Fermer

Votre demande a bien été prise en compte.

Merci, votre email a été ajouté à notre base.

Accueil
Greenlyhttps://images.prismic.io/greenly/43d30a11-8d8a-4079-b197-b988548fad45_Logo+Greenly+x3.pngGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
GreenlyGreenly, la plateforme tout-en-un dédiée à toutes les entreprises désireuses de mesurer, piloter et réduire leurs émissions de CO2.
Descending4
Home
1
Blog
2
Category
3
Feu de forêt : chiffres, causes, conséquences et prévention
4
Blog...Feu de forêt : chiffres, causes, conséquences et prévention

Feu de forêt : chiffres, causes, conséquences et prévention

Green Actu’
Réchauffement climatique
pompier tentant d'éteindre un feu de forêt
Un feu de forêt constitue une véritable menace tant pour la biodiversité que pour la santé humaine. Quelles mesures de prévention adopter ?
Green Actu’
2023-06-16T00:00:00.000Z
fr-fr
pompier tentant d'éteindre un feu de forêt

Depuis début mai 2023, le Canada est en proie aux flammes dont les répercussions sont visibles jusqu’à New York. Au-delà d'être impressionnant, un feu de forêt constitue une véritable menace tant pour la biodiversité que pour la santé humaine. 

Malheureusement, ce phénomène tend à se généraliser du fait de l’accélération du réchauffement climatique, mais également de l’activité humaine. Quelles sont les répercussions d’un feu de forêt ? Quelles mesures de prévention peut-on mettre en place ? On vous dit tout dans cet article.

Close
youtube screenshot

Feu de forêt : de quoi parle-t-on ?

Feu de forêt, définition d’un phénomène difficilement contrôlable

Un feu de forêt est défini comme étant : 

Une combustion qui se développe sans contrôle, dans le temps et dans l’espace.

On parle de feu de forêt lorsque l’incendie couvre une surface minimale de 0,5 hectare d’un seul tenant. Les feux considérés comme extrêmes s’illustrent par leur dimension exceptionnelle (plus de 10 000 hectares brûlés). Les mégafeux touchent quant à eux, une surface allant de 1 000 à 10 000 hectares.

Outre les forêts, les formations subforestières de petite taille - les maquis, les landes et la garrigue -, les terrains agricoles, les bords d’autoroute ou les friches constituent des combustibles de choix.

Bien que la saison estivale soit propice aux départs de feux, ce genre d’incendie survient également en hiver du fait de la vulnérabilité de la végétation, des canicules tardives et du faible manteau neigeux de la montagne.

👋 Bon à savoir : en France, un feu de forêt n’est pas considéré comme une catastrophe naturelle. Les dommages liés à ce phénomène peuvent malgré tout faire l’objet d’une indemnisation si les victimes ont souscrit à une assurance incendie.

Les différents types de feux

Un feu de forêt peut prendre trois formes : 

  • les feux de sol, qui brûlent la matière organique contenue dans la litière, l’humus ou les tourbières. Leur vitesse de propagation reste faible, mais les dégâts sont considérables (les systèmes souterrains de la végétation sont totalement détruits) ;
  • les feux de surface, qui brûlent les couches basses de la végétation. Leur vitesse de propagation dépend de la force du vent ;
  • les feux de cimes, qui brûlent les couches supérieures de la végétation. Leur vitesse de propagation étant très rapide, ils sont difficiles à maîtriser.
feu de forêt

Un phénomène en voie d’accélération ?

La France touchée par les flammes

Composé de 16,9 millions d’hectares de forêts, la France est le quatrième pays européen le plus boisé. Cette surface de végétation rend alors le pays particulièrement vulnérable au départ d’un feu de forêt.

👀 À titre indicatif : sur la période 2007-2018, 4 040 feux ont ravagé annuellement 11 117 hectares de forêt. La majorité d’entre eux étant survenue en zone méditerranéenne.

