce faisant, le riche écosystème marin qu’abrite les barrières de corail est lui aussi menacé.

La disparition progressive et massive de la biodiversité

La mer Méditerranée abrite entre 4 et 18 % des espèces marines mondiales connues. Or, l’augmentation de la température de l’eau favorise l’apparition d’espèces vivant dans les eaux chaudes (la sardinelle ronde, le poisson-perroquet méditerranéen ou la dorade coryphène) et la disparition d’espèces vivant dans les eaux froides (le sprat, la sardine et l’anchois, par exemple).

Cette homogénéisation du biote méditerranéen entraîne la migration d’espèces invasives orientales. Ces dernières - à l’image du poisson-lapin et des méduses - modifient les écosystèmes en dévastant les forêts d’algues ou les ichtyoplanctons.

Close
youtube screenshot

Comment le réchauffement de la Méditerranée impacte-t-il les pays de la région ?

Des difficultés d’approvisionnement en eau douce

Dans les décennies à venir, les pays du bassin méditerranéen - déjà victimes du réchauffement climatique - subiront une réduction des précipitations, pouvant mener à de fortes périodes de sécheresse. Dans le détail : 

Une augmentation de 2 °C de la température de l’atmosphère à l’échelle mondiale devrait entraîner une baisse d’environ 10 à 15 % des précipitations estivales dans le sud de la France, le nord-ouest de l’Espagne et les Balkans, ainsi qu’une baisse de 30 % en Turquie.

Conséquence du manque de pluie, de la hausse des températures et de la croissance démographique, les besoins en eau douce ne pourront plus être comblés. Un réchauffement de + 2 °C réduirait la disponibilité en eau douce entre 2 et 15 % - à savoir l’une des plus fortes baisses au niveau mondial.

La population méditerranéenne déjà considérée comme « pauvre en eau » - car ayant moins de 1000 m3 par habitant et par an - devra se tourner vers les eaux souterraines qui seront cependant de mauvaise qualité du fait de leur surexploitation, de leur pollution et de l’infiltration de l’eau de mer.

Une hausse du niveau de la mer dévastatrice pour certains pays

Le niveau de la mer Méditerranée a augmenté de 1,1 mm par an entre 1970 et 2006, puis de 3 mm par an durant ces deux dernières décennies. 

En prenant en compte les incertitudes relatives au réchauffement climatique et à la fonte des glaces, les scénarios prévoient une élévation moyenne mondiale comprise entre 52 et 190 cm d’ici 2100. 

La hausse du niveau de la mer méditerranéenne modifierait également les trajectoires de circulation des eaux et donnerait lieu à des écarts de niveau à la surface de la mer allant jusqu’à 10 cm. 

En conséquence : un tiers de la population vivant près de la mer sera fortement exposé à ce phénomène. Pour preuve : d’ici 2100, d’importantes inondations auront lieu au sud de l’Italie - pouvant aller jusqu’à l’engloutissement de certaines îles. Les régions côtières seront en première ligne : 

  • de l’érosion des côtes (provoquée par l’augmentation du niveau de la mer) ; 
  • d'événements climatiques extrêmes ;
  • de la dégradation de certains habitats - à l’image des zones humides côtières que sont la Camargue et le delta du Nil.
Close
youtube screenshot

Une menace pour la sécurité alimentaire

Activités majeures depuis des millénaires, la pêche et l’aquaculture font face à des problématiques majeures. 90 % des stocks des principales espèces commerciales sont en état de surexploitation, tandis que les poissons et les mollusques représentent 50 % des prises totales de pêche. 

Le réchauffement climatique favorise quant à lui l’apparition d’espèces plus petites et impacte le prix moyen maximum du poisson. Ce dernier devrait baisser de 4 à 49 % entre 2000 et 2050.

À ce rythme, plus de 20 % des poissons et invertébrés exploités dans l’est de la Méditerranée disparaîtront entre 2040 et 2059. Entre 2070 et 2099, 45 espèces seront considérées comme menacées, tandis que 14 autres auront tout bonnement disparu.