Cependant, l’année 2022 était historique du fait : 

  • du nombre de feux de forêt ; 
  • de l’intensité des incendies ;
  • du nombre d’hectares brûlés (72 000 hectares, soit six fois plus que la moyenne) ;
  • de leur répartition géographique sur des territoires habituellement peu concernés (la Bretagne, le Centre ou encore le Jura).

Un fléau mondial

Selon une étude réalisée conjointement par le Global Forest Watch (GFW), le World Resources Institute (WRI) et l’université du Maryland, les feux de forêt ravagent annuellement trois millions d’hectares de plus qu’il y a vingt ans - soit une superficie équivalente à celle de la Belgique.

Au total, depuis 2001, le monde a perdu 119 millions d’hectares de forêts dans des incendies.

Il s’agit majoritairement des forêts boréales situées en Russie (53 millions d’hectares ont brûlé depuis 2001), au Canada (26,8 millions d’hectares) et aux États-Unis (11,1 millions d’hectares).

Close
youtube screenshot

Feu de forêt : quelles sont les causes ?

Des feux d’origine humaine

L’activité humaine est à l’origine de 90 % des incendies de forêt - soit 9 feux sur 10. En cause : 

  • l’activité économique (les activités agricoles, les chantiers de BTP, les lignes électriques, les chemins de fer, etc.) ;
  • l’activité du quotidien (les mégots de cigarettes, les barbecues ou les feux de camp).

Dans les faits, les départs de feux peuvent être créés intentionnellement (23 % des cas) ou involontairement (8 % des cas). L’imprudence de la population et les comportements dangereux de la part des touristes comme des riverains sont principalement à l’origine de ces catastrophes (55 % des cas).

Des causes naturelles

À l’inverse, 10 % des feux de forêt sont d’origine naturelle - provoqués par la foudre, une éruption volcanique ou des conditions météorologiques extrêmes. Sans surprise, le réchauffement climatique intensifie la puissance et la fréquence de ces événements météorologiques, comme la sécheresse, les vagues de chaleur et la force du vent. 

Dès lors : 

  • la chaleur et la sécheresse impactent la sensibilité de la végétation au feu de forêt (la végétation est plus sèche, la quantité d’eau dans les sols est moindre, etc.). Ce faisant, la moindre étincelle peut donner lieu à un feu de forêt de grande ampleur ;
  • l’absence de pluie mêlée à la hausse des températures contribuent à une propagation rapide du feu - dont la vitesse dépend de la force du vent, du type de végétation, de la nature des sols, etc. À cela s’ajoute l’éparpillement de matériaux incandescents par le vent. Ces derniers peuvent être à l’origine de nouveaux départs de feux - parfois à plus d’un kilomètre de l’incendie.
Selon l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC), le changement climatique modifierait radicalement les conditions météorologiques dès 2040. À cette date, une sécheresse extrême conjuguée à une canicule intense devrait être de mise sur une plus longue durée et de manière régulière. En 2060, les conditions climatiques deviendront invivables pour certaines espèces des régions méditerranéennes.

En outre, la hausse des températures devrait augmenter le nombre de zones exposées aux risques incendies. En plus du Sud de la France, le Nord-Ouest du pays (Pays de la Loire, Centre-Val de Loire et Bretagne) devrait être touché par les feux de forêt.

👉 Autrement dit, sans action de notre part, l’année 2022 vécue en France n’était qu’un aperçu des prochaines années.

Quelles sont les conséquences des feux de forêt ?

L’émission d’une forte quantité de gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère

Les arbres sont des puits de carbone naturels. Autrement dit, tout au long de sa vie, un arbre stocke une partie de nos émissions de gaz à effet de serre. Or, à sa mort - qu’elle soit naturelle ou provoquée par un feu de forêt - l’arbre rejette l’ensemble du carbone qu’il a séquestré dans l’atmosphère, contribuant ainsi au réchauffement climatique.

À titre d’exemple, du 1er juin au 31 août 2022, les émissions totales engendrées par les feux de forêt survenus dans l’Union européenne et au Royaume-Uni sont estimées à 6,4 mégatonnes de carbone - soit le niveau le plus élevé depuis 2007. [Chiffres issus du bilan du système européen d’information sur les feux de forêt (EFFi) et le programme européen sur le changement climatique Copernicus]

Par ailleurs, selon une étude publiée dans Nature, les mégafeux australiens survenus entre octobre 2019 et février 2020 ont émis 715 millions de tonnes de CO2, alors qu’habituellement, l’Australie n’émet annuellement « que » 526 millions de tonnes.

Malheureusement, la situation ne risque pas d’aller en s’arrangeant. Selon le sixième rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), d’ici la fin du siècle, les « feux de forêt de portée catastrophique » devraient augmenter de 30 à 60 % selon les scénarios d’évolutions des émissions de GES.

La disparition de la biodiversité

Au-delà de dégrader les paysages, tout feu de forêt détruit tout ou partie des animaux et végétaux sur son passage. Seuls quelques grands mammifères et certains oiseaux parviennent à s’enfuir.

Une étude de WWF révèle que les mégafeux australiens survenus entre octobre 2019 et février 2020 ont affecté près de trois milliards d’animaux - que ce soit par leur migration forcée ou leur mort. Dans le détail, 2,46 milliards de reptiles, 180 millions d’oiseaux, 143 millions de mammifères et 51 millions de batraciens ont été touchés. 

En outre, les feux de forêt favorisent la prolifération de parasites, à l’image des scolytes pouvant détruire des forêts entières.

La dégradation de la qualité de l’air

Au-delà des blessés directs, les feux de forêt génèrent des émanations de fumée de bois qui peuvent être à l’origine de soucis pulmonaires chez l’être humain. Selon le Bulletin annuel de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) sur la qualité de l’air et du climat, les feux de forêt survenus en 2021 en Sibérie et dans l’ouest de l’Amérique du Nord ont entraîné une augmentation des taux de particules fines dans l’air.

À ce titre, un quart de la population mondiale (notamment les pays d’ores et déjà sujets à de fortes pollutions comme l’Inde, le Bangladesh ou le Pakistan) devront ressentir plus intensément ce contrecoup climatique. 

Un contrecoup climatique désigne l’effet amplificateur du réchauffement climatique sur la production d’ozone au détriment de l’air respiré.

Outre le fait de mettre en danger la santé humaine, les particules se déposent sur la surface de la Terre affectant les écosystèmes naturels et les surfaces agricoles.

L’économie locale en berne

Selon Géorisques, 80 % des feux se déclenchent à moins de 50 mètres des habitations et de toute infrastructure. Bien qu’il soit difficile de chiffrer les pertes, les activités économiques et touristiques sont fortement impactées par les feux de forêt. 

Détruite, une infrastructure (un commerce, une exploitation, etc.) n’est plus en mesure de poursuivre son activité et perd du chiffre d’affaires. À cela s’ajoute la disparition des touristes, qui ne peuvent plus être accueillis dans les infrastructures détruites par l’incendie.

En démontre le camping de la Dune - ou camping des flots bleus -, en partie détruit par l’incendie de La Teste-de-Buch en Gironde. Déclaré le 12 juillet 2022, le feu de forêt a ravagé 7 000 hectares de forêts et détruit cinq campings, mettant leur activité à l’arrêt. 

Pour espérer rouvrir rapidement, les campings ont dû dépenser de grosses sommes d’argent pour se reconstruire (entre 7 et 8 millions d’euros de travaux de rénovation ont été nécessaires pour le camping des Flots Bleus).

Close
youtube screenshot

Comment prévenir tout risque de feu de forêt ?

Adopter un comportement responsable

La majorité des feux de forêt est causée par des comportements dangereux de la part des citoyens. Or, en appliquant les bons gestes, 50 % des départs de feux causés par des imprudences pourraient être évités.