Les secteurs de l’agriculture et de l’élevage seront quant à eux sujets : 

  • à la dégradation et l’érosion des sols ;
  • à la pénurie d’eau ;
  • aux événements climatiques extrêmes (sécheresses, canicules et fortes précipitations) qui entraînent une perte de la production et contribuent à la variabilité du rendement des cultures ;
  • au développement de parasites et de mycotoxines sur les plantes.

👉 L’ensemble de ces effets favorise les disparités locales et régionales.

Un impact sur la santé humaine

Le changement climatique vécu par la Méditerranée a des effets directs et indirects sur la santé humaine. Plusieurs exemples : 

  • la hausse des températures augmente le rayonnement UV ;
  • la multiplication d’événements climatiques extrêmes favorise l’apparition de maladies et augmente le nombre de décès provoqués par la chaleur ;
  • l’abondance de plusieurs espèces planctoniques toxiques à la surface de l’eau libère des aérosols marins entraînant des problèmes respiratoires et des irritations ;
  • la dégradation de la qualité de l’air, des sols et de l’eau impacte la qualité alimentaire ;
  • l’infiltration d’eau de mer dans les eaux souterraines prive une partie de la population d’eau potable.
Close
youtube screenshot

Comment éviter le pire en Méditerranée ?

Certaines conséquences du réchauffement climatique subies par la Méditerranée sont irréversibles. Cependant, tout n’est pas perdu. Sauver la Méditerranée implique une action collective. 

Réduire nos émissions de gaz à effet de serre (GES) 

On le dit et on le redit : agir sur nos émissions de GES constitue une priorité pour limiter le réchauffement climatique à + 2 °C d’ici la fin du siècle, comme déterminé par l’Accord de Paris

Une action d'autant plus importante qu’un quart du CO2 est absorbé par les océans. Pour y parvenir à l’échelle individuelle, il convient d’agir à plusieurs niveaux : 

  • mettre un terme à la surconsommation sur le plan alimentaire et matériel ;
  • se tourner vers les énergies renouvelables ;
  • préférer les transports doux ;
  • limiter la production de déchets ;
  • limiter la quantité de viande dans son régime alimentaire ;
  • favoriser des produits locaux et de saison.

Instaurer des politiques de développement durable

Les pays méditerranéens sont invités à instaurer des politiques de développement durable pour réduire les risques encourus dans les domaines clés (l’eau, les écosystèmes, la santé, la nourriture et la sécurité) et s’adapter au réchauffement climatique.

Il s’agit ni plus ni moins d’entamer la transition écologique de la région en impliquant les municipalités, la population et les entreprises. Plusieurs leviers d’action : 

  • sensibiliser l’ensemble des acteurs au réchauffement climatique ;
  • modifier les modes de production et de consommation (la surpêche notamment) ;
  • créer des aires marines protégées ;
  • limiter la bétonisation des côtes ;
  • ne pas rejeter les eaux usées dans la Méditerranée ;
  • prendre en compte la biodiversité marine avant chaque nouvelle construction (ports et digues notamment) ;
  • réduire les déchets marins - notamment le plastique.
Close
youtube screenshot

Prenez part à l’effort collectif avec Greenly !

La réduction de nos émissions de gaz à effet de serre est la principale mesure à mettre en œuvre pour limiter le réchauffement climatique. Engagez votre entreprise dans cette démarche vertueuse en réalisant le bilan carbone de votre activité.

Découvrez la plateforme Greenly lors d’une démo gratuite.

Homme souriant
Icône avec des flèches "Time to change"

Green-Tok, la newsletter consacrée à la révolution climatique

On fait le bilan de l'actualité green une fois par mois (ou plus si on trouve des choses intéressantes à vous raconter)

Plus d’articles

Green Actu’
Drapeau français

Qui est Christophe Béchu ?

Photo d'Emma Lefebvre
Par
Emma Lefebvre

Ministre depuis 2022, Christophe Béchu est un politique discret et parfois décrié. Retour sur sa carrière et son programme environnemental.

Politique