Ainsi, il convient de prendre garde à : 

  • organiser des barbecues loin de la végétation ;
  • jeter les mégots de cigarette dans un cendrier au lieu de simplement les jeter au sol ou par la fenêtre de son véhicule ;
  • réaliser les travaux loin de la végétation (notamment l’utilisation d’outils susceptibles de provoquer des étincelles) et prévoir un extincteur à portée de main ;
  • débroussailler son jardin en accord avec le Code forestier, qui oblige au débroussaillement des abords de constructions sur 50 mètres lorsqu’elles se trouvent à moins de 200 mètres d’une forêt ou d’un espace naturel. C’est-à-dire qu’il convient de réduire la masse de végétaux sur un terrain en ôtant les branches, les broussailles et les plantes mortes. 
👉 Le non-respect des consignes de prévention partagées par les autorités publiques expose à une amende pouvant aller jusqu’à 750 €.

Améliorer la résilience des forêts

Améliorer la capacité des forêts à se rétablir rapidement après un feu de forêt passe par deux mesures : 

  • mettre fin à la déforestation (le feu est utilisé pour nettoyer des zones déforestées afin de préparer les terres à la culture, or le feu a de fortes chances de se propager du fait du manque de prévention) ;
  • limiter certaines pratiques locales de gestion forestière (le brûlage contrôlé durant les périodes de sécheresse).

Construire des habitations résistantes aux incendies

À l’heure actuelle, les habitations ne sont pas conçues pour résister aux incendies - et ne permettent pas d’éviter leur propagation. En l’état, une maison construite en dur - à l’aide de matériaux durables ou non - constitue le meilleur refuge lors d’un feu de forêt dans l’optique où sa conception respecte une série de consignes et de règles de construction et de sécurité : 

  • les ouvertures doivent être en bois plein ou en aluminium - et non pas en PVC ;
  • les ouvertures doivent être étanches à l’air et aux fumées ;
  • les toitures, les gouttières et les angles doivent être régulièrement nettoyées afin d’éviter l’accumulation de feuilles et d’aiguilles ;
  • les aérations doivent être équipées de grillages à mailles très fines de manière à éviter l’entrée des brandons ;
  • la maison doit être située à 10 mètres des tas de bois, cannisses, abris de jardin, haies, objets divers et tous les autres vecteurs potentiels de feu.

👉 À noter : le PVC est à éviter pour les ouvertures et les gouttières.

maison en feu

Respecter les plans de prévention du risque incendie de forêt (PPRIF)

Instaurés par la loi du 2 février 1995 relative au renforcement de la protection de l’environnement en France, les plans de prévention du risque incendie de forêt (PPRIF) servent à maîtriser l’interface habitat-forêt dans les territoires à risque. Autrement dit, il s’agit d’éviter des implantations pouvant être à l’origine de départs de feu.

Deux mesures : 

  • délimiter les zones d’exposition aux risques dans lesquelles les constructions et les aménagements sont interdits ;
  • définir des mesures de prévention, de protection et de sauvegarde des constructions et des aménagements existants.
✍️ À noter : les PPRIF complètent l’obligation légale de débroussaillement inscrite dans le Code forestier.

Mettre en place des mesures de surveillance 

En France, la surveillance des forêts s’effectue sur les données météorologiques de Météo-France. Grâce à ces informations, il est possible de créer des cartes délivrant l’IFM (Incendie Forêt Météo).

À cette première mesure de prévention s’ajoute la surveillance des forêts grâce : 

  • au guet terrestre fixe (via des tours de guet) ;
  • au guet terrestre mobile (des patrouilles) ;
  • aux dispositifs aériens de prévention.

Ces solutions permettent de détecter au plus vite les départs de feu et de les circonscrire rapidement.

Réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES)

C’est un fait : un feu de forêt peut être provoqué par les effets du réchauffement climatique, lui-même engendré par une forte concentration de GES dans l’atmosphère. Il convient donc de réduire nos émissions de gaz à effet de serre, en particulier celles des entreprises.

La solution ? Quantifier les émissions de votre activité grâce à un bilan carbone. Ce dernier permet de cibler les postes les plus polluants et ainsi permettre l’élaboration d’un plan d’action.

Vous souhaitez vous engager dans cette démarche vertueuse ? Réservez une démonstration gratuite de la plateforme Greenly.

Plus d’articles

Tout voir